"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

25 février 2012

La solitude libère (hiéromoine Tryphon, EORHF)


Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, nous sommes tous des solitaires, car c'est inévitable en tant qu'humains. Comme individus, nous rencontrons Dieu seuls, et nous mourons seuls. La maturité spirituelle requiert la solitude intérieure.

Etre seul, dans la solitude, c'est être vidé de tout ce qui est important à ce monde. Dans la solitude, nous recherchons Dieu par dessus tout, et nous découvrons notre état de pécheur, et nous sommes amenés dans le silence à être en présence du Dieu vivant. Nous sommes libérés par la solitude.

C'est dans le silence et la solitude que nous pouvons connaître Dieu, et nous connaître nous-mêmes. C'est dans la solutide que nous trouvons ce vide, et dans notre vide, nous trouvons la plénitude en Christ.

Dans l'amour du Christ,
Hiéromoine Tryphon

24 février 2012

La vénération des icônes (saint Nicolas Velimirovic)


Hymne - la vénération des icônes

Vers quoi donc, en quelque sorte, te prosternes-tu, ô mon Chrétien,

Lorsque toi, ô mon Chrétien, tu vénères les icônes?

C'est devant le Dieu Vivant, le Créateur, que je me prosterne,

De toute mon âme, de tout mon coeur et esprit, je me prosterne devant Lui.

Mortel que je suis, et donc incapable de contempler Sa Face,

Dès lors, c'est devant Son image que je me prosterne.

Que vénères-tu, ô mon Chrétien, avant tant de ferveur

Lorsque tu embrasse l'icône, ô mon Chrétien?

Le Christ Dieu et Sauveur, c'est Lui que j'embrasse,

Le choeur des Anges, les saints et la Mère de Dieu.

Mortel que je suis, et donc incapable de les toucher,

Mais lorsque j'embrasse leurs images, alors mon coeur est en paix.


saint Nicolas Velimirovic
Prologue d'Ochrid

23 février 2012

La Parole de Dieu nous éclaire en tout (saint Théophane le Reclus)

Celui obéit à la Parole de Dieu en reçoit une radieuse compréhension de tout ce qui est en lui, près de lui et au dessus de lui. Cela clarifie ses obligations dans tous les aspects de la vie. Et de saintes règles, telles de précieuses perles, s'enfilent sur le fil de sa conscience, qui alors indique de manière précise et définitive comment et quand agir afin de plaire au Seigneur.
Saint Théophane le Reclus




“One who hearkens to the word of God gathers bright understanding of all that is in him, what is near to him, and what is above him; he clarifies his obligations in all aspects of life, and holy rules, like valuable pearls, are strung onto the thread of his conscience, which then precisely and definitely indicate how and when to act so that he please the Lord.”
Saint Theophan the Recluse

22 février 2012

L'humilité pour conserver la grâce divine (hiéromoine Tryphon, EORHF)

Si vous voulez être vraiment humble, alors vous ne devez pas cesser de vous adresser des reproches. Vous devez activement lutter pour acquérir un coeur humble, et imiter, et même adopter les souffrances du Christ. Sans la vertu d'humilité, il ne saurait y avoir de Salut. Sans humilité, vos efforts sont inutiles. L'humilité apporte la paix en votre coeur, parce que le Christ alors demeure en vous. Par l'humilité, la grâce reste en vous, et les dons de Dieu sont préservés.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon, EORHF


Photo: Sur le pont principal du nouveau ferry "south end"

21 février 2012

Le Christ est notre frère (p. Porphyrios)

Voici la manière dont nous devrions regarder le Christ : Il est notre ami, notre frère. Il est tout ce qui est bon et beau. Il est tout. Et cependant, Il est toujours un ami, et Il le proclame "vous êtes Mes amis, ne le comprennez-vous pas? Nous sommes frères. Je ne tiens pas l'Hadès entre Mes mains. Je ne vous menace pas. Je vous aime. Je veux que vous puissiez vivre avec moi."
Ancien Porphyrios




"This is the way we should see Christ. He is our friend, our brother; He is whatever is good and beautiful. He is everything. Yet, He is still a friend and He shouts it out, 'You're my friends, don't you understand that? We're brothers. I don't hold hell in my hands. I am not threatening you. I love you. I want you to enjoy life together with me.'"
Elder Porphyrios

20 février 2012

Si vous voulez gagner la bataille, concentrez-vous seulement sur vos propres péchés (hiéromoine Tryphon, EORHF)

Lorsque nous cessons de regarder nos propres échecs, manquements et péchés, alors nous remarquons ceux des autres. Quand les leurs attirent notre attention, nous nous détournons de nos propres luttes contre les passions, et nous commençons à sombrer encore plus dans le péché, nos yeux s'étant détournés du Seigneur. Lorsque notre attention n'est plus fixée sur la victoire contre nos propres passions, nos coeurs deviennent vulnérables, et nous commençons à gaspiller notre énergie à mal nous occuper de notre prochain. Leurs péchés deviennent le sujet important de nos vaines causeries avec les amis, et nous coulons, noyés dans la pourriture de nos propres péchés. A ce niveau-là, abba Sisoes demandait : "Comment pourrions-nous garder le coeur si la langue laisse grande ouverte la porte de la forteresse?"



Si nous voulons nous retirer du chemin du péché, et avec l'aide du Christ, être transformés, rendus à la plénitude, alors nos yeux ne doivent jamais regarder le péché d'autrui. "Car une personne ne saurait être détournée de sa quiétude ou se mêler des affaires des autres si elle est satisfaite de se concentrer sur l'oeuvre de ses propres mains" (saint Jean Cassien).

Alors que nous approchons du grand et saint Carême, recentrons-nous sur nous-mêmes, et préparons-nous à la lutte qui arrive. Faisons de ce grand Carême le plus profitable de tous les carêmes, avec le but d'acquérir un coeur humble et contrit. Si nous nous concentrons sur nos propres manquements, et uniquement sur les nôtres, alors nous trouverons que cette période carémique sera la plus profitable de toutes, et nous serons relevés par Dieu, et notre célébration de la sainte Pâques sera la plus glorieuses de toutes.

Souvenez-vous, le grand et saint Carême a été créé pour nous comme un temps de repentance, de renouvellement, et de restauration du coeur de l'esprit et du corps. Gardons notre regard spirituel fixé sur le Christ, et soyons ouverts à la guérison de notre âme, qui nous arrivera par le Christ, Lui que nous louons et adorons.


Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon



Terminal sud du ferry, avec Tacoma, état de Washington, au loin