"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 février 2012

Médecin des âmes - Dieu n'est pas un Procureur mais un Médecin (hiéromoine Tryphon, EORHF)



Les saintes Écritures, les oeuvres des Pères de l'Église antique, et les textes liturgiques de l'Église, tous attestent du fait que l'Église antique n'enseignait pas que l'Incarnation du Christ était destinée à être une propiation de la justice divine (ndt: apaiser un "courroux"). Au contraire, le Christ est venu comme un Médecin, avec l'intention d'apporter la guérison à l'humanité déchue. L'Incarnation du Christ a amené toute la nature humaine à Sa divine Nature, pour une guérison. Sa médecine spirituelle apporte la guérison, enlève la souillure du péché qui avait introduit la mort dans le cosmos, et rend tout à la plénitude.

Cette condescendance de Dieu, assumant notre chair humaine, et nous adjoignant Sa divinité, ne saurait se voir en termes légalistes, mais doit être comprise d'un point de vue médical. Nous sommes malades. Notre péché n'est pas une question de loi, mais de maladie. Dans notre état déchu, nous avons quitté la communion d'avec Dieu, et la mort du Christ sur la Croix n'a pas été accomplie parce que le Père aurait exigé du sang, mais parce qu'Il désire nous guérir, et restaurer la vie pour Ses créatures qui avions hérité de la mort de notre ancêtre déchu, Adam. Le fait que le Christ aie assumé notre nature humaine a rendu le traitement curatif possible.

Le Seigneur Jésus a fondé Son Église pour être l'hôpital de l'âme, et c'est entre ses murs que nous recevons le remède qui nous amène à la guérison dont nous avons besoin. Dieu ne désire pas la souffrance, ni même notre sang, mais uniquement que nous soyons restaurés à l'image qu'Il avait voulue pour nous. Ce Père aimant n'est pas un procureur, mais notre Médecin.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon
All-Merciful Saviour Orthodox Christian Monastery, EORHF


1 commentaire:

Anonyme a dit…

http://orthodoxologie.blogspot.fr/2015/03/denis-akhalachvili-pourquoi-y-t-il.html

Denis Akhalachvili: Pourquoi y a-t-il autant de gens «mauvais» à l'église?