"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 janvier 2012

L'Incarnation - Noël (ancien calendrier - hiéromoine Tryphon, EORHF)


Dieu apparaît Lui-même dans la chair


Nous autres Chrétiens Orthodoxes utilisant l'ancien calendrier, nous arrivons à notre célébration de la Nativité du Christ notre Seigneur. Le 7 janvier, nous nous rassemblerons dans les chapelles, églises et cathédrales, pour célébrer la Liturgie de la Nativité de notre Seigneur, Dieu et Sauveur, Jésus-Christ. L'Incarnation même du Fils de Dieu et Sa venue en ce monde est singulièrement un des plus grands événements dans l'histoire de l'humanité. Que Dieu Lui-même viendrait prendre notre image, assumant notre humanité en y joignant Sa divinité, voilà bien un des plus grands mystères de notre Foi.

Une Vierge qui, par son humilité, était obéissante à la volonté de Dieu, accepta de devenir un tabernacle vivant pour le Dieu même Qui l'avait créée, et par son obéissance, elle deviendra le premier disciple du Seigneur, et la Nouvelle Eve, inaugurant notre Salut. Par Sa bienveillance, le Salut est entré dans notre monde, et la puissance de la mort a été vaincue. Le Verbe même de Dieu, par Qui le cosmos tout entier en était venu à l'existence, devint un petit enfant, né d'une femme. A ce moment-là, les démons tremblèrent, sachant qu'ils avaient d'ores et déjà perdu leur bataille, et que la rébellion contre Dieu voyait arriver sa fin.

Préparons-nous nous-mêmes pour la réception des saints Mystères, afin qu'en recevant le Corps et le Sang de notre Seigneur au cours de la Liturgie de la Nativité qui arrive, nous puissions donner à nouveau naissance au Christ, en nos coeurs cette fois. Renaissons en esprit, transformés et rendus à la plénitude par le vivant Dieu des Lumières. Ensemble avec les Anges et toutes les armées célestes, chantons "Alleluia, Alleluia, Alleluia, Seigneur Dieu des puissances célestes, le Ciel et la terre sont remplis de Ta gloire!"

Dans l'amour du Christ
Hiéromoine Tryphon

06 janvier 2012

Tout va bien? (saint Marc l'Ascète)

Même quand rien ne va mal, soyez prêt à l'affliction.
Saint Marc l'Ascète



Even when nothing is going wrong, be ready for affliction.
Saint Mark the Ascetic

05 janvier 2012

Souffrance et déification (docteur Noël J. Plourde)

Souffrir ne mène assurément pas en soi et par ce fait au désespoir. C'est lorsque nous nous projetons dans le futur et que nous pensons que cela n'en finira pas, ou qu'on a des problèmes et douleurs non-résolus de notre passé, que nous courrons le risque du désespoir. Si nous gardons comme perspective que la souffrance est une partie du processus pour mourir à ce monde, et que ce processus nous mène à la déification (theosis), alors elle peut même nous apporter de la joie.
Noël Joy Plourde, psychothérapeuthe chrétienne-orthodoxe



"Suffering certainly doesn't lead to despair in and of itself. It's when we project into the future and think that it will never end, or have unresolved issues and pain in our past, that we run the risk of despair. If we maintain the perspective that suffering as part of the process of dying to the world and that it leads us to Theosis, then it actually can bring us joy."
Noël Joy Plourde, Orthodox Psychotherapist

04 janvier 2012

vols d'articles & traductions de Saint-Materne sur des sites non-orthodoxes ou prétendument orthodoxes



note pour les lecteurs : des lecteurs fidèles me l'avaient déjà signalé et via google, je constate qu'en effet, mes traductions sont régulièrement volées, et depuis quelques mois c'est même systématiquement le cas par une certaine "église orthodoxe d'europe", dont le blog n'a même pas l'honnêteté de signaler d'où ils pillent le travail d'autrui. Ce groupuscule n'est pas le seul à pratiquer de la sorte, mais là c'est carrément quotidien, ça doit cesser. J'ai l'habitude de voir mes traductions pillées et le bénéfice du travail partir à d'autres – un de nos prêtres l'a longtemps fait, c'était pour la bonne cause donc je disais rien. Mais quand c'est réalisé hors de l'Église, j'aime beaucoup moins, car dans le chef des auteurs, c'est laisser à leurs éventuels lecteurs l'illusion qu'ils seraient "en communion" avec autre chose qu'eux-mêmes. Hors de question.

Aussi, je ne peux que vous recommander de toujours préférer la version originale, postée ici – d'autant que lorsque j'en ai le temps, je corrige mes textes et traductions pour les coquilles et autres fautes, ce que les voleurs ne font bien entendu pas :-)

Je sais que je ne suis pas le seul à subir cela - mon ami Claude voit ses traductions d'acathistes systématiquement détournées par des gens sans scrupules. D'où un petit mot d'avertissement me semble utile. Car je pourrais bien signaler aux auteurs, détenteurs des droits légaux des textes, ce qu'il en advient, et certains pourraient bien faire suivre l'affaire au plan légal. A bon entendeur..



Et aux ami(e)s et lecteurs de bonne volonté, je souhaite une sainte octave de la Nativité et avant-fête de la Théophanie (pour ceux en nouveau calendrier), et carême de la Nativité (pour ceux en ancien calendrier)


Calendriers liturgiques 2012



Calendrier de la Fraternité Orthodoxe de Belgique, format A4 à pendre au mur
http://www.diakonia.be/articles.php?lng=fr&pg=58
Le calendrier des lectures quotidiennes + 12 pages reprenant chaque mois les jours de jeûne et quelque(s) saint(e)s du jour.
Prix: 5 € l'exemplaire

INFORMATIONS ET COMMANDE: 02/762 72 70 ou par courriel info@diakonia.be



Calendrier liturgique de la Fraternité Orthodoxe d'Europe occidentale, format livre, avec informations ascétiques, chant & liturgie


http://fraternite-orthodoxe.99k.org/


Calendrier édité par :
Fraternité Orthodoxe
Service des publications liturgiques
9, allée d'Arques
F-91390 Morsang-sur-Orge
France
courriel : ovicto@sfr.fr

pour rappel 2012:

Début du Grand Carême : 26 février
Pâques : 15 avril
Ascension : 24 mai
Pentecôte : 3 juin

03 janvier 2012

sainte Geneviève, bergère du troupeau de Dieu (Péguy)



Comme elle avait gardé les moutons à Nanterre,
On la mit à garder un bien autre troupeau,
La plus énorme horde où le loup et l’agneau
Aient jamais confondu leur commune misère.

Et comme elle veillait tous les soirs solitaire
Dans la cour de la ferme ou sur le bord de l’eau,
Du pied du même saule et du même bouleau
Elle veille aujourd’hui sur ce monstre de pierre.

Et quand le soir viendra qui fermera le jour,
C’est elle la caduque et l’antique bergère,
Qui ramassant Paris et tout son alentour

Conduira d’un pas ferme et d’une main légère
Pour la dernière fois dans la dernière cour
Le troupeau le plus vaste à la droite du père.


Charles Péguy

01 janvier 2012

Action de grâce civile et Eucharistie (hiéromoine Tryphon, EORHF)

Un jour réservé pour rendre grâce à Dieu



La fête américaine de "Thanksgiving" ("action de grâce") est une tradition annuelle depuis 1863, lorsqu'en pleine Guerre de Sécession, le président Abraham Lincoln proclama un jour national d'action de grâce à célébrer le jeudi 26 novembre.

Le premier "thanksgiving" avait été célébré par les Pèlerins après avoir été amenés par Dieu sur les rives du Nouveau Monde. Cette fête avait duré 3 jours, on y avait amené assez de nourriture pour 13 pèlerins et 90 Indiens. Le menu de la fête consistait en poissons (de la morue, de l'anguille et de la perche de mer), des fruits de mer (coquillages, homards et moules), de la volaille sauvage (canards, oies, cygnes et dindes), venaisons, baies et fruits, des légumes (pois, potiron, betteraves, et probablement des oignons sauvages voire cultivés), des grains de culture (orge et blé), et les Trois Soeurs : fayots, maïs indien sèché, et de la courge. Les colons de la Nouvelle Hollande / Angleterre prirent l'habitude de célébrer des jours de prière d'action de grâce, ou "Thanksgiving", pour remercier Dieu pour des événements tels que des victoires militaires ou la fin d'une sécheresse.

Le terme "thanksgiving" / action de grâce a ses racines dans le mot grec ευχαριστία (eucharistia), d'où l'Église a tiré le mot Eucharistie. Pour les Chrétiens Orthodoxes, l'action de grâce suprême envers Dieu a lieu lorsque nous offrons le sacrifice eucharistique, entrant dans le Banquet Céleste, participant à l'éternelle Cène Mystique qui se déroule au Royaume des Cieux.

Durant la célébration de la Divine Liturgie, nous offrons un sacrifice de louange et d'action de grâce au Seigneur, pour Sa miséricorde et Sa bonté pleine d'amour. C'est devenu une coutume dans certaines régions que paroisses et monastères célèbrent la Divine Liturgie le matin de la fête américaine de Thanksgiving, comme étant devenue une coutume Orthodoxe américaine à commémorer, avec gratitude pour tout ce que le Seigneur a donné à Son peuple.

Durant ces temps si durs d'expulsions de propriétaires endettés et de pertes d'emploi, nombre d'entre nous partagerons le repas de "thanksgiving" dans les salles paroissiales, les maisons de retraite, ou les missions évangéliques protestantes. Il faut remonter jusqu'avant la seconde guerre mondiale pour trouver une époque où les familles américaines ont subit un tel cataclysme financier, et bien nombreux ne se sentent pas particulièrement reconnaissants. Cependant, ce don de la vie ne nous a pas été accordé pour avoir la sécurité matérielle ou financière, pas même pour une bonne santé. Cette vie nous a été donnée comme temps de purification, une période de préparation pour la vie éternelle que Dieu nous a promise comme étant notre héritage. Même lorsque nous luttons en des temps difficiles, ou chargés de souffrances physiques, nous pouvons voir que tout nous est donné pour notre Salut.

Le Banquet Céleste, cette célébration éternelle qui se déroule devant le Trône de Dieu, il est nôtre, ici et maintenant, à chaque fois que nous participons à la célébration de la Divine Liturgie. Cette célébration Eucharistique ("thanksgiving") dans laquelle le Christ offre Son Corps et Son Sang pour notre guérison physique et spirituelle, c'est cet instant dans le temps où nous sommes à même d'expérimenter le Banquet qui nous attend. L'espérance de la vie éternelle mérite notre lutte en cette vie, en préparant notre vie d'adoration devant la Sainte Trinité. Nous pouvons en être grandement reconnaissants.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon, EORHF

ndt : en marge de gauche, vous trouverez l'office d'action de grâce pour fêtes civiles / Te Deum, du p. Denis Guillaume d'heureuse mémoire.