"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

12 avril 2012

La voie de la vie et la voie de la mort (Evangile, Didachè)

"Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent" (Mt 7, 13-14).




La voie de la lumière
(Διδαχὴ τῶν δώδεκα ἀποστόλων - enseignement des Douze Apôtres, milieu du 1er siècle)

1. Il y a deux voie : l'une de la vie, l'autre de la mort ; mais il est entre ces deux chemins une grande différence. Or le chemin de la vie est le suivant : " D'abord, tu aimeras Dieu qui t'a créé ; en second lieu, tu aimeras ton prochain comme toi-même ; et ce que tu ne veux pas qu'il te soit fait, toi non plus ne le fais pas à autrui. "
Et voici l'enseignement signifié par ces paroles : " Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis, jeûnez pour ceux qui vous persécutent. Quel mérite, en effet, d'aimer ceux qui vous aiment ! Les païens n'en font-ils pas autant ? Quant à vous, aimez ceux qui vous haïssent ", et vous n'aurez pas d'ennemis. " Abstiens-toi des désirs charnels " et corporels. " Si quelqu'un te donne une giffle sur la joue droite, présente-lui l'autre aussi, et tu seras parfait; si quelqu'un te requiert de marcher un mille, fais-en deux avec lui ; si quelqu'un t'enlève ton manteau, donne-lui encore ta tunique ; si quelqu'un t'a pris ton bien, ne le réclame pas ", car tu n'en as pas le pouvoir. " Donne à quiconque t'implore, sans rien redemander ", car le Père veut qu'il soit fait part à tous de Ses propres largesses. Heureux celui qui donne, selon le commandement ! Car il est irréprochable. Malheur à celui qui reçoit ! Certes si le besoin l'oblige à prendre, il est innocent; mais, s'i! n'est pas dans le besoin, il rendra compte du motif et du but pour lesquels il a pris ; il sera mis en prison, examiné sur sa conduite et " il ne sortira pas de là qu'il n'ait rendu le dernier quart d'as ". Mais il a été dit également à ce sujet : " Laisse ton aumône se mouiller de sueur dans tes mains, jusqu'à ce qne tu saches à qui tu donnes."

2. Deuxième commandement de la doctrine : " Tu ne tueras pas, tu ne seras pas adultère ", tu ne souilleras point de garçons (homosexualité, ndt), tu ne commettras ni fornication, " ni vol ", ni incantation / magie, ni empoisonnement ; tu ne tueras point d'enfants, par avortement ou après la naissance ; " tu ne désireras pas les biens de ton prochain. Tu ne te parjureras pas, tu ne diras pas de faux témoignage ", tu ne tiendras pas de propos médisants, tu ne garderas pas de rancune. Tu n'auras pas deux manières de penser ni deux paroles : car la duplicité de langage est un piège de mort. Ta parole ne sera pas menteuse ; pas vaine non plus, mais remplie d'effet. Tu ne seras ni avare, ni rapace, ni hypocrite, ni méchant, ni orgueilleux ; tu ne formeras pas de mauvais dessein contre ton prochain. Tu ne dois haïr personne; mais tu dois reprendre les uns, et prier pour eux, et aimer les autres plus que ta vie.

3. Mon enfant, fuis tout ce qui est mal et tout ce qui ressemble au mal. Ne sois pas irascible, car la colère mène au meurtre; pas jaloux, ni querelleur, ni violent, car c'est de là que viennent les meurtres. Mon enfant, ne sois pas convoiteux, car la convoitise mène à la fornication ; ne sois pas répandu en propos obscènes et en regards effrontés, car tout cela engendre les adultères. Mon enfant, n'observe pas le vol des oiseaux, car cela mène à l'idolâtrie ; garde-toi des incantations, des calculs astrologiques, des purifications superstitieuses, refuse même de les voir et de les entendre, car tout cela engendre l'idolâtrie. Mon enfant, ne sois pas menteur, car le mensonge mène au vol; pas avide d'argent ou de vaine gloire, car tout cela engendre les vols. Mon enfant, ne sois pas adonné aux commérages, car ils mènent au blasphème ; ni insolent et malveillant, car tout cela engendre les blasphèmes. Au contraire, sois doux, car " les doux auront la terre en partage ". Sois patient, miséricordieux, sans malice, paisible et bon ; tremble continuellement aux paroles (évangile; ndt) que tu as entendues. Tu ne t'élèveras pas toi-même, tu n'ouvriras pas ton âme à la présomption. Ton âme ne s'attachera pas aux orgueilleux, mais tu fréquenteras les justes et les humbles. Tu accueilleras comme autant de biens les événements qui t'arrivent, sachant que rien ne se fait sans Dieu.

4. Mon enfant, souviens-toi nuit et jour de celui qui t'annonce la parole de Dieu ; honore-le comme le Seigneur, car là où est annoncée Sa souveraineté, là est aussi le Seigneur. Recherche tous les jours la compagnie des saints, afin de te réconforter par leurs conversations. Tu ne feras pas de schisme, mais tu mettras la paix entre ceux qui se combattent. " Tu jugeras avec justice "; tu ne feras pas acception de la personne en reprenant les fautes. Tu ne demanderas pas avec inquiétude si une chose arrivera ou non. " Ne tiens pas les mains étendues quand il s'agit de recevoir, et fermées quand il faut donner. " Si tu possèdes quelque chose grâce au travail de tes mains, donne afin de racheter tes péchés. N'hésite pas avant de donner, mais donne sans maugréer et tu reconnaîtras un jour qui sait récompenser dignement. Ne repousse pas l'indigent, mets tout en commun avec ton frère et ne dis pas que tu as des biens en propre, car si vous entrez en partage pour les biens immortels combien plus y entrez-vous pour les biens périssables ?
Tu ne retireras pas la main de dessus ton fils et ta fille ; mais dès leur enfance tu leur enseigneras la crainte de Dieu. Tu ne commanderas pas avec aigreur à ton serviteur ou à ta servante qui mettent leur espérance dans le même Dieu que toi, de peur qu'ils ne perdent la crainte de Dieu, qui est au-dessus des uns et des autres ; car Il n'appelle pas suivant la qualité de la personne, mais Il vient à ceux que l'esprit a préparés. Pour vous, serviteurs (esclaves, ndt), vous serez soumis à vos maîtres comme à une image de Dieu, avec respect et avec crainte.
Hais toute hypocrisie et tout ce qui déplaît au Seigneur ; ne mets pas de côté les " commandements du Seigneur, mais observe " ceux que tu as reçus a sans rien ajouter ni rien retrancher ". Dans l'assemblée, tu feras l'aveu de tes péchés et tu n'iras pas à la prière avec une conscience mauvaise.
Tel est le chemin de la vie.




---------------------------------

NB : Quand on vit hors de l'Eglise où ce texte de la Didachè a été composé, on doit faire des études complexes pour le comprendre. Voyez par exemple celle-ci, qui ne manque pas d'intérêt mais que de chipotage pour savoir "quand et où"...
http://www.patristique.org/Les-Peres-apostoliques-V-La-Didache.html
Nous autres Chrétiens Orthodoxes, nous savons que nos ancêtres dans la Foi tenaient cet ouvrage en grande estime. Ca nous suffit pour y faire confiance.

Aucun commentaire: