"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 avril 2012

Quitter l'église après l'annonce de la Résurrection et avant la Liturgie (métropolite Chrysostomos de Patras)



http://www.romfea.gr/epikairotita/12281-patron-min-fygete-to-pasxa-apo-tin-ekklisia


Nous préparant à la sainte Pâques et à la vénération de la glorieuse Passion de notre Sauveur Jésus-Christ, et à glorifier Sa Résurrection d'entre les morts, nombre de pensées inondent mon esprit, et nombre d'émotions affluent en mon coeur.

Expliquer tout ce que je ressens en tant que pasteur, tout ce qui secoue mon fors intérieur, prendrait beaucoup de temps et d'espace. Je crois que les sentiments de tous sont comparables aux miens en ces jours saints.

Notre Seigneur est élevé sur la Croix, et offre Son très précieux Sang. Il descend dans l'Hadès, et ressuscite le 3ème jour, afin de nous donner une vie nouvelle, et faire de nous des héritiers de Son Royaume éternel.

"Nous louons Sa Passion, chantons Sa mise au tombeau, et pour Sa Résurrection nous nous écrions : Seigneur, gloire à Toi"

Je suis ému par la participation de l'assemblée des fidèles à nos saints offices, et je me réjouis parce que les Grecs ont la Foi en Dieu profondément ancrée dans leurs âmes, ainsi que la dévotion à Sa Résurrection et à l'Eglise.

Mais hélas, ma joie est tempérée, ou plutôt elle est ternie lorsque je pense à la manière dont nous célébrons la sainte Pâques. Je ne citerai qu'un seul problème. Des milliers de fidèles affluent vers les saintes églises à l'occasion de la célébration de la Résurrection, et attendent avec joie et jubilation de recevoir la sainte Lumière.

La Création est illuminée par la Lumière du Ressuscité, Lumière sans déclin, et les anges célèbrent avec les hommes en chantant des hymnes triomphales à la lumineuse Résurrection du Seigneur - "Célébrons la mort de la mort, la destruction de l'Hadès, le début sans fin d'une nouvelle vie."

Et alors que tous sont dans la joie (en tout cas la plupart), parmi les participants à la célébration de la Résurrection, comme par une sorte de magie, ils sont saisis par le démon, et ils détournent leur face du Ressuscité, et se précipitent pour quitter la fête à la fois céleste et terrestre, le grand rassemblement du Ciel et de la terre semble pressé de quitter le Seigneur, Qui est à ce moment-là sacrifié sur le terrible Autel et offert à consommer aux fidèles, qui semblent trouver plus important de s'en aller vers d'autres lieux pour jouir de plaisirs exclusivement terrestres et de tables garnies.

Jamais je ne me sens aussi triste qu'en cette occasion. C'est une très grande affliction, lorsque nous chantons le verset "Que Dieu Se lève, et que Ses ennemis soient dispersés, et que ceux qui Le haïssent le fuyent," de savoir que ces fidèles s'en vont en hâte, qu'ils se dispersent, ceux-là même qui venaient de glorifier le Ressuscité.

Mentalement, à ce moment-là, je vois et j'entends notre Seigneur qui, tout en montrant la marque des clous, pose la question qu'Il posa à Ses disciples au Jardin de Getsémani : "Ne pourriez-vous pas veiller une heure avec Moi?"

"Mes enfants, dit-Il, pourquoi partez-vous? Êtes-vous à ce point fatigués? Ne voudriez-vous pas encore prendre un peu part à la Lumière céleste? Seriez-vous affamés?

Mes enfants, pourquoi M'abandonnez-vous? Mon peuple, qu'ai-Je donc fait contre vous, et pourquoi le réciproquez-vous? Au lieu de Mon amour, vous M'offrez l'oubli! Au lieu de Mon sacrifice, vous me présentez le reniement! Au lieu de Ma descente dans l'Hadès pour vous relever au Ciel, vous Me donnez de l'ingratitude! Au lieu d'accepter l'invitation à la Cène Eucharistique de la Résurrection, vous me présentez le dédain!

Mon peuple, pourquoi échange-tu le Ciel contre de la poussière, l'éternité contre le transitoire, l'immortelle nourriture contre l'aliment temporel, la joie du Règne de Dieu contre la fausse joie mondaine?

Mon peuple, pourquoi éteins-tu la Lumière de la Résurrection, et cours-tu éclairer les ténèbres de ton âme avec les fausses lumières de ce vain monde?"

Comment répondrons-nous au Seigneur à toutes Ses questions? Aucune logique humaine ne pourrait interpréter ce comportement. Nous tentons d'analyser ce phénomène et d'en explorer le fond.

C'est une chose étrange à entendre, terrible à voir. Hélas, cela fait des décennies que cela se produit, et c'est le résultat de l'ignorance des profondeurs de la fête et de son Mystère, de la Résurrection et du Salut.

C'est un produit de la sécularisation qui a frappé nos vies et notre société.

C'est le résultat de l'influence du démon, qui se réjouit de cette attitude du peuple.

En conclusion, le départ des fidèles de la sainte église avant la Liturgie de la Résurrection est un grand péché, et il trahit la frivolité par rapport aux questions de la Foi. Toutes les luttes que l'on a accomplies jusque Pâques s'en trouvent inutiles.

Certains ont préparé une excuse : "on ne saura jamais faire rentrer tout le monde dans l'église, nous serons au dehors. Que devrions-nous faire dans ce cas? Nous partirons car ça je ne sais pas le supporter."

A cette question, que dis-je, à ce prétete, je réponds : la grâce de la Résurrection du Ressuscité rempli tout et la Lumière de la Résurrection rayonne à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la sainte église et illumine les visages des enfants de la Résurrection. "Tout est rempli de lumière : le Ciel et la terre, et les régions sous-terraines."

De plus...

Le Seigneur S'est fait homme, Il S'est humilié, a été lynché, a porté une couronne d'épines pour nous, on Lui a craché dessus, on L'a fouetté, Il a gravi le Golgotha en portant la Croix sur Son épaule, on Lui a donné une boisson de fiel et de vinaigre à boire, Il a été cloué sur la Croix, et est descendu dans l'Hadès. Il S'est relevé d'entre les morts afin de relever l'homme déchu. Toutes ces choses, nous les avons oubliées et nous partons.. parce que nous serions fatigués, soucieux?

Je voudrais vous partager des expériences émouvantes que j'ai vécues avec des gens de foi, qui ont attendu des heures pour exprimer à Dieu leurs sentiments.

Je me limiterai à ces deux-ci :

- lorque j'étais le premier secrétaire du Saint Synode, j'ai accompagné feu l'archevêque Christodoulos pour une visite amicale à l'Eglise de Pologne. Là, nous avons célébré la Liturgie au monastère de Grabarka à l'occasion de la fête de la sainte Transfiguration. Des milliers de fidèles s'étaient rassemblés autour de la coline du monastère. Pendant la sainte Eucharistie, la pluie a éclaté.
J'ai pensé que ces gens allaient se disperser. Mais aucun n'a quitté la terrifiante Mystagogie, mais avec patience, ils sont restés là, dans la pluie, pour communier aux Purs Mystères, recevant le Très Saint Sang et Corps du Seigneur. Les moniales tenaient des parapluies, non pas pour protéger les prêtres, mais bien le saint Calice.

- la seconde expérience émouvante, c'était à Bucarest, en Roumanie, en octobre dernier, où nous apportions le crâne du saint Apôtre André pour la bénédiction et la sanctification du peuple roumain.
Des milliers de Roumains ont attendu là, en file, pendant près de 12 heures, de tôt au matin jusque dans la nuit, dans un terrible froid, pour que vienne leur tour pour vénérer la sainte relique. Il y avait une splendide sérénité sur leurs visages, et leurs yeux semblaient être une douce anticipation de la rencontre avec le saint.

Mes frères, il est temps de changer notre attitude au sujet de certains problèmes qui sont vitaux pour nous. Le centre de la vie de notre Eglise, c'est la Résurrection, et la Cène de la Résurrection, l'Autel de la Résurrection.

La célébration de Pâques ne devrait pas être un événement externe, mais quelque chose concernant l'intérieur de l'homme.

De manière incessante, nous devrions nous efforcer de revenir au Royaume de Dieu, et cette fête ne devrait pas être une opportunité séculière pour le désordre et une vie de luxure.

Je crois que cette Pâques, nous changerons notre attitude, et nous voudrons rester pour participer à la Cène du Royaume, écoutant la merveilleuse homélie de saint Jean Chrysostome qui s'écrie :

"S'il en est parmi vous qui sont de pieux amis de Dieu, qu'ils jouissent de cette radieuse fête!"

Et ayant goûté à la douce ivresse de la table immortelle de la Résurrection, partons ensuite vers les biens de l'autre table, celle de notre demeure, qui aura alors le parfum de la Résurrection, et comme cadeau, Dieu nous fera apprécier ces biens matériels, car l'homme est une entité psychosomatique, et en pélerin fait de mélange, selon saint Grégoire le Théologien, nous serons sanctifiés par l'Eglise de la Résurrection

Mes frères, ne quittez pas l'église à Pâques avant la Divine Liturgie. N'abandonnez pas le Seigneur. Ne commettez pas ce grand péché.

Une sainte Résurrection à vous tous
Métropolite Chrysostomos de Patras

Aucun commentaire: