"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

17 juin 2011

Comprendre les saints et les pères de l'Église quand on a grandit en Occident (Alexandre Kalomiros)

Si l'on veut parvenir à comprendre les saints et les Pères de l'Église (Orthodoxe), il ne suffit pas de se contenter de les lire. Les saints ont parlé et écrit après avoir vécu les mystères de Dieu. Ils ont personnellement expérimenté ces mystères.

Afin de les comprendre, il faut avoir soi-même progressé à un certain degré d'initiation dans les mystères de Dieu, en goûtant, sentant et voyant personnellement. Vous pouvez lire les livres des saints et devenir particulièrement féru à leur égard, d'une connaissance "cérébrale", sans jamais l'ombre d'un instant goûter ce que les saints ont goûté, eux qui ont écrit ces livres à travers leur expérience personnelle.

Afin de comprendre les saints de manière essentielle et non pas intellectuelle, vous devez avoir expérimenté tout ce dont ils parlent. Vous devez avoir goûté, au moins en partie, les mêmes choses qu'eux. Vous devez avoir vécu dans le fervent environnement de l'Orthodoxie, vous devez y avoir grandit.. Un monde entièrement nouveau doit naître dans le coeur d'un Occidental afin de comprendre quelque chose de l'Orthodoxie.
Alexandar Kalomiros, Against False Union, chapitre 23 "le grand fossé", 1959


"AGAINST FALSE UNION" (Contre la fausse union)
Auteur: Alexander Kalomiros
1ère édition: Astir, 1964.
2ème édition, Zefyros, 1995
Prologue par le bienheureux Photios Kontoglou
édition anglaise originale St. Nectarios Orthodox Press, traduite par George Gabriel.



Pensées d'un Chrétien Orthodoxe au sujet des tentatives d'union de l'Église Une, Sainte, Catholique et Apostolique, avec les prétendues églises occidentales.
Depuis sa première parution en 1964, ce document d'Alexander Kalomiros a été largement applaudi. Aussi bien Orthodoxes que non-Orthodoxes y font référence, citant particulièrement ses chapîtres sur l'ecclésiologie, le Salut, et la participation de l'Église au "Conseil Mondial des églises."
En ces jours où, "du fait de l'abondance d'iniquité, l'amour de nombreux s'est refroidi," nous espérons que ce livre continuera d'être une source d'inspiration, d'édification et de guidance vers le Salut pour les Chrétiens pieux et Orthodoxes, de même que pour tous ceux qui ne sont pas dans la Foi Orthodoxe (extrait de la préface de l'édition anglaise)




NDT :
Dans une autre partie de son ouvrage, Alexander Kalomiros reproche aux "convertis" occidentaux un manque d'humilité quand ils font étalage de connaissances face aux Orthodoxes "de naissance" – concept répandu mais inepte puisqu'on ne l'est pas sans le Baptême, passons. Il reproche les "leçons" qu'on donnerait, et qu'on ferait mieux de, nous, apprendre ce que c'est. L'auteur s'étant endormi dans le Seigneur, je ne saurais en discuter avec lui. J'invite cependant le lecteur à prendre connaissance de ce que dit le théologien et canoniste Orthodoxe "de souche", le p. Grigorios :
Culturalisme ecclésiastique : l’aliénation de la Culture et l’anéantissement de l’Église (La dérive culturaliste au niveau ecclésiastique : Le monisme de l’Église nationale)
Archimandrite Grigorios D. PAPATHOMAS, Paris, le 15 janvier 2010
http://www.orthodoxa.org/FR/orthodoxie/theologie/culturalisme.htm
Quelle Orthodoxie doit suivre un Occidental qui rentre dans l'Eglise? Voilà LA bonne question. Si au moins on lui donnait une version "nature", mais non, partout ce n'est qu'ethno-phylétisme. Alors nous avons plein droit à faire remarquer que ça, ce n'est pas l'Eglise. N'en déplaise aux zélateurs du culturalisme. Hormis ce genre de remarque, les textes d'Alexander Kalomiros sont d'une grande profondeur et richesse.

15 juin 2011

Prier, jeûner, veiller et l'acquisition du Saint Esprit (saint Seraphim de Sarov)

La prière, le jeûne, les veilles, et toutes les autres pratiques chrétiennes, aussi bonnes puissent-elles être en elles-mêmes, ne constituent certainement pas le but de notre vie Chrétienne : elles ne sont que les moyens indispensables pour parvenir à ce but. Car le véritable but de la vie Chrétienne, c'est l'acquisition du Saint Esprit de Dieu. Quant à ces jeûnes, veilles, prières et aumônes, et autres bonnes oeuvres accomplies au Nom du Christ, elles ne sont que des moyens d'acquérir le Saint Esprit de Dieu. Remarque bien que seule une bonne oeuvre accomplie au Nom du Christ, apporte les fruits du Saint Esprit.

saint Séraphim de Sarov, "entretiens avec Motovilov"

13 juin 2011

Compréhension de la Foi et repentance (p. Nicolas Deputatov)



Les mystères de notre Foi sont inconnus et incompréhensibles pour ceux qui ne se repentent pas.

archiprête Nicolas Deputatov, ‘Awareness of God’, "Orthodox Word Magazine", Juillet-août 1976