"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

18 octobre 2012

Vaincre le démon de la fornication (apophtegme des Mères du Désert)

 On rapporte d'Amma Sarah que 13 ans durant, elle eu à mener la guerre contre le démon de la fornication. Elle ne pria jamais pour que cesse cette guerre mais disait "O Seigneur, donne-moi la force."
Un jour, l'esprit de fornication l'attaqua plus fort que jamais, lui rappelant les vanités du monde. Mais elle s'abandonna dans la crainte de Dieu, se livrant à l'ascèse, et sorti sur sa petite terrasse pour prier. Alors l'esprit de fornication lui apparu corporellement et lui dit "Sarah, tu m'a vaincue." Mais elle répondit "Ce n'est pas moi qui t'ai vaincu, mais mon maître, le Christ."
Materikon, les apophtegmes des Mères du Désert









It was related of Amma Sarah [i.e. Mother Sarah] that for thirteen years she waged warfare against the demon of fornication.  She never prayed that the warfare should cease but she said, ‘O God, give me strength.’

Once the same spirit of fornication attacked her more insistently, reminding her of the vanities of the world. But she gave herself up to the fear of God and to asceticism and went up onto her little terrace to pray. Then the spirit of fornication appeared corporally to her and said, ‘Sarah, you have overcome me.’ But she said, ‘It is not I who have overcome you, but my master, Christ.’

Materikon

Aucun commentaire: