"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

05 janvier 2012

Souffrance et déification (docteur Noël J. Plourde)

Souffrir ne mène assurément pas en soi et par ce fait au désespoir. C'est lorsque nous nous projetons dans le futur et que nous pensons que cela n'en finira pas, ou qu'on a des problèmes et douleurs non-résolus de notre passé, que nous courrons le risque du désespoir. Si nous gardons comme perspective que la souffrance est une partie du processus pour mourir à ce monde, et que ce processus nous mène à la déification (theosis), alors elle peut même nous apporter de la joie.
Noël Joy Plourde, psychothérapeuthe chrétienne-orthodoxe



"Suffering certainly doesn't lead to despair in and of itself. It's when we project into the future and think that it will never end, or have unresolved issues and pain in our past, that we run the risk of despair. If we maintain the perspective that suffering as part of the process of dying to the world and that it leads us to Theosis, then it actually can bring us joy."
Noël Joy Plourde, Orthodox Psychotherapist

Aucun commentaire: