"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

27 janvier 2012

L'Église domestique - rassemblée partout sur la terre (hiéromoine Tryphon, EORHF)



La récente tempête de neige qui a frappé une région des USA le 19 janvier 2012, le "Puget Sound", a été suivie par une tempête de glace et des vents violents. La combinaison de ces éléments naturels a été dévastatrice pour cette région qui ne reçoit d'habitude que peu de neige, et où les tempêtes de glace sont encore plus rares. Les coupures d'électricité qui s'en sont suivies ont laissé plus d'un demi-million de foyers sans électricité pendant des jours. Notre communauté monastique se tenant autour de notre foyer au gaz, les lampes au kérosène et les bougies fournissant la lumière, nous avons ainsi été amenés à nous souvenir qu'il y a 100 ans d'ici, cet événement aurait été la norme. Avant l'arrivée de l'électricité et du chauffage central, la plupart des familles se rassemblaient dans des parloirs, passant leurs soirées à lire, coudre, et à des conversations familiales. Il était inconcevable qu'on puisse tous aller se retirer dans des chambres, cuisines ou autres locaux, se séparant des autres membres de la famille.


La nature commune de la famille était ce qui est naturel. Je me souviens encore, quand j'étais enfant (ça ne date pas d'hier), assis avec mon frère et mes parents, écoutant des émissions radiophoniques. Avant l'arrivée de la télévision, les familles se rassemblaient dans le salon, où les enfants jouaient aux Legos, ou des jeux de société avec leurs parents. Il était inconcevable que viendrait une époque où tout le monde irait s'isoler dans des pièces séparées.

Les soirées passées ensemble en famille sont importantes, car ces moments-là ne sont pas là uniquement pour tisser des liens entre les parents et leurs enfants, mais servent de creuset pour le partage des valeurs familiales. Le vieux dicton disant "qu'une famille qui prie ensemble restera ensemble" était une évidence que l'on a bien souvent oubliée. Je me souviens d'une famille catholique-romaine de notre voisinage, qui avait une petite chapelle familiale, complète avec autel, statues et cierges. Chaque soir, ils s'y rassemblaient pour prier leur chapelet. Cette chapelle a laissé une empreinte indélébile dans mon esprit, quand bien même je n'avais alors que 6 ans.

Les repas en famille sont aussi importants pour construire de solides fondations morales et spirituelles chez les enfants. Être assis autour de la table du repas familial est un grand moment pour les parents, où ils peuvent développer de forts liens de confiance avec leurs enfants. Le dîner est un moment parfait pour parler avec vos enfants à propos de leurs amis, ou de leurs activités scolaires. Les membres de la famille qui se dispersent dans toute la maison pour la soirée, vont probablement agir comme des entités autonomes, et il y a peu de chance que les liens familiaux puissent s'y développer.

L'église domestique, qui a toujours été une partie si importante de la tradition de l'Église Orthodoxe, ne saurait se développer dans une famille où repas, prière et vie sociale se déroulent de manière dispersée dans la maison.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon


Aucun commentaire: