"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 septembre 2012

la réforme du pays doit commencer par moi (hiéromoine Tryphon, EORHF)



La réforme de la nation doit commencer par moi.

L'épouse d'un ami prêtre, enseignante, m'a raconté à quel point nombre de ses collègues étaient horrifiés, après avoir découvert que son mari était prêtre. Un d'entre eux l'évita pendant 3 mois, et un autre fit remarquer qu'elle devait se sentir très enfermée par les restrictions qu'elle subissait du fait d'être mariée à un prêtre. Cette femme est un professeur respecté, quelqu'un de bien, et cependant sa Foi, auparavant inconnue de ses collègues, devint instantanément un problème dès lors que le métier de son mari fut connu.

Bien que c'était très choquant à entendre, moi je n'en ai pas été surpris. Car notre région est réputée pour être un "nid d'athéisme". En cette époque de polarisation politique et religieuse, je crains que nous allons voir de plus en plus souvent ce genre de manifestation d'hostilité envers le Christianisme. Les gens deviennent hostiles envers les valeurs et les enseignements du Christianisme, et cependant de plus en plus tolérants envers la présence croissance de l'islam dans le pays. Si vous êtes habillé en habit musulman dit traditionnel, vous êtes bienvenu dans les lieux de travail et dans votre quartier, et en même temps, les Chrétiens font de plus en plus l'expérience de discrimination ouverte telle que l'a vécue cette femme de prêtre.

La réponse Chrétienne à un tel changement d'attitudes au sein de la société occidentale devrait être non pas de l'hostilité et de la colère, mais un engagement renouvelé de notre part, à ramener le Christ à une place prédominante dans notre nation, au travers d'un renouvellement spirituel au sein de nos propres coeurs. Nos compatriotes doivent voir en nous l'amour du Christ, et la joie de notre vie en Christ doit se traduire par une vie menée en harmonie avec notre environnement, une coexistence pacifique avec ceux d'autres convictions philosophiques et sociales, et un accueil des autres qui se passe sans les juger.

Le Christianisme ne devrait pas se réduire à de l'activisme politique, ou l'application d'une morale, car la réforme de la société ne saurait avoir lieu que lorsque le Christ peut changer le coeur de chaque citoyen. Chaque homme ou femme qui entre dans une relation personnelle au Christ est confrontée avec la découverte qu'il avait chuté et s'était éloigné de la gloire de Dieu, et a besoin du pardon.

Je suis convaincu que les attitudes négatives vues parmi un nombre croissant d'Occidentaux envers le Christianisme sont le résultat de notre échec en temps que Chrétien à vivre vraiment l'Évangile. Je dois demander au Christ de changer cette nation, à commencer par moi. La réforme de notre nation doit commencer par ma propre réforme.


Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon



Bon Nouvel An de l'Église à toutes et tous!



Aucun commentaire: