"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 juillet 2012

N'appelez personne "père" et ne vous faites pas appeler "maître" (p. Tryphon, EORHF)


"Et sur terre, ne donnez à personne le nom de père; car vous n'avez qu'un Père, celui du Ciel. Ne vous faites pas nommer maîtres; car vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé." (Mathieu 23,9-12).

Récemment, je suis entré dans une des épiceries de notre île, et j'ai entendu quelqu'un m'appeler, "salut, frère Tryphon!" En regardant, j'ai vu un jeune pasteur protestant, fils d'un de mes amis. Ce jeune homme est assistant du pasteur d'une église évangélique sur l'île, quelqu'un que je connais depuis son enfance. M'ayant appelé "frère", ça me rappelait un shérif adjoint quu, il y a quelques années, m'avait appelé "hiéromoine Tryphon", parce qu'il trouvait qu'il ne serait pas biblique de m'appeler "père."

Il me vint à l'esprit que le jeune ministre protestant n'aurait sûrement aucune objection à permettre à son propre enfant de l'appeler père, ni aucune difficulté à parler de quelqu'un de son église qui enseigne à l'école du dimanche en parlant du "maître." Et pourtant, le Christ n'a jamais dit que c'était OK d'appeler votre propre père de sang "père", et Il n'a pas non plus dit que vous pourriez appeler un instructeur "maître", docteur ou.. Il a dit "ne donnez à personne le nom de père; car vous n'avez qu'un Père, celui du Ciel. Ne vous faites pas nommer maître"....

La prétention protestante qu'appeler les prêtres "père" serait une violation des saintes Écritures ignore le fait que Jésus fait référence à notre "père Abraham" (Jn 8,56), et a raconté la parabole du Fils Prodigue, utilisant le terme "père" (Lc 15). De plus, saint Paul dit "je suis devenu votre père dans le Christ Jésus" (1 Cor 4,15).
Depuis le début, l'Église, et ce dès les temps de l'Ancien Testament, a appelé ceux oints par Dieu "prophètes", "maître" (rabbi), et "père." Comme les titres "frère", "pasteur", et "frère", ces titres ont servi à véhiculer une certaine chaleur, et honorer ceux qui servent le Seigneur, et qui nous servent.

De même que l'amour nous amène à appeler notre parent "père", ainsi nous aussi nous montrons de l'amour et honorons ceux qui nous servent, en les appelant "père." Que le Seigneur Jésus-Christ aie mis en garde de ne pas appeler des hommes "père" ou "maître", c'était un rappel que les dirigeants de Son peuple devraient rester purs et humbles. Son injonction, que les évêques, prêtres, diacres et docteurs devraient garder une personnalité naturelle, et une pieuse humilité; c'est évident. Notre Seigneur aurait tout aussi simplement pu instruire à Ses disciples "n'appelez personne révérend, ou pasteur, ou monsieur."

Nb: il est important de se rappeler que la Bible vient de l'Église et pas l'inverse. C'est pourquoi nous devons toujours aborder les saintes Écritures dans l'esprit de l'Église.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon

Aucun commentaire: