"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 avril 2012

L'erreur populaire du Salut universel final, malgré le libre-arbitre humain (Prof. Valery Dukhanin, p. Pomazanski)

http://02varvara.wordpress.com/2010/03/05/the-popular-idea-of-universal-salvation-denounced-as-heresy/

Le Jugement Dernier


De nos jours circule une idée populaire parmi les fidèles Orthodoxes, prétendant qu'il n'y aurait pas de punition éternelle. En clair, que tous les pécheurs quitteraient pour finir l'infernal Hadès et iraient au Paradis. Récemment, le professeur Valery Dukhanin, diplomé en théologie du séminaire de Nikkolo-Ugresh, a rappelé que l'Église considérait depuis les origines cette opinion comme une hérésie, rapporte le site internet Русской линии (Ligne Russe). Selon cette erreur, à un moment donné, l'amour de Dieu recouvrira tous les péchés de l'humanité et éteindra les flammes de l'Hadès. Selon cette opinion, le feu de l'Hadès est pour purifier les pécheurs de leurs péchés. En plus certains ajoutent qu'à la Parousie / Seconde Venue du Christ, en voyant le Seigneur paraître, tous les hommes L'accepterons dans leur âme, et serons éternellement sauvés. Selon le professeur Dukhanin, Origène d'Alexandrie serait l'auteur de cette hérésie, un auteur que les saints pères auraient anathémisé et considéré comme hérétique (*)

En 543, un Concile local à Constantinople anathémisa tous ceux qui ne croyaient pas que les tourments de l'Hadès sont bel et bien éternels. Les saints pères conciliaires décrétèrent que "quiconque dit ou pense que la punition des démons et des gens mauvais n'est que temporelle, qu'elle s'achèvera après un certain temps, et qu'il y aura une réhabilitation des démons et des gens mauvais, qu'il soit anathème."

L'idée d'un salut universel est très dommageable, parce que ceux qui y souscrivent s'affaiblissent, commencer à pécher, et sombrent dans les enfers. Le pr. Dukhanin insiste beaucoup pour prouver la fausseté de cette idée. En particulier, en nombre de passages des saintes Écritures, il est explicitement écrit que les mauvais endureront l'éternel tourment. Un jour, quelqu'un demanda à un staretz, "si Dieu est si miséricordieux, pourquoi ne sauve-t'Il pas tout le monde, afin que tous, bons et méchants, aillent au Ciel?" Le staretz répondit, "en réalité, l'Hadès est miséricordieux pour les pécheurs non-repentants. Si ils devaient se retrouver au Ciel avec les justes, ce serait pour eux de loin le pire lieu de punition éternelle. Au festin des noces de l'Agneau, les saints viendront avec la blanche tunique de sainteté, les pécheurs seront dans les noires et puantes tuniques du péché. Les uns glorifieront le Christ, leur Sauveur, et les autres, qui toute leur vie auront volé et tué, ont été vains et orgueilleux, avides et gloutons, eux, ils grinceront des dents, car ils ont crucifié le Christ en leurs âmes, et L'auront persécuté tout au long de leurs vies."

Le professeur Dukhanin l'explique ainsi: "l'âme qui, durant cette vie-ci, n'aura aspiré qu'aux plaisirs terrestres, qui débordait d'orgueil, de malice et d'envie, sera incapable de goûter au bénéfice de la vie éternelle au Ciel, ces bienfaits leur seraient incompréhensible et étrangers." Cependant, les saints pères ne nient pas la possibilité que certaines âmes puissent passer de l'infernal état vers le Ciel par l'intercession de la fervente prière Chrétienne de l'Église et de leurs proches.

3 mars 2010

ANN News

http://www.annews.ru/news/detail.php?ID=215582


====

(*) NDT: il s'agit de la notion grecque d'apokatastasis. Il est classique que des séminaires et école de théologie répètent aux élèves cette "condamnation" - on a aussi vainement tenté de m'y faire croire.

En bref, Origène, génial chercheur en théologie, grand spirituel mais un peu excessif, a vécu avant les premiers Conciles généraux de l'Église. A ce titre, il ne saurait s'être trompé par rapport à un enseignement qui n'allait être précisé et formulé que 1 à 2 siècles après sa mort, selon les sujets abordés.
L'Écriture sainte aborde la question de ce genre de procès en l'absence de l'accusé : "Notre Loi juge-t-elle un homme sans d'abord l'entendre et savoir ce qu'il fait?" (évangile selon saint Jean 7,51)...
Ensuite, sa condamnation, 250 ans après son décès, se situait dans une période troublée pour la partie hellénistique de l'Église, qui avait la mainmise sur tout mais voyait le territoire d'influence se réduire rapidement sous les coups de butoirs des invasions barbares en Orient. Le même Concile condamnera autant les opinions coptes que syriaques ("trois chapitres").
Deux détails valant leur pesant de cacahouètes :
A. pour parvenir au quorum requis de votants, personne d'Occident ne voulant se prêter à la mascarade "oecuménique" cachant mal des conflits politiques, le Concile avait invité des évêques d'Afrique du Nord comme "votants occidentaux." Oui mais voilà, les souscriptions (signature marquant leur accord) ne laissent aucun doute: les évêques latins achetés pour la cause avaient été déposés pour .. hérésie..
Et sur les 15 points de doctrine origéniste condamnés, certains sont totalement absents de ses volumineux écrits.
B. Saint Grégoire de Nysse, un des nombreux grands amateurs de lectures origénistes, avait repris à son compte cette théorie de l'apocatastase! Certes pas comme une doctrine absolue, mais Origène non plus ne l'absolutisait pas, me semble-t'il. Et vu l'impact de ce géant théologique de Grégoire de Nysse en Orient, je serais surpris qu'aucun autre auteur Grec n'y ai aussi songé.
Or ce Concile ignore superbement l'erreur de son grand compatriote.
Sans commentaire :-)
Référence : saint Grégoire de Nysse, "La création de l'Homme", chapitre 21

====
Les fins ultimes (Archiprêtre Michael Pomazansky)
http://02varvara.wordpress.com/2011/10/09/9-october-2011-ultimate-things-whom-do-you-believe-the-blunder-or-fr-michael-pomazansky-there’s-no-contest/

Au sujet de l'état de l'âme après le "jugement particulier" (le Jugement d'une personne individuelle après que son âme aie quitté son corps), l'Église Orthodoxe enseigne ceci: "Nous croyons que les âmes des défunts sont dans un état de béatitude ou de tourment en fonction de leurs actes. Après séparation du corps, soit elles passent immédiatement vers la joie, soit vers la peine et le tourment. Cependant, elles ne ressentent pas la complète béatitude ou le tourment absolu. Ceux-là ne seront reçus qu'après la Résurrection Générale, lorsque l'âme sera réunie au corps dans lequel elle avait vécu dans la vertu ou dans le vice" (Épître des patriarches orientaux sur la Foi Orthodoxe, paragraphe 18). Ainsi l'Église Orthodoxe distingue 2 conditions différentes après le Jugement Particulier.. Une pour les justes, et une autre pour les pécheurs. En d'autres mots, paradis ou enfer. L'Église ne reconnaît pas les doctrines catholique-romaine et uniate qui affirment 3 conditions:
Béatitude
purgatoire
géhenne (enfer).

Les pères de l'Église utilisent habituellement le terme de "géhenne" pour se référer à la condition après le Jugement Dernier, lorsque mort et enfer seront précipités dans le "fleuve de feu" (Apocalypse de saint Jean, 20,15). L'Église, se basant sur la parole de Dieu, reconnaît les tourments de la géhenne comme éternels, sans fin, dès lors elle a condamné au 5ème Concile Oecuménique l'enseignement erroné des Origénistes (*) selon lesquels les démons et les impies ne souffriraient l'état infernal qu'un temps donné, et alors, seraient restarés dans leur condition originale d'innocence (apokatastasis, en grec). L'Apocalypse de saint Jean appelle la condamnation au Jugement Dernier / Universel la "seconde mort" (Apoc. 20,14). Cependant, il n'est pas de notre ressort de définir les frontières entre l'insondable miséricorde de Dieu et Sa justice. Nous savons que la volonté du Seigneur est que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité (1 Tim. 2,4). Mais par son propre mal, l'homme est capable de rejeter la miséricorde de Dieu et les moyens du Salut. A ce sujet, il vaut la peine de relire ce commentaire de saint Théophane le Reclus:

"Les justes entreront dans la vie éternelle, mais les pécheurs diabolisés iront dans les tourments éternels, en communion avec les démons."

L'Hadès ou Enfer
Herrade von Landsberg, vers 1185
Hortus Deliciarum (Jardin des Délices)
Abbaye du Mont Sainte-Odile (Abtei Hohenburg)
Mont Sainte-Odile (Odilienberg) (Département Bas-Rhin. Région Alsace), France

Aucun commentaire: