"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

02 juin 2012

Ne jugez absolument personne (p. Tryphon, EORHF)


L'ancien Pavlos du Sinaï, qui nous a rendu visite samedi après-midi, m'a rappelé un détail que j'avais oublié à propos de mon ancien père spirituel, l'archimandrite Dimitri de Santa Rosa. Le père Dimitri, qui s'était enfui de Russie soviétique, y ayant souffert les coups et la prison, ne parla jamais contre eux, n'exprima jamais un mot de jugement au sujet de ses anciens bourreaux. Le père Dimitri ne prononça jamais la moindre parole de jugement contre qui que ce soit.

Cette démonstration de sainteté est dans le domaine des possibilités d'action pour chacun d'entre nous, car elle ne requiert de nous que notre engagement, une volonté à ne jamais se permettre d'émettre le moindre mot de jugement contre qui que ce soit. Si nous agissons de la sorte, alors nous apprendrons que nous pouvons aimer tout le monde, car lorsque nous décidons de ne plus juger, alors l'amour sait entrer dans notre coeur, et chacun deviendra réceptif à notre amour, notre douceur et notre miséricorde.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon, EORFH

01 juin 2012

La prière guérit! (institut de neuropsychologie Bekherev, Saint-Petersbourg)

Des scientifiques l'affirment : les prières guérissent effectivement des maladies
http://english.pravda.ru/society/anomal/01-05-2008/105048-prayers-0/

01.05.2008



Les gens peuvent en effet trouver la guérison à l'église en touchant des saintes reliques au sanctuaire. Des scientifiques de Saint-Petersbourg l'ont démontré, et ont découvert le "mécanisme matériel" d'un phénomène divin.

"La prière est un puissant remède," dit Valery Slezin, directeur du laboratoire de neuropsychophysiologie de l'Institut N.A. Bekhterev de Recherche et développement psychoneurologique à Saint-Petersbourg. "Non seulement elle régule tous les processus de l'organisme humain, mais de plus, elle restaure la structure de conscience endommagée."

Le professeur Slezin a réalisé quelque chose d'incroyable - il a mesuré la puissance de la prière. Il a enregistré des électro-encéphalogrammes de moines en prière, et constaté un phénomène inhabituel - la mise au repos complet de leur cortex cérébral. Cet état ne s'observe normalement qu'avec des bébés de moins de 3 mois, lorsqu'ils sont près de leur maman, en totale sécurité. Lorsque la personne grandit, le sentiment de sécurité disparaît, l'activité cérébrale augmente, et le rythme des bio-courants cérébraux ne se raréfie que durant un profond sommeil et durant une prière, a démontré le scientifique. Valery Slezin a appelé cet état inconnu l'état d'éveil lent ou priant, et démontré que c'était vital pour n'importe qui.

C'est un fait connu que les maladie sont pour la plupart causées par des situations négatives et des agressions qui s'enracinent dans notre esprit. Cependant, durant une prière, les soucis s'effacent à l'arrière-plan, voire même disparaissent entièrement. Dès lors, tant la guérison morale que physique sont possible.

Même les Offices religieux aident à améliorer la santé. L'ingérieur électro-physicienne Angelina Malakhovskaya du laboratoire de technologies bio-médicales a mené plus d'un millier d'expériences afin de mesurer l'état de santé clinique de paroissiens avant et après les offices. Elle a constaté que l'office dans une église normalisait la pression artérielle et les valeurs sanguines.

Les prières peuvent même neutraliser les radiations nucléaires. On a constaté qu'après l'explosion de Tchernobyl, les instruments de mesure de radioactivité avaient tous dépassé leur échelle de mesure. Cependant, les mesures étaient normales près de l'église de l'archange Michel, qui se trouve à 4 kilomètres des réacteurs. Les scientifiques de Saint-Petersbourg ont confirmé par des expériences que l'eau bénite, le signe de Croix et même le son des cloches d'église pouvaient guérir. C'est pour cela d'ailleurs qu'en Russie, pendant les épidémies, les cloches sonnaient constamment.



La gamme ultrasonique du son des cloches tue les virus de la grippe, jaunisse et typhus : les protéines des virus se déforment et n'infectent plus, dit Angelina Malakhovskaya. Le Signe de Croix est encore plus efficace, il tue des microbes pathogènes (colon bacillus et staphylococci) non seulement dans l'eau du robinet, mais aussi dans des rivières et des lacs. Il est encore plus efficace que les moyens de désinfection moderne tels que la radiation électromagnétique.

Le laboratoire scientifique de l'Institut de Médecine Industrielle et Maritime a étudié cette eau avant et après consécration. Il a été constaté qu'après avoir lu la Prière du Seigneur au dessus de l'eau, et l'avoir signée de la Croix, le nombre de bactéries malignes diminuait de cent fois. La radiation électromagnétique n'atteint pas de pareils résultats. Dès lors, la recommandation chrétienne-orthodoxe de consacrer toute nourriture et boisson n'est pas seulement de valeur spirituelle, mais a aussi un caractère préventif (1).

L'eau bénite n'est pas juste purifiée; elle change de structure, elle cesse de pouvoir nuire et devient guérissante. Des appareillages spécifiques peuvent le démontrer.
Les spectrographes suggèrent que l'eau consacrée a une densité optique supérieure, comme si elle "comprennait" le sens des prières et le conservait. C'est la raison de l'unicité de sa qualité guérissante.

La seule limitation, c'est que ça ne guérit que les personnes pieuses.

"C'est comme si l'eau faisait la différence par rapport au niveau de foi des gens," dit Angelina Malakhovskaya. "Lorsqu'un prêtre consacre l'eau, la densité optique est 2,5 fois supérieure; lorsque c'est effectué par un laïc religieux, c'est 1,5 fois plus, mais avec un baptisé incroyant sans croix autour du cou, le changement était insignifiant."

Source :
revue russe "Argumenti i fakti"
http://aif.ru/

Le professeur


biographie du professeur
http://calligraphy-expo.com/eng/Personalities/Maintenance.aspx?ItemID=1392

L'Institut à Saint-Petersbourg
http://www.interfax-religion.com/print.php?act=news&id=277

======================================================

Notes de traduction
(1) On se souviendra par exemple de cet épisode de la vie de saint Vaast, le catéchiste du roi Clovis 1er - des ennemis du Christ avaient empoisonné le verre de vin qu'on allait lui servir, et en traçant le Signe de Croix dessus, le verre se brisa. Ou dans la vie de saint Arnould le Fort, trempant sa crosse épiscopale dans un brassin réalisé avec l'eau d'un marigot, rendant le tout potable. Etc!

(2) Voir un ancien article (en anglais) du "Archives of Internal Medicine", 25/10/1999

http://rnaworld.bio.ku.edu/evolve/links/local/Harris-AIM1999-159,2273.pdf

Test Santé, le magazine para-médical de Test Achats, a publié un extrait dans son numéro 35 de février 2000. Un lecteur scientifique
athée avait critiqué cette publication d'une enquête médicale montrant le contraire de ce que lui veut croire. Test Santé a répondu que les faits étaient là, et qu'eux ne faisaient que reproduire les extraits et conclusions des études scientifiques, point final. CQFD :-)

31 mai 2012

Perdre son âme ou s'en aller (Abba Poimen / Apophtegmes)


Un frère posa cette question à Abba Poimen : "Je perds mon âme à vivre près de mon abba; devrais-je continuer à vivre avec lui?"
Le vieux sage savait qu'il trouvait cela dommageable, et il fut surpris qu'il lui posa la question quant à devoir y rester. Alors il lui dit "Reste, si tu le veux."
Le frère s'en alla et resta là-bas. Ensuite, il revint et redit "je perds mon âme." Mais le vieil homme ne lui dit pas de partir.
Le frère vint une troisième fois, et dit "Vraiment, je ne supporte plus de rester là." Alors abba Poimen lui dit "maintenant tu te sauve toi-même. Va, pars seulement, et ne reste plus avec lui." Et il ajouta "lorsque quelqu'un voit qu'il est en danger de perdre son âme, il n'a pas besoin de demander conseil."
apophtegmes des Pères du Désert


30 mai 2012

devenir porteur du Christ par l'Eucharistie (saint Cyril de Jérusalem)

Voici comment nous devenons porteurs du Christ - lorsque Son Corps et Son Sang sont unis à nos propres corps et sang. Ainsi, selon les paroles du bienheureux Pierre, nous devenons "participants à la nature divine" (2 Pi 1,4). Dès lors, ne considérez pas ceci comme étant simplement du pain et du vain, car c'est le Corps et le Sang du Christ, selon les propres paroles de notre Maître"
Saint Cyril, patriarche de Jérusalem (+ 386)



"In this way we become Christ-bearers— when His Body and Blood are united with our body and blood. Thus, in the words of the blessed Peter, we become 'partakers of the divine nature' (2 Pet.1:4). And so, do not consider this to be simple bread and wine, for it is Christ’s Body and Blood, according to the words of our Master [Himself]."
Saint Cyril, Patriarch of Jerusalem (+386 AD).

29 mai 2012

Le silence pour avoir la paix - oui mais quelle paix? (p. Païssios l'Athonite)

Si les Chrétiens ne commencent pas à rendre témoignage de leur foi, à résister au mal, alors les destructeurs deviendrons bien plus insolents. Mais de nos jours, les Chrétiens ne sont pas des lutteurs. Si l'Église garde le silence, pour éviter les conflits avec le gouvernement, si les métropolites gardent le silence, si les moines préservent leur paix, alors qui parlera?
Ancien Païssios l'Athonite



"If Christians don’t begin to witness their faith, to resist evil, then the destroyers will become even more insolent. But today’s Christians are no warriors. If the Church keeps silent, to avoid conflict with the government, if the metropolitans are silent, if the monks hold their peace, then who will speak up?"
Elder Paisios of Mt. Athos

28 mai 2012

La miséricorde divine plus grande que notre vertu (saint Jean Chrysostome)

Même si nous avons des milliers d'actes de grande vertu à notre actif, notre confiance (..) d'être entendus doit être fondée sur la miséricorde de Dieu et Son amour envers l'homme. Même si nous nous trouvons au sommet de la vertu, c'est par cette miséricorde que nous serons sauvés.
saint Jean Chrysostome


Even if we have thousands of acts of great virtue to our credit, our confidence... in being heard must be based on God's mercy and His love for men. Even if we stand at the very summit of virtue, it is by mercy that we shall be saved.
St. John Chrysostom.

27 mai 2012

"Ouvrez-vous, ô portes" - Une prière de saint Dimitri de Rostov

Ouvrez-vous, ô portes et verrous de mon coeur, afin que le Christ, le Roi de Gloire, puisse entrer!
Entre, ô ma Lumière, et éclaire mes ténèbres;
entre, ô ma Vie, et ressuscite mon cadavre;
entre, ô mon Médecin, et guéris mes blessures;
entre, ô Feu Divin, et consume les épines de mes péchés,
enflamme-moi l'intérieur et le coeur de la flamme de Ton amour;
entre, ô mon Roi, et détruis en moi le royaume du péché;
siège sur le trône de mon coeur, et sois seul à régner en moi,
ô Toi, mon Roi et Seigneur.

+ Dimitri, évêque de Rostov