"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 août 2009

Mariage, famille, sexualité et sainteté de la vie (OCA)





La procréation d'enfants
http://www.oca.org/DOCmarriage.asp?ID=19


La procréation d'enfants au sein du mariage est "l'héritage" et la "récompense" du Seigneur; une bénédiction de Dieu (cfr Psaume 127,3). Elle est le résultat naturel de la relation sexuelle accomplie au sein du mariage, qui est une union sacrée à travers laquelle Dieu Lui-même unit les 2 pour qu'ils ne fassent plus qu'une seule chair (Genèse 1-2; Matthieu 19; Marc 10; Ephésiens 5; etc).
La procréation d'enfants n'est pas en elle-même le seul but du mariage, mais un mariage où il n'y aurait pas le désir d'enfants, et la prière à Dieu pour en avoir et les élever, est contraire au "sacrement d'amour" (Liturgie Orthodoxe du mariage; homélie 20 de saint Jean Chrysostome sur l'épître aux Ephésiens).
Les couples mariés sont encouragés à s'abstenir de relations sexuelles pendant certaines périodes, pour se consacrer plus particulièrement à la prière – comme par exemple la veille d'aller communier à la sainte Eucharistie, et durant les périodes des carêmes. Cependant, ils doivent faire cela de commun accord, car leurs corps ne leurs appartiennent pas en propre mais sont l'un à l'autre; et ils doivent s'unir ensuite à nouveau pour ne pas que Satan les tente (cfr 1 Corinthiens 7,2-7).
Dieu Lui-même "tisse" l'enfant conçu dans le sein de la mère, contemplant sa "substance informe" alors qu'elle se développe de façon complexe devant Ses yeux qui voient tout (Ps 139,13-18). Le Seigneur Jésus Lui-même fut reconnu pour la première fois sur terre par Jean le Baptiste alors que tant le Seigneur que Son Précurseur étaient encore sous forme d'embryon dans leurs seins maternels respectifs (Luc 1,39-45).
Les Chrétiens Orthodoxes ont toujours considéré l'avortement volontaire d'un enfant à naître comme un acte haineux maléfique. La tradition canonique de l'Église identifie toute action conçue afin de détruire un foetus comme un crime de meurtre (Ancyre, Canon 21; Trullo, Canon 91; Saint Basile, Canon 2).
Convaincus de ces vérités révélées par Dieu, nous présentons les affirmations et admonitions suivantes pour la direction des fidèles :
La procréation des enfants doit avoir lieu dans le cadre de l'union maritale, où le père et la mère acceptent de prendre soin de l'enfant qu'ils conçoivent.




Aucun commentaire: