"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

04 avril 2012

Se débarrasser du vieil homme en soi, recracher le fruit du mal (p. Tryphon, eorhf)


Dès l'instant où nous nous sommes consacrés à mener une vie en Christ, des changements surviennent. Nous commençons à marcher sur le chemin de la repentance, nous débarrassant du "vieil homme" et revêtant le Christ. Les eaux du Baptême ont entamé ce processus, les vivifiantes eaux de la régénération font de nous de nouvelles créatures. A son commencement, ce mouvement de conversion a un geste en quelque sorte de rejet, en ce qu'on se détourne des passions de ce monde qui dominaient auparavant nos vies. On renie son vieux "moi." on se détourne des anciennes habitudes, et on se décide à laisser le Christ nous changer.

Nous ne restons pas statiques mais progressons d'une manière dynamique, nous entrons dans une vie en Christ, nous soumettant à la grâce de Dieu. A ce stade-là, nous ne sommes plus en mode négatif, combattant le "vieil homme", mais entrant dans un mode positif. Elle devient nôtre, la joie de la rencontre avec le Dieu vivant. On devra éviter le "vieil homme", et on ne se souviendra plus de nos anciennes mauvaises habitudes que pour mieux éviter tout ce qui nous séparait de Dieu. Nous progressons loin de tout ce qui était une source de mort.

Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon

Aucun commentaire: