"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 avril 2011

Prière lorsqu'on a des mauvaises pensées (Saint Syméon de la Montagne Admirable)

Prière adressée au Seigneur Jésus-Christ par Saint Syméon de la Montagne Admirable, lorsque l’on a des mauvaises pensées

saint Symeon le Nouveau Stylite


Maître Seigneur Jésus-Christ, Verbe du Dieu Immortel, Artisan et Guide de cette gigantesque Création, Fils unique, qui sans âge as brillé du Père et qui es sorti ineffablement de la Vierge, Tu t’es incarné sans changement et sans mélange, afin de délivrer de la servitude de l’ennemi ceux que Tu as façonnés. Toi qui du Père ne T’es point séparé et as séjourné avec nous, Tes indignes serviteurs, Lumière de l’impassibilité qui dissipe les ténèbres de l’ignorance, lueur des âmes qui veillent, joie du peuple Orthodoxe, délectation des Anges et des âmes, qui est beauté sans fin, Toi Le Bien Aimé, feu et désir, garde sans faille l’esprit de ceux qui se sont en vérité fortifiés en toi, Toi qui es bon par nature, patient et plein de miséricorde. Eloigne de moi, pauvre pécheur, les pensées qui m’affligent, car Tu sais, Toi qui connais le coeur des hommes, Toi qui vois dans le secret de mon coeur, qu’elles sont contre ma volonté. Pardonne-les moi, Maître de toutes choses, et qu’elles ne me soient pas considérées comme un péché. Fais-moi miséricorde et envoie-moi Tes dons, depuis le saint Trône de Ta gloire, et couvre mon impuissance, à moi Ton indigne serviteur. Donne-moi la sagesse et enseigne-moi Tes Commandements et je vivrai. Guéris les plaies de mon âme et illumine les yeux de mon esprit afin que je comprenne pour toujours, Seigneur, Ton économie qui s’est faite en moi. Car mon esprit a perdu sa raison, et que pourrais-je donc Te dire, ô Toi qui connais tout depuis le début, Toi qui "connais le coeur et les entrailles." Tu sais que "mon âme est assoiffée de Toi comme une terre desséchée." Envoie donc Ta grâce, Seigneur, afin qu’elle vienne rassasier ma faim et désaltérer ma soif. Car c’est après Toi que je languis et de Toi je suis assoiffé, Lumière de Vérité, Donateur du salut. Verse donc, Seigneur, une goutte de Ta misericorde, afin qu’elle s’allume comme une flamme dans mon coeur et qu’elle consumme ses épines et ses ronces, c’est-à-dire les mauvaises pensées, et que mon esprit se fasse comme un serviteur, qu’il ne désire que Toi et qu’il Te cherche, ô Sauveur de l’univers. Eloigne de moi, Seigneur, tous les ennemis visibles ou invisibles, qui pourchassent mon âme, et donne-moi de passer le temps qui me reste sans péché, dans la paix, dans la pureté, menant une vie agréable à Toi, dans la parfaite patience, selon la grandeur de Ta miséricorde; pardonne-moi les fautes de chaque jour. Oui, Seigneur Dieu, qui es le seul bon, écoute ma prière et accomplis les demandes de mon coeur, afin que je devienne église par Ta grâce, pour que, habitant en moi, elle serre mon esprit comme des rennes, afin que je ne puisse pas m’égarer et commettre l’injustice devant Toi, et être chassé de Ta lumière. Car c’est à Toi qu’il appartient de nous faire miséricorde et de nous sauver, ô Christ notre Dieu, et nous Te rendons grâce et nous te remercions, et nous T’adorons, avec Ton Père sans commencement et Ton très saint, bon, et vivifiant Esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

source : feuillet Saint-Jean Cassien n°268, octobre 2006, page 7

Aucun commentaire: