"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 avril 2010

Le Lion de Juda (Dynamis) Asréracht Críst! Christ est Ressuscité!



Dimanche de la Fête de la Résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ
http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/4033




Genèse 49,1-2; 8-12
Jacob appela ses fils et dit: "Réunissez-vous, que je vous annonce ce qui vous arrivera dans la suite des temps. Rassemblez-vous, écoutez, fils de Jacob, écoutez Israël, votre père. [..] Juda, toi, tes frères te loueront, ta main est sur la nuque de tes ennemis et les fils de ton père s’inclineront devant toi. Juda est un jeune lion; de la proie, mon fils, tu es remonté; il s’est accroupi, s’est couché comme un lion, comme une lionne: qui le ferait lever? Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le tribut lui soit apporté et que les peuples lui obéissent. Il lie à la vigne son ânon, au cep le petit de son ânesse, il lave son vêtement dans le vin, son habit dans le sang des raisins, ses yeux sont troubles de vin, ses dents sont blanches de lait.



Le Lion de Juda – Genèse 49,1-2; 8-12, en particulier le verset 10 : "Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef d’entre ses pieds, jusqu’à ce que le tribut lui soit apporté et que les peuples lui obéissent ."

Cette péricope est une des 3 lectures que l'Église nous offre pour les Vêpres du Dimanche des Rameaux. La vision qu'elle contient du Seigneur Jésus comme étant le Dirigeant promis pour le Peuple de Dieu Qui répondra aussi à l'attente des nations (v. 10) fait de cette lecture un intéressant point de départ pour méditer sur notre Seigneur Jésus-Christ, triomphant et victorieusement Ressuscité, le Roi de Gloire et le Vainqueur de la Mort.

En écrasant la mort par Sa propre mort, le Seigneur Jésus a déjà accompli nombre des paroles de cette prophétie de la Genèse; "Il s’est accroupi, s’est couché comme un lion, comme une lionne: qui Le ferait lever?" (Gen. 49,9). L'Apôtre répond : "Il S’est abaissé devenant obéissant jusqu’à la mort à la mort sur une Croix. " (Phil. 2,8), et "C’est pourquoi Dieu L’a souverainement élevé" (Phil. 2,9).
Rappelez-vous l'Icône "La Remontée de l'Hadès" : le Christ victorieux est entre les portes de l'Hadès. La mort est enchaînée à Ses pieds, et Il relève Adam et Eve de leurs tombes, leur redonnant la vie. "Qui Le ferait lever?" La mort est écrasée, vaincue.

Dans les versets de cette lecture, nous étudierons un extrait du récit de la Genèse qui rapporte les dernières heures du patriarche Jacob – aussi appelé Israël (Gen. 47,27-50-14). Père de 12 fils dont les descendants deviendront l'ancienne nation d'Israël, le patriarche mourant appelle ses fils auprès de lui (Gen. 49,12). Du plus âgé au plus jeune, de manière prophétique, il leur annonce la destinée des tribus qui naîtront de leurs descendances. Lorsque sa prophétie arrive au 4ème fils, Juda, elle ouvre une porte sur un avenir, 500 ans plus tard, celui du premier roi de Juda, le roi-prophète David, qui sera loué par ses frères, dont la main écrasera le cou de ses ennemis, et dont les fils du père se prosterneront aussi devant Lui (Gen. 49,8).

Mais la prophétie du patriarche va plus loin. Elle décrit la fin des temps, lorsque toutes les nations se prosterneront devant le Lion de Juda – un descendant du roi David. Il sera appelé l'Agneau de Dieu et descendant de David. Il sera le Seigneur victorieux de toute l'Histoire de même que le divin Maître. Seul Jésus-Christ sera digne d'ouvrir les sceaux du grand rouleau et d'entrer dans le Royaume de Dieu (Apoc. 5,5-14). La prophétie de la Genèse ne correspond qu'au Christ et à Lui seul, car nul monarque de quelqu'époque que ce soit n'a jamais reçu l'allégeance de tous les peuples de toute la terre, et aucun autre n'a jamais été ni jamais ne sera "l'attente des nations" (Gen. 49,10).

Ne passez pas à côté de cet aspect de la vision de Jacob, depuis l'image du plus grand roi de Juda, ne manquez pas de la joindre au récit de l'entrée du Seigneur Jésus à Jérusalem, tel que rapporté par saint Matthieu. Que les paroles du vieux patriarche résonnent à vos oreilles : " Il lie à la vigne son ânon, au cep le petit de son ânesse" (v. 11). Le Seigneur avait envoyé 2 de Ses disciples pour lui trouver précisément ces 2 animaux-là, accomplissant à la fois ces paroles-ci et celles d'un autre prophète "Voici que ton Roi vient à toi; modeste, Il monte une ânesse, et un ânon, petit d’une bête de somme" (Mt 21,5, citant Zach. 9,9).

Ayant permis à l'ancien Peuple de Dieu de voir l'accomplissement de la double prophétie, celle de leur ancêtre le patriarche Jacob et celle du prophète Zacharie, le Christ a cependant encore amené d'autres paroles du patriarche à leur accomplissement, dans une révélation que l'Église a discerné. Pleine du Saint Esprit, la Coupe de la Nouvelle Alliance proclame la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'Il revienne (1 Co. 11,26). Il a lavé "Son vêtement dans le vin" (Gen. 49,11). Et tout cela pour notre Salut, partageant Son saint Calice d'amour avec nous, qui proclamons la victoire de la Vie sur la mort.

Voyez: par la Croix, la joie est entrée dans le monde entier. Bénissant sans cesse le Seigneur, chantons Sa Résurrection. Car en souffrant pour nous la mort sur la Croix, par Sa mort Il a détruit la mort.




quelques liens pascals :
http://www.bulgaria-france.net/traditions/velik.html



http://02varvara.wordpress.com/2008/04/26/russia-shall-pray-for-peace-in-the-holy-land/

http://stseraphim.wordpress.com/christ-is-risen/


Aucun commentaire: