"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

24 janvier 2012

La patience pour vaincre les épreuves (saint Isaac le Syrien)


Si l'affliction ne s'accompagne pas de patience, elle produit un double tourment, car la patience chasse la détresse, alors que la faiblesse de coeur est mère de l'angoisse. La patience est la mère de la consolation, elle est une certaine force qui naît généralement d'un coeur ouvert. Il est dur pour l'homme de trouver cette force au coeur de ses tribulations sans un don de Dieu, reçu à travers son ardente prière et ses nombreuses larmes.
Saint Isaac le Syrien, "homélies ascétiques"

Aucun commentaire: