"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 mars 2012

La porte qui ouvre le chemin vers le Père (saint Cyrile de Jérusalem)

Saint Cyrile de Jérusalem, Catechèses, 10, 1ff, PG53, 660



Ceux qui croient au Dieu unique, le Père Tout-puissant, se doivent d'aussi croire en Son Fils unique engendré. Jésus dit "Je suis la porte. Nul ne vient au Père sans passer par Moi" (Jn 10,9; 14,6). Quiconque n'accepte pas "la Porte" ne saurait atteindre le Père. Quiconque désire prier le Père devrait adorer le Fils, sinon sa prière ne sera pas agréée. Le Fils est appelé Christ, ce qui signifie celui qui a reçu l'onction, c'est-à-dire qui a été consacré. Il n'a pas été oint par des mains humaines mais consacré par le Père afin de devenir prêtre à jamais. Il est mort mais n'est pas resté dans le monde des défunts, comme tout humain l'aurait fait. Il est le premier à S'être libéré d'entre les morts. Le Sauveur devient tout à tous, selon les besoins de chacun : pour ceux qui demandent l'allégresse, Il devient la vigne; pour ceux qui désirent entrer, Il devient la Porte; pour ceux qui ploient sous le fardeau du péché, Il devient un agneau, et un agneau sacrifié pour eux. Il devient tout à tous, mais demeure cependant ce qu'Il est. Il est appelé d'un double nom : Jésus, c-à-d "Dieu sauve", car Il nous donne le Salut; et Christ, c-à-d le Messie, l'Oint, car Il est le Prêtre. Il est le Médecin des corps et des âmes. De même qu'Il a rendu l'intégrité à ceux qui étaient physiquement aveugles, ainsi Il a donné la lumière à leurs esprits. De même qu'Il a donné au paralytique la chance de marcher, Il exhorte les pécheurs à diriger leurs pas vers le chemin de la pénitence.
Saint Cyril de Jérusalem, Catéchèses, 10, 1ff, PG53, 660


La fin de la route est proche!

Aucun commentaire: