"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

14 avril 2011

Le coeur et l'esprit (p. Sofian Boghiu)

http://valahia.wordpress.com/2011/01/23/heart-and-mind/



Lorsque nous unissons ces 2 centres – le coeur et l'esprit – alors ils deviennent une unité spirituelle, et alors l'homme est entier, comme Dieu l'a créé : un homme en plénitude. Par la Prière du Coeur, on parvient à ce saint idéal de notre vie terrestre.

Cependant, avant que nous ne parvenions à ce but ultime d'anoblissement de l'âme, de sanctification intérieure, d'élévation de cet être déchiré par les passions qu'est notre humanité, nous avons besoin de travailler avec force et détermination pour éliminer nos passions – ce qui n'est pas facile du tout – afin de chasser au loin le mal de nos esprits et coeurs, et de réunifier notre esprit, qui ne cesse de se disperser durant la prière, comme je l'évoquais auparavant.

Si nous n'étions pas aidés du Ciel dans ces efforts, notre lutte contre nous-mêmes serait presque vaine. Cependant, pour notre réconfort et notre renforcement, nous pouvons chercher de l'aide dans l'expérience et les conseils des saints Père, que l'on retrouve dans les Vies des saints et dans toute la littérature patristique.

Archimandrite Sofian BOGHIU (7 Oct 1912 – 14 Sept 2002)



Pour compléter l'article du jour, notre lecteur Antoine signale cette belle prière préparatoire, citée par le p. Placide (Deseille) à la fin de son livre "la spiritualité orthodoxe et la philocalie":

J’ai quitté le Pharaon,
l’esclavage de l’Egypte,
à la suite de Moïse,
pour gravir le Sinaï

Pour gravir le Sinaï,
O combien je le désire,
Arriver au Saint Sommet,
En disant la prière.

L’ascension est très ardue ;
Seigneur, donne la patience,
Fermeté, force et puissance,
D’acquérir la prière.

Avant tout l’obéissance,
L’Ecriture, la cellule
Et le très sage silence
Affermissent la prière.

Pour pouvoir dire la prière
Il te faudra rejeter
Et chasser de ta pensée
Toute chose de ce monde.

Au début, fais la prière
Vocalement avec labeur
Et plus tard, avec le temps,
Elle descendra dans ton cœur.

Fixe bien ton attention
Sur les mots de la prière
Sinon tu t’égareras
Dans un monde imaginaire.

Le malin est irrité,
Agacé par la prière ;
Ne sois donc pas effrayé
Quand il te ferra la guerre.

Les paroles de la prière
Portent des fruits savoureux ;
Ils sont plus doux que le miel,
Tu ne peux l’imaginer.

Et ne me demande pas
Comment agit la prière
Je ne saurais l’expliquer
Car c’est un divin mystère.

Quand tu verras la prière
Agir au-dedans de toi,
Garde-la soigneusement,
Dans une grande humilité

Révérend Géronda,
Mon Moïse spirituel,
Donne ta bénédiction,
Que j’acquière la prière.

La Vierge Mère du Christ,
L’higoumène mystique,
Elle bénit tous les moines
Et leur donne la prière

Pour gravir le Sinaï,
O combien je le désire,
Arriver au Saint Sommet
En disant la prière.

En disant la prière
Seigneur Jésus-Christ
Fils et Verbe de Dieu
Aie pitié de nous, Amen.


Aucun commentaire: