"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

23 mars 2011

Saint-Sauveur de Chora (Constantinople): visite virtuelle & historique de l'église


source youtube





source photos suivantes



http://www.choramuseum.com/articles/chora-church-kariye-museum-kariye-muzesi/

Le musée Chora (en turc : Kariye Müzesi, Kariye Camii, ou Kariye Kilisesi — c-à-d le Musée Chora, ou mosquée Chora, ou église Chora) est considéré comme un des plus beaux exemples d'église de l'empire de Constantinople. L'église se situe dans le district ouest d'Istanbul, Edirnekapı. Au 16ème siècle, l'église fut transformée en mosquée par les envahisseurs Ottomans, et elle devint un musée civil en 1948. L'intérieur du bâtiment est couvert de magnifiques mosaïques et fresques.

Histoire de l'église de Chora
L'église de Chora fut construite à l'origine hors des murs de Constantinople, vers le sud de la Corne d'Or. Traduit littéralement, le nom complet de l'église était "l'église du Saint Sauveur à la campagne", en grec ἡ Ἐκκλησία του Ἅγιου Σωτῆρος ἐν τῃ Χώρᾳ, hē Ekklēsia tou Hagiou Sōtēros en tē Chōra. La dernière partie du nom, Chora, faisant référence à son emplacement à l'origine hors des murs, a finit par devenir le nom raccourci. L'église originelle construite à cet emplacement le fut au début du 5ème siècle, et se trouvait hors des murailles construites au 4ème siècle par Constantin le Grand. Cependant, lorsque Théodose II construisit ses formidables murailles en 413-414, l'église se retrouva incorporée dans les défenses de la ville, mais conserva son nom de Chora. Le nom devait porter une signification symbolique, au vu de la mosaïque dans le narthex qui décrit le Christ comme étant la Terre des Vivants (ἡ Χώρα των ζώντων, hē Chōra tōn zōntōn) et Marie, la Mère de Dieu, comme étant Celle qui contient Ce que rien ne saurait contenir (ἡ Χώρα του Ἀχώρητου, hē Chōra tou Achōrētou).

La plupart des matériaux de l'actuel bâtiment datent de 1077-1081, lorsque Maria Dukaina, la belle-mère d'Alexis I Comène, reconstruisit l'église de Chora sous forme de croix ou quinconce: un style architectural populaire à l'époque. Au début du 12ème siècle, l'église a souffert d'un effondrement partiel, probablement à cause d'un tremblement de terre. L'église fut reconstruite par Isaac Comène, le 3ème fils d'Alexis. Cependant, ce ne fut qu'après la 3ème phase de construction, 2 siècles plus tard, que l'église acquis la forme qu'elle a de nos jours. Le puissant homme d'état hellénique Théodore Metochites dota l'église de nombre de ses magnifiques mosaïques et fresques. L'impressionnante décoration de l'intérieur commandée par Théodore fut exécutée entre 1315 et 1321. L'oeuvre de mosaïque est le plus bel exemple de la renaissance paléologienne. L'artiste est resté anonyme. En 1328 Théodore fut envoyé en exil par l'usurpateur Andronique III Paléologue. Cependant, il fut autorisé à revenir à la ville 2 ans plus tard, et vécu les 2 dernières années de sa vie comme moine dans "son" église de Chora.



Pendant le dernier siège de Constantinople, en 1453, l'Icône de la Mère de Dieu "Odigitria", considérée comme protectrice de la ville, fut amenée à Chora, afin d'assister les défenseurs contre les assauts des Ottomans.

Une cinquantaine d'années après la chute de la ville aux mains des Turcs Ottomans, Atık Ali Paşa, le grand vizir du sultan Bayezid II, ordonna de transformer l'église de Chora en mosquée - Kariye Camii. Du fait de l'interdiction d'images dans l'islam, les mosaïques et fresques furent cachées sous une épaisse couche de plâtre. Cette action, en plus des fréquents tremblements de terre dans la région, ont coûté cher à l'ouvrage artistique.

En 1948, Thomas Whittemore et Paul A. Underwood, du "Byzantine Institute of America" et du "Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies," ont financé un programme de restauration. A partir de ce moment-là, le bâtiment a cessé d'être utilisé 8, il a été réouvert au public comme musée – le Kariye Müzesi.

Intérieur de l'église Chora
L'église n'est pas aussi grande que certaines des autres églises de l'époque impériale à Istanbul. Elle fait 742.5 m², mais ce qui lui manque côté taille, elle le regagne par la beauté de son intérieur. Le bâtiment se divise en 3 zones principales : le corridor d'entrée ou narthex, la nef ou naos, et la chapelle latérale ou parecclesion. Le bâtiment a 6 dômes, 2 sur l'exonarthex, un sur le parecclesion, et 3 sur le naos.






Aucun commentaire: