"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 janvier 2012

Action de grâce civile et Eucharistie (hiéromoine Tryphon, EORHF)

Un jour réservé pour rendre grâce à Dieu



La fête américaine de "Thanksgiving" ("action de grâce") est une tradition annuelle depuis 1863, lorsqu'en pleine Guerre de Sécession, le président Abraham Lincoln proclama un jour national d'action de grâce à célébrer le jeudi 26 novembre.

Le premier "thanksgiving" avait été célébré par les Pèlerins après avoir été amenés par Dieu sur les rives du Nouveau Monde. Cette fête avait duré 3 jours, on y avait amené assez de nourriture pour 13 pèlerins et 90 Indiens. Le menu de la fête consistait en poissons (de la morue, de l'anguille et de la perche de mer), des fruits de mer (coquillages, homards et moules), de la volaille sauvage (canards, oies, cygnes et dindes), venaisons, baies et fruits, des légumes (pois, potiron, betteraves, et probablement des oignons sauvages voire cultivés), des grains de culture (orge et blé), et les Trois Soeurs : fayots, maïs indien sèché, et de la courge. Les colons de la Nouvelle Hollande / Angleterre prirent l'habitude de célébrer des jours de prière d'action de grâce, ou "Thanksgiving", pour remercier Dieu pour des événements tels que des victoires militaires ou la fin d'une sécheresse.

Le terme "thanksgiving" / action de grâce a ses racines dans le mot grec ευχαριστία (eucharistia), d'où l'Église a tiré le mot Eucharistie. Pour les Chrétiens Orthodoxes, l'action de grâce suprême envers Dieu a lieu lorsque nous offrons le sacrifice eucharistique, entrant dans le Banquet Céleste, participant à l'éternelle Cène Mystique qui se déroule au Royaume des Cieux.

Durant la célébration de la Divine Liturgie, nous offrons un sacrifice de louange et d'action de grâce au Seigneur, pour Sa miséricorde et Sa bonté pleine d'amour. C'est devenu une coutume dans certaines régions que paroisses et monastères célèbrent la Divine Liturgie le matin de la fête américaine de Thanksgiving, comme étant devenue une coutume Orthodoxe américaine à commémorer, avec gratitude pour tout ce que le Seigneur a donné à Son peuple.

Durant ces temps si durs d'expulsions de propriétaires endettés et de pertes d'emploi, nombre d'entre nous partagerons le repas de "thanksgiving" dans les salles paroissiales, les maisons de retraite, ou les missions évangéliques protestantes. Il faut remonter jusqu'avant la seconde guerre mondiale pour trouver une époque où les familles américaines ont subit un tel cataclysme financier, et bien nombreux ne se sentent pas particulièrement reconnaissants. Cependant, ce don de la vie ne nous a pas été accordé pour avoir la sécurité matérielle ou financière, pas même pour une bonne santé. Cette vie nous a été donnée comme temps de purification, une période de préparation pour la vie éternelle que Dieu nous a promise comme étant notre héritage. Même lorsque nous luttons en des temps difficiles, ou chargés de souffrances physiques, nous pouvons voir que tout nous est donné pour notre Salut.

Le Banquet Céleste, cette célébration éternelle qui se déroule devant le Trône de Dieu, il est nôtre, ici et maintenant, à chaque fois que nous participons à la célébration de la Divine Liturgie. Cette célébration Eucharistique ("thanksgiving") dans laquelle le Christ offre Son Corps et Son Sang pour notre guérison physique et spirituelle, c'est cet instant dans le temps où nous sommes à même d'expérimenter le Banquet qui nous attend. L'espérance de la vie éternelle mérite notre lutte en cette vie, en préparant notre vie d'adoration devant la Sainte Trinité. Nous pouvons en être grandement reconnaissants.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon, EORHF

ndt : en marge de gauche, vous trouverez l'office d'action de grâce pour fêtes civiles / Te Deum, du p. Denis Guillaume d'heureuse mémoire.

Aucun commentaire: