"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

30 avril 2011

Chuter et se relever, mais ne jamais laisser tomber Dieu (saint Pierre Damascène)

Si vous tombez, relevez-vous. Si vous retombez, relevez-vous à nouveau. Mais en tout cas, n'abandonnez pas votre Médecin, sinon vous serez condamnés à pire qu'un suicide, car vous serez désespéré. Patientez après Lui, et Il sera miséricordieux, soit vous rectifiant, soit vous envoyant des épreuves, ou à travers tout autre moyen que vous ignorez.
Saint Pierre Damascène


la chute d'Icare, art contemporain
source & (c)

29 avril 2011

"Condamnés à l'immortalité!" - homélie pascale de saint Justin Popovic

http://www.pravmir.com/a-paschal-homily-of-blessed-justin-of-chelije/

Notre père l'archimandrite Justin Popovic (1874-1979) fut un théologien, un apologète, un écrivain, un observateur critique mais pragmatique de la vie ecclésiale, un philosophe, et l'archimandrite du monastère de Celije, près de Valjevo (Serbie).





Condamnés à l'immortalité
L'homme a condamné Dieu à mort. Par Sa Résurrection, Il a condamné l'homme à l'immortalité. En échange des coups, Il l'embrasse. En échange de la trahison, une bénédiction. En échange de la mort, l'immortalité. L'homme n'a jamais montré autant de haine envers Dieu que lorsqu'il L'a crucifié. Et Dieu n'a jamais montré autant d'amour pour l'homme que lorsqu'Il est ressuscité. L'homme avait même voulu réduire Dieu à n'être qu'un mortel, mais par Sa Résurrection, Dieu a rendu l'homme immortel. Le Dieu crucifié est Ressuscité et a tué la mort. Et la mort n'est plus. L'immortalité s'est emparée de l'homme et du monde entier.
Par la Résurrection du Dieu-Homme, la nature humaine a été menée irréversiblement sur le chemin de l'immortalité, et est devenue redoutable pour la mort elle-même. Car avant la Résurrection du Christ, la mort était redoutable pour l'homme, mais après la Résurrection du Christ, l'homme est devenu redoutable pour la mort. Lorsque l'homme vit dans la Foi au Dieu-Homme ressuscité, il vit au dessus de la mort, hors de son atteinte. Elle lui est un marche-pied : "O Mort, où est ton aiguillon? O Hadès, où est ta victoire?" (1 Co 15,55).
Lorsque meurt un homme qui appartient au Christ, il ne fait que laisser de côté son vêtement de chair, dans lequel il sera à nouveau vêtu au Jour du terrible Jugement.
Avant la Résurrection du Dieu-Homme, la mort était la seconde nature de l'homme: la vie première, la mort seconde. Mais par Sa Résurrection, le Seigneur a tout changé : l'immortalité est devenue la seconde nature de l'homme, elle est devenue naturelle pour l'homme; et la mort lui est devenue non-naturelle. Comme avant la Résurrection du Christ, il était naturel pour l'homme d'être mortel, ainsi après la Résurrection du Christ, il est devenu naturel pour l'homme d'être immortel.
Par le péché, l'homme est devenu mortel et passager. Par la Résurrection du Dieu-Homme, il est devenu immortel et perpétuel. Telle est le pouvoir, la force, la toute puissance de la Résurrection du Christ. Sans elle, il n'y aurait pas de Christianisme. De tous les miracles, c'est là le plus grand. Tous les autres miracles y trouvent leur source et y mènent.
C'est de là que grandit la Foi, l'Espérance, l'Amour, la prière, et l'amour pour Dieu. Voyez donc : les disciples fugitifs, ayant abandonné en hâte Jésus alors qu'Il mourrait, reviennent vers Lui parce qu'Il est ressuscité. Voyez donc : le centurion confessant le Christ comme Fils de Dieu après avoir vu la Résurrection du tombeau. Voyez donc : tous les premiers Chrétiens qui sont devenus Chrétiens parce que le Seigneur Jésus était ressuscité, parce que la mort avait été vaincue. Ca, aucune autre religion ne l'a. C'est ça qui élève le Seigneur Christ au dessus de toute les autres divinités et tous les autres humains. C'est ça qui, de la manière la plus irréfutable qui soit, montre et démontre que Jésus-Christ est l'Unique Vrai Dieu et Seigneur du monde entier.
A cause de la Résurrection du Christ, à cause de Sa victoire sur la mort, des hommes sont devenus, continuent à devenir, et continueront à devenir Chrétiens. Tout l'histoire du Christianisme n'est rien d'autre que l'histoire d'un unique miracle, à savoir la Résurrection du Christ, qui tisse un lien ininterrompu à travers le coeur des Chrétiens, d'un jour au suivant, d'une année à l'autre, à travers les siècles, jusqu'au Jour du Jugement.
En fait, l'homme ne naît pas lorsque sa mère le met au monde, mais lorsqu'il en vient à croire au Christ Ressuscité, car alors il naît pour la vie éternelle, tandis qu'une mère fait naître des enfants pour la mort, pour la tombe. La Résurrection du Christ est notre mère à nous tous, tous les Chrétiens, la mère des immortels. Par la foi en la Résurrection, l'homme est né de nouveau, né pour l'éternité. "C'est impossible!" dit le sceptique. Mais écoutez donc ce qu'en a dit le Dieu-Homme Ressuscité : "Tout est possible à celui qui croit!" (Mc 9,23).
Le fidèle est celui qui vit, de tout son coeur, de toute son âme, de tout son être, conformément à l'Évangile du Seigneur Jésus Ressuscité.
La Foi est notre victoire, par laquelle nous conquerrons la mort; mais la Foi au Seigneur Jésus Ressuscité. Ô Mort, où est ton aiguillon? L'aiguillon de la mort, c'est le péché. Le Seigneur a enlevé le dard de la mort. La mort est un serpent; le péché est son croc. Par le péché, la mort introduit son poison dans l'âme et dans le corps de l'homme. Au plus un homme a de péché, au plus il est mordu, au plus la mort lui injecte son poison en lui.
Lorsqu'une guêpe pique un homme, il utilise toute sa force et son habilité pour enlever le dard. Mais lorsque le péché le blesse, ce dard de la mort, que faudrait-il faire? Il faut en appeler au Seigneur Jésus Ressuscité, dans la foi et la prière, afin qu'Il puisse arracher l'aiguillon de la mort planté dans l'âme. Dans Sa grande bonté et philanthropie, Il le fera, car Il est débordant de miséricorde et d'amour. Lorsque nombreuses sont les guêpes qui ont attaqué le corps de l'homme et l'ont blessé de nombre de dards, alors l'homme est empoisonné et meurt. C'est ce qui arrive aussi avec l'âme de l'homme, lorsque nombre de péchés l'ont blessé de leurs dards : elle est empoisonnée et elle meurt d'une mort sans résurrection.
En gagnant contre le péché en soi par le Christ, l'homme défait la mort. Si vous avez vécu le jour sans avoir vaincu le moindre de vos péchés, sachez que vous vous êtes engourdi. Vainquez un, deux ou trois de vos péchés, et voyez donc : vous êtes devenu plus jeune que la jeunesse qui jamais ne se fane, jeune dans l'immortalité et l'éternité. N'oubliez jamais que croire en la Résurrection du Seigneur Christ signifie mener un combat perpétuel contre les péchés, le mal, la mort.
Si un homme combat effectivement péchés et passions, cela démontre qu'il croit en effet au Seigneur Ressuscité. S'il les combat, il lutte pour la vie éternelle. S'il ne combat pas, sa foi est vaine. Si la foi d'un homme n'est pas une lutte pour l'immortalité et l'éternité, alors dites-moi, qu'est-elle? Si la foi en Christ ne nous amène pas à la résurrection et à la vie éternelle, à quoi nous sert-elle? Si le Christ n'est pas ressuscité, cela signifie que ni le péché ni la mort n'ont été vaincus, alors pourquoi croire au Christ?
Pour celui qui, par la foi dans le Seigneur Ressuscité, combat chacun de ses péchés, s'affermira graduellement en lui le sentiment que le Christ est en effet ressuscité, qu'Il a vaincu la blessure mortelle du péché, qu'Il a effectivement vaincu la mort sur tous les fronts du combat. Le péché diminue graduellement l'âme dans l'homme, la menant à la mort, d'immortelle, la faisant devenir mortelle, de l'incorruption, la faisant tomber dans la corruption. Au plus il y a de péchés, au plus l'homme est mortel. Si l'homme ne ressent pas l'immortalité en lui-même, sachez qu'il est dans les péchés, dans les mauvaises pensées, dans les sentiments indolents. Le Christianisme est un appel : combattez la mort jusqu'au dernier souffle, combattez jusqu'à ce que la victoire complète aie été atteinte. Chaque péché est une désertion; chaque passion acceptée, c'est comme battre en retraite; chaque vice, c'est une défaite.
Il ne faut pas être surpris que les Chrétiens meurent aussi corporellement. C'est parce que la mort du corps est ensemencement. Le corps mortel est semé, dit l'Apôtre Paul, et il croît, et il se relève dans un corps immortel (1 Co 15,42-44). Le corps se dissout, comme une graine semée, afin que l'Esprit Saint puisse accélérer la croissance et la perfectionner. Si le Seigneur Christ n'avait pas été ressuscité corporellement, qu'est-ce que cela aurait pu Lui apporter? Il n'aurait pas sauvé l'humain entièrement. Si Son corps ne s'est pas relevé, alors pourquoi Se serait-Il incarné?
Pourquoi aurait-Il assumé la chair en Lui, s'Il ne lui avait rien donné de Sa divinité?
Si le Christ n'est pas ressuscité, alors pourquoi croire en Lui? Pour être honnête, je n'aurais jamais crû en Lui s'Il n'avait pas ressuscité et n'avait dès lors pas vaincu la mort. Notre plus grand ennemi a été tué, et nous avons reçu l'immortalité. Sans cela, notre monde n'est qu'un étalage bruyant de stupidité révoltante et de désespérance, car nulle part au Ciel ou sous le Ciel on ne trouve plus grande stupidité que dans ce monde, s'Il n'y avait eu la Résurrection. Et il n'y a pas de plus grande désespérance que cette vie-ci sans l'immortalité. En un mot, il n'y a rien de plus misérable en ce monde que quelqu'un qui ne croie pas en la résurrection d'entre les morts. Pour une telle personne, mieux aurait valu de ne jamais naître.
Dans notre monde humain, la mort est le plus grand tourment, la plus inhumaine horreur. La liberté par rapport à ce tourment et cette horreur, c'est le salut. Un tel salut a été donné à la race humaine par le Vainqueur de la mort – le Dieu-Homme Ressuscité. Il nous a tous reliés au mystère du salut par Sa Résurrection. Être sauvé, cela signifie assurer à nos corps & âmes l'immortalité et la vie éternelle. Comment y parvenons-nous? D'une seule et unique manière, en menant une vie théanthropique, une nouvelle vie, une vie dans le Christ Ressuscité, dans et par la Résurrection du Seigneur.
Pour nous Chrétiens, notre vie sur terre est une école où nous apprenons comment nous assurer nous-mêmes la résurrection et la vie éternelle. Car à quoi bon cette vie, si nous ne savons acquérir par elle la vie éternelle? Mais afin de ressusciter avec le Seigneur Christ, l'homme doit d'abord souffrir avec Lui, et vivre Sa vie comme si c'était la sienne. S'il le fait, alors à Pâques, il saura dire avec saint Grégoire le Théologien : "Hier, j'ai été crucifié avec Lui; aujourd'hui, je vis avec Lui; hier j'ai été enseveli avec Lui; aujourd'hui, je ressuscite avec Lui" (Tropaire 2, ode 3 des Matines de Pâques).
Les Quatre Évangiles du Christ sont résumés en ces quelques mots : "Le Christ est Ressuscité! En vérité, Il est Ressuscité!"
Chacune de ses 2 phrases est un Évangile, et dans les Quatre Évangiles se trouvent toute la signification de toute la création de Dieu, du monde visible et invisible. Quand toute la connaissance et toutes les pensées des hommes sont concentrées dans l'acclamation de la salutation pascale, "Le Christ est Ressuscité!", alors la joie immortelle embrasse tous les êtres, et dans la joie ils répondent "En vérité, Il est Ressuscité!"

Pâques
Victor Petrovitch Koudrine (1925-1999)
source : Henri-Jean (merci!)

28 avril 2011

Soyez critique envers vous-mêmes, pas envers autrui (Macaire d'Optina)



Efforcez-vous de vous adresser les reproches à vous-mêmes, rien qu'à vous, et jamais à autrui. Soyez assuré que nul ne peut nous offenser ou nous choquer sans la permission de Dieu. Et à chaque fois que Dieu le permet, c'est toujours pour notre bien.
Staretz Macaire d'Optina, "lettres russes de direction spirituelle"

La vie vous a été donnée pour vous repentir. Ne la gaspillez pas en de vaines entreprises.
Saint Isaac le Syrien

26 avril 2011

L'eau bénite conservée et utilisée à domicile (OrthodoxWiki)



Après l'office de bénédiction, les fidèles remplissent des bouteilles pour emporter un peu d'eau bénite à la maison. Cette eau est aussi utilisée pour bénir les maisons durant la période de la Théophanie. L'eau est considérée par l'Église comme l'élément premier de la Création. En bénissant l'eau, il est demandé que le but originel de l'eau, à savoir être source de vie, bénédiction et sainteté, soit révélé à celui qui en boit.
Dans le Livre de la Genèse, la Création a commencé lorsque l'Esprit de Dieu a plané sur la surface des eaux. Dans la bénédiction de l'eau, on voit que le monde et tout ce qui s'y trouve est "très bon" (Gen. 1,31) et lorsque cela devient corrompu, Dieu le sauve.. à nouveau en effectuant une nouvelle Création en Christ, Son divin Fils et notre Seigneur par la grâce du Saint Esprit (Gal. 6,15).
Traditionnellement, on en conserve quantité à la maison, et nombre de Chrétiens Orthodoxes en boivent un petit peu quotidiennement à l'occasion de leur prière matinale. On peut aussi l'utiliser pour des bénédictions informelles lorsqu'il n'y a pas de clergé présent. Par exemple, les parents peuvent bénir leurs enfants avec de l'eau bénite lorsqu'ils quittent la maison pour aller à l'école ou jouer.
L'usage de l'eau bénite est basé sur le récit du baptême de Jésus par saint Jean le Précurseur et Baptiste, dans le fleuve du Jourdain, et l'interprétation Orthodoxe de cet événement. Ainsi, le baptême de Jean est vu comme un baptême de repentance, et les gens y venaient pour se faire laver de leurs péchés. Jésus n'ayant pas péché, car étant Dieu Lui-même, Son baptême avait comme effet que c'était Jésus Qui bénissait l'eau, la rendant sainte, lui rendant sa fonction originelle de la Création, à savoir être un instrument de vie.
source

extrait de
http://orthodoxwiki.org/Holy_water

25 avril 2011

De gloire en gloire - les coeurs purs pourront contempler l'incompréhensible nature de la Divinité (saint Grégoire de Nysse)



Selon l'infaillible parole du Seigneur, "Le pur de coeur verra Dieu" (Mt 5,8), à mesure de sa capacité, recevant autant que son esprit pourra le supporter; et cependant, l'infinie et incompréhensible nature de la Divinité restera au delà de toute compréhension. Car "la splendeur de Sa gloire, Son renom" comme dit le prophète (Ps 144,5), n'a pas de fin, et alors que nous Le contemplons, Il demeure le même à jamais, à la même distance au dessus de nous. Le grand David apprécia en son coeur ces glorieuses élévations, alors qu'il progressait de gloire en gloire; et cependant il s'écria à Dieu "Tu es le Très Haut pour les siècles sans fin" (Ps 82,19). Et par là, je pense qu'il signifie que dans toute l'infinie éternité des siècles, l'homme qui s'empresse vers Toi croît sans cesse alors qu'il s'élève, croissant toujours en proportion de son accroissement en grâce. "Tu es," en vérité, "le Très Haut," immuable à jamais, et ne pouvant jamais sembler devenir plus petit à ceux qui T'approchent, car Tu es toujours à la même hauteur et plus élevé que les facultés de ceux qui s'élèvent."
saint Grégoire, évêque de Nysse

24 avril 2011

L'Eucharistie et le Baptême, homélie pascale de saint Augustin d'Hippone


Je n'ai pas oublié ma promesse. Je vous avais promis, à vous qui avez été baptisés, un entretien sur le Sacrement de la Table du Seigneur que vous voyez maintenant encore et auquel vous avez pris part la nuit dernière. Vous devez savoir ce que vous avez reçu, ce que vous recevrez, ce que vous devriez recevoir chaque jour. (1)
Ce pain, que vous voyez sur l'Autel, consacré par la Parole de Dieu, est le Corps du Christ. La Coupe ou plutôt le contenu de la coupe consacré par la Parole de Dieu est le Sang du Christ. Par eux, le Seigneur Christ a voulu nous confier Son corps et Son sang, qu'Il a répandus pour nous en rémission de nos péchés. Si vous les avez reçus dans de bonnes dispositions, vous êtes ce que vous avez reçu. L'apôtre dit en effet : "Nous sommes nombreux, mais un seul pain, un seul corps" (1 Co 10,17). C'est ainsi qu'il explique le Sacrement de la Table du Seigneur "Nous sommes nombreux, mais un seul pain, un seul corps." Il vous est démontré avec ce pain combien vous devez aimer l'unité. Car ce pain est-il fait d'un seul grain? Les grains de blé n'étaient-ils pas au contraire fort nombreux? Mais avant d'être du pain, ils étaient séparés; ils ont été liés par de l'eau, après avoir été broyés (2). Si le blé n'est pas moulu et pétri avec de l'eau, il n'arrivera pas du tout à former cette chose qu'on nomme pain.
Vous aussi vous avez commencé par passer en quelque sorte sous la meule de l'humiliation du jeûne et du Sacrement de l'exorcisme. Vint le Baptême et avec l'eau vous avez été en quelque sorte pétris pour devenir du pain. Mais sans le feu, ce n'est pas encore du pain. Que symbolise donc le feu, c'est-à-dire l'onction d'huile (3)? Assurément l'huile nourricière du feu (4) est le sacrement du Saint-Esprit. Remarquez ce qu'on lit dans les Actes d'Apôtres. On vient de commencer la lecture de ce livre. C'est aujourd'hui qu'on commence la lecture du livre intitulé Actes d'Apôtres. Qui veut faire des progrès peut en tirer profit. Quand vous vous réunissez pour l'assemblée, cessez vos inutiles bavardages, soyez attentifs aux Écritures. Nous sommes vos livres. Réfléchissez donc et regardez par quelle voie le Saint-Esprit doit venir à la Pentecôte. Voici comment Il viendra : Il Se montre en langues de feu. Il nous insuffle la charité pour que, par elle, nous soyons enflammés pour Dieu et méprisions le monde, que nous fassions brûler nos scories et que notre coeur soit purifié comme l'or. Vient donc l'Esprit-Saint, après l'eau, le feu, et vous devenez le pain qui est le Corps du Christ. Ainsi en quelque sorte est symbolisée l'unité.

Vous connaissez les Mystères dans leur déroulement.
En premier lieu, après la prière (5), on vous invite à tenir votre coeur en haut; cela convient à des membres du Christ. En effet si vous êtes devenus membres du Christ, où se trouve votre tête? Les membres du corps ont une tête. Si la tête n'avait pas dirigé le mouvement, les membres ne suivraient pas. Où est allée notre tête? Qu'avez-vous récité dans le Symbole de la Foi? "Le troisième jour Il est ressuscité des morts, Il est monté au Ciel, S'est assis à la droite du Père." (6) C'est donc au Ciel qu'est notre tête. Aussi quand on dit : "élevons nos coeurs!" (7), vous répondez : "Nous le tenons vers le Seigneur." Et pour que vous n'attribuiez pas ce fait, d'avoir votre coeur vers le Seigneur, à vos propres forces, à vos propres mérites, à vos propres efforts, car c'est un don de Dieu d'avoir son coeur en haut, l'évêque, ou le prêtre qui offre, après la réponse du peuple : "Nous tenons notre coeur en haut vers le Seigneur", continue : "Rendons grâces au Seigneur notre Dieu", parce que nous tenons notre coeur en haut, "rendons grâces", car si ce n'était pas un de Ses dons, nous aurions notre coeur à terre. Et vous l'attestez en disant : "Il est digne et juste" que nous Lui rendions grâces, à Lui qui a fait que nous tenions notre coeur en haut vers notre tête.
Ensuite, après la sanctification du sacrifice de Dieu, parce qu'Il a voulu que nous soyons nous-mêmes Son sacrifice, ce qui est clairement indiqué dès qu'a été déposé ce sacrifice de Dieu que nous sommes nous aussi — ou plutôt le signe qui nous représente — voici donc qu'est achevée la sanctification, nous disons la Prière du Seigneur que vous avez apprise et récitée. Ensuite on dit : "La paix soit avec vous", et les Chrétiens s'échangent une sainte accolade. C'est le signe de la paix. Ce qu'expriment les lèvres doit se réaliser dans la conscience, c'est-à-dire que, de même que tes lèvres s'approchent de la joue de ton frère, de même ton coeur ne doit pas s'éloigner de son coeur.
Ce sont donc de grands, de très grands mystères. Veux-tu savoir à quelles conditions ils nous sont confiés? L'apôtre dit : "Celui qui mange indignement le Corps du Christ ou boit la Coupe du Seigneur se rend coupable du Corps et du Sang du Seigneur" (1 Co 11,27). Que signifie recevoir indignement? Recevoir avec dérision, recevoir avec mépris. Ne prends pas cela pour chose banale parce que tu le vois de tes yeux. Ce que tu vois passe, l'invisible qui est manifesté ne passe pas, mais demeure. Voici qu'on Le reçoit, qu'on Le mange, qu'on Le détruit... Le Corps du Christ est-Il détruit? L'Église du Christ est-elle détruite? Les membres du Christ sont-ils détruits? Non, vraiment! Ici ils sont purifiés, là-haut couronnés. Par conséquent ce qui est signifié demeurera quoique ce qui
signifie semble passer. Recevez-le donc pour y conformer votre pensée, pour conserver l'unité dans vos coeurs, pour fixer votre coeur en haut. Ne placez pas votre espoir sur la terre, mais dans le Ciel. Que votre foi en Dieu soit solide, que Dieu daigne l'agréer. Ce que vous ne voyez pas ici maintenant et que vous croyez, vous le verrez là-haut où sans fin vous vous en réjouirez.
Amen

+ Augustin


(1) Comme il convient et comme c'était le cas à la grande époque patristique de l'Église, à Hippone aussi, on célébrait la Divine Liturgie tous les jours.
(2) saint Irénée de Lyon, Adversus Haereses 3,17 (2)
(3) saint chrême ou myron
(4) symboliquement, puisque dans les lampadas, c'est l'huile qui alimente le feu brûlant devant les Icônes
(5) Dans la Divine Liturgie, les prières qui suivent la proclamation de la Parole
(6) Version de Carthage, pas le Credo "des Apôtres", autre version canonique en usage dans tout l'Occident Orthodoxe au 1er millénaire
(7) saint Cyprien de Carthage, De oratione Dominica, 31




Homélie 227 de saint Augustin, évêque d'Hippone, "sur les Mystères", adressée aux nouveaux baptisés le saint jour de Pâques

Le saint Feu à Jérusalem brûle toujours pour l'Église

Témoignages et évidences, version DVD multilingue en téléchargement, source vidéo ci-dessous :
http://www.oodegr.com/english/ekklisia/holylight.htm





en anglais :

Saint Feu - Holy Fire - Jerusalem from Orthodox Outlet for Dogmatic Enquiries (Greece) on Vimeo.





et avec des sous-titres en français (merci au Lecteur Claude L-G :-)

LA LUMIÈRE SAINTE À JÉRUSALEM: PREUVES ET TÉMOIGNAGES from OODE2 on Vimeo.



voir aussi :
les articles de 2006 (vidéo et étude scientifique)
http://stmaterne.blogspot.com/2007/04/le-saint-feu-descend-dans-le-spulcre.html

et surtout, les longs récits historiques tout au fil des siècles, etc :
http://stmaterne.blogspot.com/2008/04/saint-feu-de-jrusalem-le-grand-miracle.html

Le Christ est Ressuscité,
en vérité, Il est Ressuscité !

Gloire à Dieu en toutes choses !