"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

13 mars 2011

L'honneur rendu aux images saintes (dimanche de l'Orthodoxie - saint Jean Maximovitch, saint Basile, saint Grégoire, etc)



"L'honneur rendu à l'image passe à celui que l'image représente"
saint Basile le Grand, Traité du Saint-Esprit, XVIII 45, P.G. 32, cοl. 149 C



Au 6ème siècle, le pape de Rome, en tant que métropolite pour la Provence, s'adressait à Serenus, évêque de Marseille, qui avait fait enlever les saintes icônes dans ses églises :
"Ce n'est pas sans raison que l'antiquité a permis de peindre dans les églises la vie des saints. Εn défendant d'adorer ces images, vous méritez l'éloge; en les brisant, vous êtes dignes de blâme. Autre chose est d'adorer une image, autre chose d'apprendre par le moyen de l'image à qui doivent aller nos adorations. Οr ce que l'Écriture est pour ceux qui savent lire, l'image l'est pour les illettrés..."
saint Grégoire le Grand, pape de Rome, lettre 1,9 P.L. LXXVII cοl. 949



"Gardant les lois de l'Église observées par nos pères, nous peignons les images, nous les vénérons de notre bouche, de notre coeur, de notre volonté, celles du Christ et de tous les saints. L'honneur et la vénération adressés à l'image remontent au prototype: c'est la doctrine des Pères inspirés de Dieu, c'est celle que nous suivons"
saint Théophane le Marqué, chant 6 du Canon des Matines



"A l'avenir, quiconque enlèvera, anéantira, déshonorera ou insultera les images du Seigneur ou de Sa sainte Mère ou des Apôtres, etc..., ne pourra recevoir le Corps et le Sang du Seigneur et sera exclu de l'Église."
Concile de Rome, 731
Charles-Joseph Hefele & Henri Leclerc, Histoire des Conciles, Letouzey & Ané, Paris 1910, t.III, p. 677


Le Dimanche de l'Orthodoxie
(saint Jean Maximovitch)




Le Grand Carême – tous ses Offices sont unis par une même idée : préparer pour la sainte Pâques, pour aller rencontrer avec un coeur pur le Christ Ressuscité. Pourquoi nous préparons-nous de la sorte? Qu'est donc Pâques? Pâques est un avant-goût de la joie du Paradis! Qu'est donc cette joie? C'est celle de la vision de Dieu et de Sa gloire! L'Église aime la gloire du Seigneur! Lorsqu'elle célèbre la Fête de l'Orthodoxe, elle célèbre la fête du jour du rétablissement de la vénération des Icônes. Une icône est simplement un rappel du Christ, le Dieu-homme sur terre. Les icônes de saints nous rappellent tous ceux qui ont suivi le Christ, qui Lui ont été fidèles et dévoués, et qui ont brûlé d'amour pour Lui. La vénération des saintes Icônes est la vénération de la gloire du Seigneur. Celui qui se réjouit de la gloire de Dieu et de tout ce qui la lui rappelle dans cette vie-ci, s'en réjouira aussi dans la Vie à venir. Celui qui a lutté pour Dieu en cette vie se pressera vers Lui avec joie lorsqu'au Jugement redoutable, il entendra les paroles "Venez à Moi, vous les bénis..."

Tous ceux qui ne savent pas comment se réjouir dans la gloire de Dieu, tous ceux en qui le Royaume divin et ses règles provoquent un état de non-joie, ceux qui aiment le faste et l'apparence, ceux qui n'aiment pas la Lumière, ceux-là ne répondront pas à ce "Venez à Moi." Ils reculeront indignés, sans joie, dans la jalousie et la colère envers l'humble et le doux qui iront vers la Lumière, celle de Dieu Lui-même, Qu'ils vont commencer à blamer pour être dans leur état. Ils vont même se détruire d'eux-même, car ils ne voudront pas reconnaître leur faute. Un tel état est une véritable souffrance. L'Hadès ("enfer") n'est pas un lieu, un endroit, mais un état de l'âme. Cela commence ici, sur terre. De même, le Paradis commence dans l'âme d'un homme ici dans la vie terrestre. Ici nous sommes déjà en contact avec le divin, au jour de la Radieuse Résurrection, et lorsque nous recevons dignement la sainte Communion. Il est nécessaire de se préparer pour la confession : toute écharde doit être enlevée, car s'il en subsiste quoi que ce soit, l'infection commencera. Il est nécessaire de prier pour la repentance, et pour la joie de la purification, de sorte qu'un rayon de lumière puisse toucher notre âme, et elle en viendra à aimer la Lumière.. Il est nécessaire de prier pour rencontrer avec un coeur pur le Christ Ressuscité, afin de goûter au moins un tout petit peu à la joie du Royaume des Cieux.
Jean, archevêque de Bruxelles, Shangai & San Francisco, 7/20 mars 1954


dimanche de l orthodoxie

les familles apportent à l'église une de leurs icônes - ici des enfants qui posent avec l'icône devant l'iconostase d'une paroisse antiochienne, aux USA
A l'origine, après la crise iconoclaste qui avait écrasé l'Orient chrétien 2 siècles durant, cette procession des icônes familiales ce dimanche précis avait une fonction essentielle : veiller à l'orthodoxie des icônes utilisées à domicile. Car tout le monde n'étant pas théologien, le pasteur a(vait) le devoir sacré de veiller à ce que les fidèles n'apprennent pas n'importe quoi et n'importe comment. Quand on voit ce que certains fidèles annoncent fièrement de nos jours avoir comme "icône" à domicile, voire déclarent avoir peint / écrit, on comprend mieux à quel point, plus que jamais, connaissant le rôle pédagogique et spirituel de l'icône, cela est grandement nécessaire..


Aucun commentaire: