"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

11 février 2012

Aimer son ennemi est si difficile.. (Mae Murry, via p. Joshua EORHF)

Prière pour les ennemis.
Seigneur, plein d'amour pour les âmes, Toi qui as prié pour ceux qui T'ont crucifié et as commandé à Tes serviteurs de prier aussi pour les ennemis, pour ceux qui nous haïssent et nous persécutent, pardonne-leur et conseille-leur de se détourner de tout mal et de toute tromperie, et de vivre pour l'amour fraternel et le bien. Nous t'adressons humblement cette prière afin que d'une seule voix et d'une seule pensée, nous Te louions, Toi qui es plein d'amour pour les hommes.
Amen.




La réflexion ci-dessous, c'est comme si on me tendait un miroir..




"Personnellement, j'en suis à m'éloigner du Christ lorsque je suis blessée. Quand je fais du tort, je fais du tort, je souhaite faire du tort, non parce que j'aurais un masochisme profondément ancré en moi, mais parce que je sais que la guérison de mes blessures est dans le pardon envers ceux qui m'ont causé du tort,.. jusqu'à ce qu'à la fin je parvienne à les aimer en dépit de la manière dont ils me maltraitent. Je ne veux pourtant pas aimer mes ennemis, quand bien même je sais que dès lors, je dois continuer à souffrir.
Je ne cherche pas le Christ jusqu'à ce que la souffrance que j'endure arrive à vaincre la résistance de mon coeur, et là, pour finir, je découvre que la douleur que j'avais expérimentée, elle venait de moi, depuis le pire moment où je venais d'être blessée. Mes ennemis peuvent bien en effet m'avoir blessée, oui, mais c'est moi qui continue à appuyer avec mes doigts sur la blessure." Mae Murry

Mae Murry est nièce du hiéromoine Joshua (EORHF), qui a partagé sa réflexion




"I personally find myself retreating from Christ when I am wounded. When I hurt, I wish to hurt, not because I possess a deep seated masochism, but because I know that the treatment for my wounds is forgiveness of those who have wronged me, ...until ultimately I can love them in spite of their treatment of me. I do not want to love my enemies, so I do not seek Christ, even though this means I must continue to suffer.
I do not seek Christ until the suffering I experience overwhelms the resistance of my heart, and I ultimately discover that the pain I have been experiencing has been self-inflicted since the barest moments after I was injured. My enemies may have wounded me, yes, but it is I who continues to press my fingers into those wounds." Mae Murry



touche d'humour..

Aucun commentaire: