"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

22 septembre 2009

De vertu en vertu (saint Païssios Velichkovsky)

http://thehandmaid.wordpress.com/2009/08/26/virtue-to-virtue/



La prière fait naître la compréhension, la sobriété d'esprit, les larmes, la joie, l'humilité de coeur, la douceur.
L'humilité fait naître l'humilité dans la sagesse, la solitude
L'humilité dans la sagesse retranche l'orgueil, la vaine gloire, et fait surgir des fruits spirituels.
De ces vertus, toutes les passions de l'âme et du corps sont annihilées, et petit à petit, la grâce s'accroît. Ces vertus sont indispensables pour ceux qui sont sains de corps et pour ceux qui sont possédés par des passions charnelles.

Saint Païssios Velichkovsky, "Fleurs des champs," #5, "Les vertus et de quelle vertu naît une autre," Petite Philocalie Russe, vol. 4.

Aucun commentaire: