"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

13 juillet 2011

Jeûner, prier, clés de la grâce divine (saints Athanase d'Alexandrie et Jean Chrysostome)

Celui qui prie et qui jeûne comme il convient, n'a pas beaucoup de besoins, et celui qui n'a pas beaucoup de besoins n'est pas envieux. Celui qui jeûne est léger, presque aérien, et il prie avec attention, et il éteint ses désirs malsains, il est agréable à Dieu, et il rend son âme humble en s'élevant ainsi. Rien n'est plus puissant que celui qui prie sincèrement.
Saint Jean Chrysostome



Ce grand homme qu'était Moïse, lorsqu'il jeûnait, conversait avec Dieu, et il reçu la Loi. Le grand et saint Elie, en jeûnant, fut trouvé digne de visions divines, et pour finir il fut enlevé comme Celui qui est monté au ciel. Et Daniel, en jeûnant, bien qu'étant encore un jeune homme, se vit confier la compréhension du mystère, et lui seul put interpréter le songe secret du roi.
Saint Athanase d'Alexandrie

Aucun commentaire: