"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 février 2012

Les animaux comme don de Dieu (hiéromoine Tryphon, EORHF)

Hammi, notre chat forestier norvégien



Tous les soirs, j'essaie de passer une petite heure à la bibliothèque, assis devant le foyer. Notre bien-aimé chat forestier norvégien, Hammi, dort tous les soirs dans la bibliothèque / pièce commune. Hammi est très content lorsque toute la communauté monastique est s'y trouve avec lui. Il est un important membre de notre communauté, aimé de tous, et il est le seul chat que je connaisse à avoir sa propre page sur "facebook", une page lancée par une femme qui l'avait rencontré lors d'un pélerinage au monastère.


Ma première rencontre avec Hammi, un gros chat mâle, c'était alors que je marchais entre ma cellule et notre vieille caravane résidentielle (à présent partie), il y a 11 ans de ça. Nous nous étions observés mutuellement, mais au moment où je m'étais accroupi avec la main tendue, il était venu vers moi. Lorsque je l'ai pris, il a aussitôt commencé à ronronner, alors j'ai ouvert une boîte de conserve de saumon, et il n'est plus jamais reparti. Un mois après son arrivée, nous l'avons amené à un vétérinaire pour le faire examiner. C'est le vétérinaire qui suggéra qu'il devait avoir été abandonné par quelqu'un de Seattle, comme cela arrive fréquemment quand les gens veulent se débarrasser d'un animal, en étant certain que l'animal ne retrouverait pas le chemin de la maison (ce qui est impossible depuis une île).

Je raconte souvent aux gens qu'Hammi m'a domestiqué, car auparavant, je n'étais pas amateur de chats, étant allergique à leurs squames. J'ignorais au départ que les chats forrestiers norvégiens n'avaient pas de squames. Ils ont une fourure double très douce, de larges pattes, une bonne bouille, et sont une puissante boîte à ronrons. Ils sont sociables, ils aiment la compagnie humaine. Hammi salue quiconque vient au monastère, l'escortant pendant qu'il gravit les marches depuis le parking. Quiconque a déjà rencontré Hammi tombe sous son charme. J'ai abandonné le décompte du nombre de gens ayant déclaré ne pas aimer les chats mais qui voulaient avoir un chat forrestier norvégien, une fois qu'ils avaient rencontré Hammi.

De race intelligente, Hammia appris à nous faire comprendre ce qu'il voulait, qu'il s'agisse d'eau, de nourriture, de câlins, de se reposer, peu importe quoi. C'est un grand compagnon pour nous tous, il accompagne même lorsqu'un d'entre nous part méditer sur la Piste de Valaam. Il a un jeu particulier qu'il semble apprécier de jouer avec moi surtout. Je m'avance sur la piste, avec Hammi qui me devance. Il se cache derrière une grande fougère, et quand bien même je sais qu'il va arriver, il essaie toujours de me faire peur. Alors je cours vers l'avant, je me cache derrière un arbre, et je saute de ma cachette quand il arrive. Nous jouons à ce jeu jusqu'à la fin de la piste!

Il devient moins agile avec l'âge, tout comme moi. Nous souffrons tous les deux d'arthrite, et nous aimons nous asseoir près du feu les froides soirées d'hiver, lui ronronnant sur les genoux du vieux moine. J'ai tellement finit par m'y attacher que je ne saurais imaginer la vie du monastère le jour où il ne sera plus parmi nous.

Les animaux nous enseignent beaucoup à propos de la vie, et à propos de l'amour inconditionnel. Je n'oublierai jamais le jour où Hammi a repéré nos nouvelles poules qui venaient d'arriver. J'étais assis dans la veranda du réfectoire avec des hôtes. Hammi s'assis en observant les volatiles, puis commença à marcher vers la chapelle Saint Jean. Je le suivit, de même que nos hôtes. Lorsque nous arrivâmes à la barrière, Hammi s'applatit, prêt à bondir pour chasser. Il m'a suffit de lui dire "Non, Hammi, ce sont nos amis." Et il se redressa et reparti vers la véranda, me laissant avec mes amis près des poules. Il ne les a plus jamais approchées depuis.

Bien qu'ayant grandit avec chiens et chats, ils n'avaient pas fait partie de ma vie d'adulte, jusqu'à ce qu'Hammi arrive. Je suis très reconnaissant qu'il soit venu.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon


=====================================================


mon chien-loup et moi, dans la campagne enneigée, 4.2.2012


à lire à vos enfants, ce merveilleux petit livre (en anglais) :

Aucun commentaire: