"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

29 mars 2012

Harmonie entre pouvoir séculier et Église (hiéromoine Tryphon, EORHF)


Notre civilisation a besoin d'unité entre la religion et l'État séculier.

La grande division entre état séculier et religion s'est accrue substantiellement depuis mon enfance. Il y a belle lurette que notre nation n'est plus basée sur des valeurs chrétiennes, et que la religion n'y joue plus un rôle important dans la vie publique de ce pays. Le principe de nécessité de séparation entre l'Église et l'État a atteint une telle importance qu'il a frappé nombre de pays de christianophobie. Pourtant (aux États-Unis par exemple, ndt), il n'a jamais été de l'intention des Pères Fondateurs d'éliminer la religion de la place publique et de la vie politique, puis de la forcer à la sphère privée. Au contraire, ils avaient simplement voulu qu'aucune religion ne parvienne au statut d'Église d'État.

Nous constatons actuellement une forte croissance d'attaques par des athées déclarés, acharnés à détruire toute forme de manifestation publique de la signification historique de Noël, etc. Les livres d'auteurs athées, de même que tout ce qui se moque publiquement et taxe de mythes les croyances des Chrétiens, sont de plus en plus militants. Les athées ont transformé leurs credo radical en une autre forme de bigoterie religieuse. Par leurs attaques contre les Chrétiens, ils ont transformé leur athéisme en une forme militante de religion, exigeant que cela devienne une sorte d'église d'état, un peu comme ce qui s'est passé avec l'athéisme militant en Union Soviétique.

La réponse des Chrétiens ne saurait être une simple reddition, car c'est vraiment un assaut massif contre le Christianisme. Notre société ne tolèrerait pas sans réagir fermement de telles attaques contre le judaïsme ou l'islam, le mépris contre leurs croyances, ou des campagnes en faveur d'attaques racistes contre des minorités. Et pourtant, nos institutions politiques et judiciaires permettent des attaques haineuses contre les convictions de millions de Chrétiens. Cela continuera tant que nous autres Chrétiens n'auront pas décidé qu'assez c'est assez. Nous devons être fermes dans notre témoignage au Christ, défendre notre droit constitutionnel à la libre expression de notre foi, y compris notre droit à l'expression publique de cette foi.

S'il est légitime que notre nation prenne soin de ses pauvres et défavorisés, les Chrétiens doivent pouvoir continuer à influencer nos institutions gouvernementales et légales, à la lumière de notre Foi Chrétienne. L'éloignement de la religion hors de la sphère publique alimente la désagrégation, elle mine les valeurs mêmes qui avaient rendu notre nation forte.

Nous devons retrouver la vision fondatrice d'une nation tournée vers Dieu. Notre orientation actuelle, consumériste, hédoniste, avec un faible taux de natalité, est le résultat direct d'un sécularisme égoïste par essence; il s'accompagne d'un christianisme désenchanté, qui ne sait plus être le levain religieux du pays, et promouvoir des valeurs morales et bibliques; et tout cela voue notre nation à l'effondrement.

Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon


Aucun commentaire: