"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

20 avril 2012

Être en paix avec soi-même (saint Jean Chrysostome)


Que vaut le fait que le monde soit en profonde paix si vous êtes en guerre avec vous-même? Voilà la paix que nous devrions conclure. Si nous y parvenons, rien ne saura nous atteindre. A cet égard, la paix civile n'est pas sans importance, d'où il est demandé "afin que nous puissions mener une vie calme et paisible." Mais si quelqu'un est perturbé lorsque tout est calme, alors c'est quelqu'un de misérable. Voyez-vous, Celui Qui parle de cette paix, que j'appelle de la 3ème sorte, la paix intérieure? Lorsqu'il a dit "afin que nous puissions mener une vie tranquile et paisible", il ne s'est pas arrêté là, il a ajouté "en toute piété et retenue". Mais nous ne saurions vivre dans la piété et la retenue sans que la paix soit établie. Car lorsque d'étranges considérations viennent perturber notre foi, quelle paix pouvons-nous avoir? Ou lorsque nous agitent les esprits d'impureté, quelle paix pouvons-nous avoir?
Saint Jean Chrysostome, homélie 7 sur l'épître à Timothée

Aucun commentaire: