"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 octobre 2012

Le Saint des saints (Protection de la Mère de Dieu - Dynamis)




http://groups.yahoo.com/group/orthodoxdynamis/message/5100

Hébreux 9,1-7, épître pour la Fête de la Protection de la Mère de Dieu
La première alliance, elle aussi, avait donc des institutions cultuelles ainsi qu’un sanctuaire, celui de ce monde. Une tente, en effet-la Tente antérieure-avait été dressée; là se trouvaient le chandelier, la table, et l’exposition des pains; c’est celle qui est appelée: le Saint. Puis, derrière le second voile était une tente appelée Saint des Saints, comportant un autel des parfums en or et l’arche de l’alliance entièrement recouverte d’or, dans laquelle se trouvaient une urne d’or contenant la manne, le rameau d’Aaron qui avait poussé, et les tables de l’alliance; puis au-dessus, les chérubins de gloire couvrant d’ombre le propitiatoire. Ce n’est pas le moment de parler de tout cela en détail. Tout étant ainsi disposé, les prêtres entrent en tout temps dans la première Tente pour s’acquitter du service cultuel. Dans la seconde, au contraire, seul le grand prêtre pénètre, et une seule fois par an, non sans s’être muni de sang qu’il offre pour ses manquements et ceux du peuple.

Le Saint des saints : Hébreux 9,1-7, en particulier le verset 1 "La première alliance, elle aussi, avait donc des institutions cultuelles ainsi qu’un sanctuaire, celui de ce monde". Dans ces versets, l'Apôtre présente le contenu du sanctuaire ordonné par Dieu, sanctuaire terrestre utilisé pour les offices divins par l'assemblée de l'Ancienne Alliance. La première pièce de ce tabernacle (avec son équipement) était la zone réservée où les prêtres accomplissaient toujours leurs offices (v.6), et elle comportait un lieu où uniquement le grand prêtre allait, seul, une fois par an, pour un sacrifice sanglant, qu'il offrait pour lui-même et pour les péchés commis par ignorance par le peuple (v.7). Ainsi saint Paul représente une icône en cours de réalisation, afin de nous aider à comprendre le rôle de la Vierge de Dieu dans notre salut, Marie la Theotokos, alors que nous célébrons cette fête honorant son éternelle et priante protection.

Etant un "autel des parfums" (encensoir) en or (v.4), Marie fut un vase d'élection pour le Christ, l'Encens divin, et sa chaleur maternelle Le mit au monde, ce doux parfum Qui appelle l'humanité à Lui, et nous encourage à offrir de saintes prières à Dieu le Père.

La Vierge, comme "l'arche d'Alliance en or" (v.4) porta le Seigneur de l'Alliance afin qu'Il demeure parmi nous comme homme. Et, étant à la fois homme et Dieu, Il a inscrit l'Alliance sur les tablettes tenues dans l'Arche pour toute l'humanité, comme une boussole morale, simple, et c'est incarné qu'Il a enseigné à l'humanité.

Ainsi, Marie était "l'urne d'or" (v.4), le Christ étant la Manne céleste Qui reposa en elle, la Nourriture des Anges descendue ici bas pour nourrir les pèlerins qui parcourent cette vie-ci.

Etant elle-même de la lignée sacerdotale d'Aaron, la Vierge a fait naître de son corps "le rameau" (v.4), et Il a grandit et fleurit pour nous ouvrir le Salut immortel.

Etant ce "propiatoire" (v.5), Marie fut le trône pour le Monarque céleste, Celui que même les chérubins n'osent contempler tout en volant et agitant leurs ailes au dessus de Lui.

Cette "image écrite" détaille Celui que les yeux de la foi voient comme Seigneur. Quel service la Theotokos a rendu! Quelle offrande personnelle à Dieu et à l'humanité! Ces images enseignent aux yeux du coeur à voir pourquoi la Vierge était l'unique personne qui aie pu suivre le Christ vers l'éternel royaume depuis une tombe vide après sa Dormition. De sa naissance de parents trop vieux pour avoir des enfants, à ses années de maturation au sein du Temple, à sa visite par Gabriel l'ange lui annonçant son rôle maternel dans le Salut - tout fut une préparation afin qu'elle puisse servir comme étant le Saint des saints le mieux préparé qui soit, au sein duquel Dieu Lui-même choisi de demeurer en venant parmi nous. Cependant, tout comme son Fils, elle ne fit preuve que d'une profonde humilité, d'un amour serviable, et d'une grande dévotion.

Un voile de la Theotokos a été précieusement conservé en Palestine. Au 5ème siècle, 2 patriciens helléniques en pèlerinage y découvrirent le linge, l'acquirent et l'amenèrent à Constantinople, et construisirent une église à Blachernae pour honorer la relique, comme une autre fête le rappelle (31 août). Dans cette église, on trouve aussi une icône représentant la Vierge qui étend son voile comme pour couvrir les fidèles, car elle nous recouvre toujours de ses protectrices prières. Cette icône rappelle une apparition particulière de la Vierge en cet endroit au 6ème siècle. Comme le rapporte la chronique, saint Epiphanios "aperçu la Vierge au dessus des fidèles, ouvrant et étirant son voile au dessus d'eux, signifiant son incessante protection pour tous les Chrétiens."

En considérant à la fois le rôle unique de la Theotokos dans le Salut, et l'honneur qui lui a été accordé de voir son corps aux cieux après sa Dormition, nous en retirons une appréciation de la vision d'Epiphanios qui nous pousse à nous tourner vers elle comme vers notre intercesseur devant le Christ, devant la Sainte Trinité. Puisse-t'elle toujours et en tout temps nous recouvrir du voile de ses salutaires prières à Dieu! Car assurément, ses humbles, pieuses et honorables prières en notre faveur seront exaucées!

O Vierge, toi qui protège ton peuple de tous les assauts de l'ennemi, prie pour nous.



Aucun commentaire: