"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 septembre 2010

Dieu marche à nos côtés dans la vie de tous les jours

A la fin de sa vie, un homme regarda en arrière. Il vit que tout le long du chemin parcouru, il y avait 4 empreintes de pas dans le sable de la vie : les siennes et celles du Christ.

Mais dans les moments difficiles, il n'y en avait plus que deux...

Surpris et peiné, il dit au Christ : "Seigneur, je vois que c'est justement dans les moments difficiles que Tu m'as laissé seul..."

Le Christ lui répondit : "Mais non voyons! Si dans les moments difficiles, il y avait seulement Mes traces de pas.. c'est parce qu'alors, Je te portais dans Mes bras.."


dans la tradition chrétienne-orthodoxe, on rapporte l'histoire de saint Christophe (Άγιος Χριστόφορος), qui porta un jour le Christ. On le fête le 9 mai.
Dans la vie courante, c'est essentiellement le Christ qui nous porte. Bien rares sont les "christophores" ou les "pneumatophores", même chez ceux censés l'être (les baptisés au Nom de la sainte Trinité). En tout cas, je suis porté, l'inverse, j'y arrive pas.

Quelques icônes de saint Christophe :


source






détail d'une fresque au monastère Stavronikita (Mont Athos), vers 1545







source, avec vie en grec & en roumain

Aucun commentaire: