"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

06 avril 2011

Prier sans cesse (Dynamis)

http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/3829


Ephésiens 6,18-24 : Vivez dans la prière et les supplications; priez en tout temps, dans l’Esprit; apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints. Priez aussi pour moi, afin qu’il me soit donné d’ouvrir la bouche pour parler et d’annoncer hardiment le mystère de l’Évangile, dont je suis l’ambassadeur dans mes chaînes; obtenez-moi la hardiesse d’en parler comme je le dois. Je désire que vous sachiez, vous aussi, où j’en suis et ce que je deviens; vous serez informés de tout par Tychique, ce frère bien-aimé qui m’est un fidèle assistant dans le Seigneur. Je vous l’envoie tout exprès pour vous donner de nos nouvelles et réconforter vos coeurs. Que Dieu le Père et le Seigneur Jésus Christ accordent paix aux frères, ainsi que charité et foi. La grâce soit avec tous ceux qui aiment notre Seigneur Jésus Christ, dans la vie incorruptible!

Le Sceau de l'Esprit – priez sans cesse – en particulier le verset 18 : "Vivez dans la prière et les supplications; priez en tout temps, dans l’Esprit; apportez-y une vigilance inlassable et intercédez pour tous les saints."

Concluant sa lettre aux Ephésiens, saint Paul continue de mettre l'accent sur des thèmes qu'il a parcourus au cours de l'épître. Tout devrait être accomplit ".. dans l'Esprit.." en Qui les fidèles ont été scellés (v. 18). On remarque aussi son évident désir de partager la grâce qu'il a reçue, car il envoie Tychique afin de réconforter les coeurs des Ephésiens (v. 22). On voit aussi qu'il est prêt à se soumettre à la volonté de Dieu, malgré qu'il soit aux arrêts et enchaîné (v. 20). De plus, il revient sur les thèmes du mystère de l'Évangile (v. 19) et de la sincérité (v. 24).

Ce qui est nouveau dans cette péricope épistolaire, c'est l'admonition de saint Paul à prier. Il expose que cette tâche est essentielle pour tous ceux qui sont scellés dans l'Esprit, car la prière seule rend possible l'accomplissement de la sincérité du coeur, le désir de communiquer la grâce aux autres, et la soumission à la volonté divine.

Saint Paul exhorte les fidèles à prier sans cesse. La prière doit être la constante de la vie Chrétienne, car, par sa nature, la prière est ".. la conversation et l'union de l'homme avec Dieu," comme le rappelle saint Jean du Sinaï. Nous sommes si susceptibles d'être distraits, trompés et égarés – que ce soit par nos passions ou par les esprits du mal – que "la conversation et l'union" avec Dieu sont nécessaires si nous espérons atteindre à la pureté de coeur. La prière, comme lutte spirituelle, concentre sur la conversation divine, jusqu'à ce que nous soyons un – "Moi en eux, et Toi en Moi, afin qu'ils soient parfaitement un" (Jn 17,23).

De plus, Qui d'autre que Dieu pourrait nous purifier? Écoutez le conseil du sage Jean du Sinaï : "jusqu'à ce que nous soyons parvenus à acquérir la vraie prière, nous sommes comme des gens qui enseignent à des petits enfants à apprendre à marcher." Soyons patients et persistants, comme le conseille l'Apôtre, restant sur nos gardes et persévérant (v. 18).

La prière nous aide à discerner ce qui nous éloigne de Dieu, et plus encore : grâce à la puissante aide de l'Esprit, la prière nous aide à bânir toutes les pensées qui assaillent inévitablement nos efforts à maintenir l'union avec le Seigneur. Ces bénéfices ont amené les Pères à enseigner l'usage de ce qu'ils appellent "monologia," ou "unité de pensée." La Prière de Jésus est la forme la plus connue et la plus éprouvée de "monologia." L'usage régulier, persistant, de cette simple Prière de Jésus nous révèle notre pitoyable condition spirituelle. En étant encouragé cependant dans le combat par cette parole de saint Jean le Sinaïte : "ce qui a été obtenu par la prière régulière et prolongée perdure."

Qu'obtient-on? Une chose assurément, l'unité ou sincérité de coeur. Nous connaissons le potentiel de confusion des motivations. La prière dans l'Esprit dévoile de manière unique une telle convusion, exposant ce qui est de Dieu et ce qui appartient à ce monde, venant de nos passions, ou d'une suggestion du démon.

La prière continue, c'est comme clarifier du beurre – un processus de réchauffement lent qui permet aux impuretés de remonter à la surface, puis d'être écrémées. Lorsque nous prions, notre âme se réchauffe, et petit à petit, elle est purifiée par la prière, jusqu'à ce que le coeur parvienne à la véritable unité et pureté.

La prière crée aussi un authentique désir de partager la grâce avec les autres. Et la marque permanente de ceux qui partagent la grâce, c'est une vie baignée dans la prière. Ceux-là se reposent sur la prière permanente, peu importe les circonstances externes qu'ils ont à affronter. Alors, comme le dit saint Jean, "… là où se trouve le Créateur de l'esprit, tout obéit." Ainsi, les paroles et les actes de celui qui prie sans cesse sont en accord avec le Seigneur, et la grâce est naturellement communiquée selon les besoin de celui qu'il rencontre.

La prière illumine aussi le coeur afin de percevoir sa place propre dans le Corps du Christ. D'où l'état de préparation à se soumettre aux autres. Comme le dit saint Jean, parfois notre bon Roi distribue Ses dons Lui-même, et parfois ils nous arrivent "… par le biais d'un ami, et parfois même d'un serviteur.."

O Seigneur, guide ma volonté; enseigne-moi à prier; prie Toi-même en moi.



misez sur le bon cheval : le Christ!

Aucun commentaire: