"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 janvier 2012

La Mère de Dieu et l'humanité (Thadée de Vitovnitsa)

La très sainte Mère de Dieu prie sans cesse pour nous. Elle nous visite sans cesse. A chaque fois que nous nous tournons vers elle en nos coeurs, elle est là. Après le Seigneur, elle est la plus grande protection pour l'humanité.
Ancien Thaddée de Vitovnica




The Most Holy Mother of God prays for us ceaselessly. She is always visiting us. Whenever we turn to her in our heart, she is there. After the Lord, she is the greatest protection for mankind.
Elder Thaddeus of Vitovnica


27 janvier 2012

L'Église domestique - rassemblée partout sur la terre (hiéromoine Tryphon, EORHF)



La récente tempête de neige qui a frappé une région des USA le 19 janvier 2012, le "Puget Sound", a été suivie par une tempête de glace et des vents violents. La combinaison de ces éléments naturels a été dévastatrice pour cette région qui ne reçoit d'habitude que peu de neige, et où les tempêtes de glace sont encore plus rares. Les coupures d'électricité qui s'en sont suivies ont laissé plus d'un demi-million de foyers sans électricité pendant des jours. Notre communauté monastique se tenant autour de notre foyer au gaz, les lampes au kérosène et les bougies fournissant la lumière, nous avons ainsi été amenés à nous souvenir qu'il y a 100 ans d'ici, cet événement aurait été la norme. Avant l'arrivée de l'électricité et du chauffage central, la plupart des familles se rassemblaient dans des parloirs, passant leurs soirées à lire, coudre, et à des conversations familiales. Il était inconcevable qu'on puisse tous aller se retirer dans des chambres, cuisines ou autres locaux, se séparant des autres membres de la famille.


La nature commune de la famille était ce qui est naturel. Je me souviens encore, quand j'étais enfant (ça ne date pas d'hier), assis avec mon frère et mes parents, écoutant des émissions radiophoniques. Avant l'arrivée de la télévision, les familles se rassemblaient dans le salon, où les enfants jouaient aux Legos, ou des jeux de société avec leurs parents. Il était inconcevable que viendrait une époque où tout le monde irait s'isoler dans des pièces séparées.

Les soirées passées ensemble en famille sont importantes, car ces moments-là ne sont pas là uniquement pour tisser des liens entre les parents et leurs enfants, mais servent de creuset pour le partage des valeurs familiales. Le vieux dicton disant "qu'une famille qui prie ensemble restera ensemble" était une évidence que l'on a bien souvent oubliée. Je me souviens d'une famille catholique-romaine de notre voisinage, qui avait une petite chapelle familiale, complète avec autel, statues et cierges. Chaque soir, ils s'y rassemblaient pour prier leur chapelet. Cette chapelle a laissé une empreinte indélébile dans mon esprit, quand bien même je n'avais alors que 6 ans.

Les repas en famille sont aussi importants pour construire de solides fondations morales et spirituelles chez les enfants. Être assis autour de la table du repas familial est un grand moment pour les parents, où ils peuvent développer de forts liens de confiance avec leurs enfants. Le dîner est un moment parfait pour parler avec vos enfants à propos de leurs amis, ou de leurs activités scolaires. Les membres de la famille qui se dispersent dans toute la maison pour la soirée, vont probablement agir comme des entités autonomes, et il y a peu de chance que les liens familiaux puissent s'y développer.

L'église domestique, qui a toujours été une partie si importante de la tradition de l'Église Orthodoxe, ne saurait se développer dans une famille où repas, prière et vie sociale se déroulent de manière dispersée dans la maison.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon


26 janvier 2012

A propos du Psaume 1,1 - la lutte spirituelle (Ancien Nectaire d'Optina)

"Heureux l'homme
qui ne se conduit pas d'après les conseils des méchants,
qui ne marche pas dans la voie des pécheurs,
et qui ne siège pas en compagnie des railleurs.
"

Au sens littéral, cela signifie qu'il est béni, celui qui fuit les compagnies impures, qui ne participe à rien où on enseigne de l'hérésie ou parle contre l'Église.
Mais l'esprit est aussi appelé un homme, quand il n'accepte pas les pensées qui viennent de l'ennemi. Il est impossible d'interdire à de telles pensées de venir, mais il est possible de ne pas converser avec ces pensées, ou de les entretenir, mais au contraire de dire "Seigneur, prends pitié!" C'est ainsi que l'esprit agissant de la sorte est appelé un homme.
Staretz saint Nectaire d'Optina

25 janvier 2012

Le coeur sécurisé par l'humilité, clé du Royaume (staretz Macaire d'Optina)


Lorsque vous aurez la sécurité de l'humilité ancrée en vos coeurs, vous souvenant de vos propres méchancetés, alors vous trouverez l'aide de Dieu en vos actions. Dans la mesure de notre acquisition de l'humilité, nous obtiendrons l'éternité dès ici bas, nous acquérirons dès le Royaume de Dieu en notre fors intérieur, ce que le Sauveur Lui-même nous a enseigné, nous disant "le Royaume de Dieu est au dedans de vous" (Lc 17,21).
Staretz Macaire d'Optina

24 janvier 2012

Agia Barbara: décès du chantre (15.1.2012)


Dimanche 15 janvier 2012, notre ami Antonios Tsiroukis, chantre de la paroisse Agia Barbara à Chatelineau, a rejoint le Seigneur. Mémoire éternelle

La patience pour vaincre les épreuves (saint Isaac le Syrien)


Si l'affliction ne s'accompagne pas de patience, elle produit un double tourment, car la patience chasse la détresse, alors que la faiblesse de coeur est mère de l'angoisse. La patience est la mère de la consolation, elle est une certaine force qui naît généralement d'un coeur ouvert. Il est dur pour l'homme de trouver cette force au coeur de ses tribulations sans un don de Dieu, reçu à travers son ardente prière et ses nombreuses larmes.
Saint Isaac le Syrien, "homélies ascétiques"

23 janvier 2012

Tout convient à l'ami de Dieu (staretz Nikon d'Optina)


Si nous nous reposons de tout coeur sur la volonté de Dieu, alors tout sera bien, et ce qui nous arrivera de désagréable sera accepté comme il convient. Tout ce qui arrive mène au salut de nos âmes, et en cela se révèle une grande et profonde sagesse. Comme disait saint Paul, "tout concourt au bien de celui qui aime Dieu" (Rom. 8,28).
Staretz Nikon d'Optina

22 janvier 2012

Vie monastique, un appel à la relation (hiéromoine Tryphon, Eorhf)


moine copte

La vocation monastique est un appel particulier de Dieu, dans lequel tout est question de relation. C'est une relation qui implique la communauté (la fratrie monastique), mais concerne principalement la relation du moine avec Dieu.

Les moines ne sont pas des saints qui mèneraient une vie hors du monde, mais des hommes qui aspirent à la sainteté et la cherchent en entrant dans une relation avec ce Dieu Qui promet la sainteté par le biais de cette relation. Le moine s'efforce, avec l'aide de la grâce divine, à mener une vie qui est à l'imitation de celle des Anges, c'est pourquoi on fait souvent référence à la vie monastique comme une vie angélique.

A travers cette communion continue avec Dieu, le moine s'efforce de soumettre sa propre vie à la transformation qui accompagne l'action du Saint Esprit.

La sainteté n'est pas quelque chose qui ne concernerait que les saints dont nous vénérons les icônes et dont nous lisons les récits des vies.
La sainteté doit se comprendre au contraire comme une question de plénitude, de restauration ou de guérison. Nous recherchons la guérison pour quitter les ténèbres et l'estrangement dont nous avons hérité à la suite de la chute adamique. Nous cherchons le Dieu de Justice Qui seul peut nous guérir de nos infirmités. Au fur et à mesure que le Christ grandit en nous, notre nature déchue décroit. Dans l'obéissance monastique, le "moi" est remplacé par la volonté de Dieu, et l'ego est foulé aux pieds.

Le but du moine est d'acquérir le Saint Esprit dont proviendra la véritable repentance et résultera un coeur humble et contrit. Cette relation qui apporte guérison au moine l'apporte aussi au monde. Saint Seraphim de Sarov expliquait que si vous trouviez la paix intérieure, des milliers autour de vous seraient sauvés. Le moine n'est donc pas quelqu'un qui quitte le monde parce qu'il se soucie peu de ceux qui vivent dans le monde, mais parce qu'il se soucie de tous et de tout. Parce qu'il aime son prochain et le cosmos tout entier, il se soumet pour être transformé par le Saint Esprit, devenant un martyr vivant pour lui-même.

Le moine se tient devant Dieu comme un intercesseur pour l'humanité toute entière, non parce qu'il fuirait intentionellement les autres, mais parce qu'il devient plus proche des autres en entrant dans une relation d'intimit' avec Jésus-Christ, Qu'il sert.

Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon, Eorhf



Moines Grecs regardant un livre de cuisine, chapelle de Mylopotamos, près du monastère de la Grande Laure, Mont Athos, 18 mars 2008
source photo Molonlabe