"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 septembre 2012

Où est Dieu? (hiérmoine Tryphon, EORHF)


Comment trouver Dieu dans un monde incroyant?

Dieu est un Dieu miséricordieux, prompt à pardonner, rapide à la miséricorde, empressé de nous accueillir aussitôt que nous nous tournons vers Lui.

De toute éternité, notre Dieu a choisi de créer une humanité à Son image et ressemblance, offrant à Ses créatures l'opportunité de comunier avec Lui dans l'infinitude du temps. Il nous a donné le libre arbitre, nous permettant de choisir, voire de ne pas choisir, une relation avec Lui. Nous, dans notre liberté, nous pouvons choisir entre le bien (Dieu) et le mal (satan), tel est le choix.

Habituellement, nous sommes capables de dire la différence entre le bien et le mal. Le meurtre et le vol sont de toute évidence dans le camp du mal, alors que la bonté, les actes philanthropiques, la miséricorde et l'amour sont dans le camp du bien, de la sainteté. Cependant nombreux ont comme sentiment que Dieu n'est qu'un mythe, une idée sympa, mais difficile d'y croire. Si ce Dieu en qui ils aimeraient croire était vraiment réel, ne ferait-Il pas en sorte qu'il soit plus facile de Le voir, et de Le chercher? Si nous sommes libres de choisir Dieu, pourquoi ne rend-t'Il pas plus facile de Le trouver? Pourquoi ce Dieu attend-t'Il de nous que nous croyons en Lui alors que nous ne savons ni Le voir ni Le sentir?

S'il y a un Dieu, pourquoi ne Se fait-Il pas tout simplement connaître, nous laissant choisir d'entrer ou pas en communion avec Lui?

Nombre de gens se posent ces questions, aux moins à eux-mêmes. Nombreux sont ceux qui veulent croire qu'il y a un Dieu qui prend soin d'eux, qui est capable de faire la différence dans leurs luttes quotidiennes, mais qui ne sont pas capables de s'abandonner à la foi. La philosophie nihiliste qui s'est emparée du coeur de tant de jeunes de nos jours est basée sur le désespoir d'une époque qui a vu tant de guerres, de misère, de meurtres, d'enfants abusés, et apparemment sans avenir. Comment pourrait-il y avoir un Dieu avec autant de souffrance affligeant ce monde? Comment pourrait-il y avoir un Dieu quand même les innocents, même les bons souffrent?

Où est Dieu? Il est dans le lever du soleil. Il est dans les glorieuses montagnes et l'immensité de la mer s'étendant par delà les horizons. Il est dans le tendre câlin de la main de la maman carressant son nouveau né. Il est dans le bras protecteur du policier qui réconforte l'enfant perdu retrouvé. Il est dans les paroles d'absolution prononcées par le prêtre après une bonne confession. Il est dans le visage souriant d'une vieille femme face au spectacle d'un jeune couple marchant main dans la main. Il est dans cette merveille de la Voie Lactée contemplée dans la nuit noire. Il est dans les sauts du petit enfant jouant avec son grand-père. Il est dans la chaleur d'un chat qu'on porte dans ses bras. Il est dans la Croix qu'a portée le Fils de l'Homme. Il est dans le pain et le vin qui vont devenir Son Corps et Son Sang. Il est laEsprit qui change les coeurs et rend les hommes saints. Il est plus proche de nous que notre propre respiration, plus tendre et aimant que l'étreinte de la grand-mère pour son petit enfant malade. Il est partout, car il ne saurait exister un endroit où Il ne saurait être. Il remplit toutes choses. Il peut être vu partout si seulement nous regardons avec les yeux et le coeur grands ouverts.

Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon


Ndt : et Il est à souffrir aux côtés de ceux qui souffrent, cherchant à amener leurs bourreaux à changer leur coeur vers un mieux, respectant la liberté de tous. Le démon poussant au contraire de manière directe à commettre le mal.
Mais c'est dur à encaisser et à admettre surtout quand des enfants sont victimes. Et j'en sais quelque chose...
A lire à cet égard : Tim Guénard, "Tagueurs d'espérance"

Aucun commentaire: