"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 avril 2009

Pensées et personnalité

Ce sont nos pensées qui font notre personnalité. Notre attitude mentale détermine essentiellement notre destinée. Si nous savons choisir nos pensées, nous serons toujours dans la bonne voie - celle qui mène tout droit vers la solution de toutes nos difficultés. Marc-Aurèle, le grand philosophe qui, il y a 18 siècles, régnait sur l'empire romain, a résumé cette vérité en neuf mots :
"Notre vie est ce que nos pensées en font"

Dale Carnegie, "Triomphez de vos soucis"


nb : Marc-Aurèle n'avait pas que des bonnes idées et des bonnes pratiques, mais en philosophie il a parfois des raccourcis très intéressants

Et on est parfois tellement écrasé qu'on ne sait pas comment "déposer tous les soucis de ce monde" au pied de la Croix...
source image

30 mars 2009

Miséricorde, même envers les coupables

http://01varvara.wordpress.com/2008/07/13/nikolai-yaroshenko-life-is-everywhere-1888/

"Il y a partout de la vie"
tableau de Nikolai Yaroshenko, 1888


Tableau montrant les passagers d'un train spécial, des criminels reconnus et condamnés, en chemin vers leur exil en Sibérie. La Russie était un pays Orthodoxe, et une forme de miséricorde était appliquée aux coupables. Ils étaient exilés au loin, très loin même, mais ils avaient la possibilité d'y emmener leurs famille. Souvent, les vieilles grand-mères étaient sur les quais de gares, et donnaient à manger et à boire aux prisonniers et à leurs familles. Les prisonniers étaient bien entendu punis, mais ils n'étaient pas déshumanisés, comme par la suite les prisonniers du Goulag socialiste allaient l'être. L'Église enseigne à tous de faire preuve de charité envers les prisonniers et leurs familles, et c'est bien compris comme un acte de miséricorde Chrétienne. Oui, il y a partout de la vie.. l'enfant du prisonnier est le même que celui de n'importe qui d'autre.

"J'étais prisonnier, et vous M'avez rendu visite..."