"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

21 juillet 2012

Fête nationale belge et discours royal 2012



http://www.monarchie.be/fr/actuel/agenda/archives/discours-du-roi-fete-nationale-2012
Mesdames et Messieurs,

Je voudrais d'abord dire à nouveau aux familles des enfants disparus lors de l'accident d'autocar en Suisse, et à toutes les familles qui ont perdu un enfant, combien le pays continue à penser à elles. Pour la Reine et pour moi, les visages des enfants disparus, le courage et la dignité de leurs proches resteront longtemps encore gravés dans notre mémoire.

Mesdames et Messieurs,

Il y a tout juste un an, je vous faisais part, avec conviction, de mes graves préoccupations à la suite du blocage politique persistant. Je mettais les responsables politiques et tous les citoyens en garde contre les dangers d'une telle situation.

Je me réjouis aujourd'hui des accords intervenus sur les plans communautaire, social, économique et financier. Des solutions ont été apportées sur le plan institutionnel. Elles donnent aux différentes entités du pays davantage d'autonomie et de responsabilités. De plus, BHV, un problème qui empoisonnait depuis longtemps notre vie politique, a finalement pu être résolu.

En même temps, un programme budgétaire rigoureux fut élaboré, malgré un contexte international très difficile. En outre, des mesures structurelles sont définies pour faire face au vieillissement de la population et des décisions ont été prises pour favoriser la croissance. L'on peut déjà constater les résultats encourageants de ces politiques aussi bien pour l'emploi que pour la croissance lorsqu'on les compare aux moyennes européennes.

Tout ceci est très positif et doit nous donner confiance et nous inciter à poursuivre résolument le travail engagé, tant dans le domaine institutionnel que socio-économique.

Grâce à ces accords et à ces réformes, notre pays a regagné sa crédibilité internationale et il peut à nouveau reprendre son rôle de pionnier sur le plan européen. J'ai pu constater que cela était attendu et apprécié lors de mes différentes rencontres avec les responsables du Parlement européen, de la Commission et de la Présidence du conseil.

Cette crédibilité retrouvée nous permet de plaider pour qu'en Europe, à côté de la nécessaire rigueur budgétaire, on développe une politique de croissance. Il faut donner des perspectives, des emplois durables et de l'espoir aux jeunes. Pour y parvenir, nous aurons besoin de plus d'Europe et de plus de solidarité. Notre pays en montre le chemin en développant une stratégie de relance dans laquelle partenaires sociaux et Régions et Communautés sont associés.

Chez nous, la prochaine étape dans le domaine institutionnel est celle des transferts de compétences et de la loi de financement.

Après avoir fait évoluer nos institutions vers une Belgique plus fédérale, veillons à présent à mettre toutes ces réformes en œuvre, sans nostalgie et de façon efficace. Cela donnera plus de stabilité à notre pays et demandera à chaque responsable un effort considérable, le but étant de mieux servir nos concitoyens.

Enfin, et je l'ai également souligné l'an passé, faisons évoluer nos mentalités vers une plus grande ouverture aux cultures des Communautés de notre pays et des différentes nations européennes. C'est par une meilleure compréhension de l'autre que nous construirons au mieux l'unité dans la diversité, tant au sein de notre pays qu'au sein de l'Europe. Je me réjouis des nombreuses initiatives prises chez nous dans ce sens par des jeunes, par des mouvements de citoyens, par le monde culturel, et par le Fonds Prince Philippe, qui tous accomplissent un excellent travail. J'espère que ces projets pourront s'amplifier et encourager ainsi le « vivre ensemble ».

Par ailleurs, je voudrais vous partager combien je suis émerveillé par les nombreux talents de nos concitoyens. Ils s'expriment dans des domaines aussi différents que la recherche scientifique, la création culturelle, l'activité économique, l'engagement social, l'action humanitaire, la compétition sportive, et bien d'autres encore. J'ai pu me rendre compte personnellement de quelques réalisations impressionnantes dans ces divers secteurs et j'ai pu, récemment encore, honorer plusieurs personnes qui développent leurs talents de manière exemplaire.

Comme Belges, tout cela raffermira notre confiance en nous-mêmes, et en notre capacité à trouver des solutions concrètes aux problèmes de notre société. Cela nous encouragera aussi à éviter le repli sur soi et le populisme. Deux tendances dont on trouve trop de manifestations aujourd'hui en Europe comme chez nous, et qui ne mènent à rien.

Il nous faut poursuivre ensemble l'indispensable travail du bien commun tant sur le plan national qu'Européen.

Une franche ouverture d'esprit et une réelle disposition constructive sont ce que la Reine et moi, et toute notre famille, nous vous souhaitons de tout cœur à l'occasion de notre Fête Nationale.



Diese unbefangene geistige Aufgeschlossenheit und diese tatsächlich konstruktive Einstellung sind, was die Königin und ich sowie unsere ganze Familie Ihnen von ganzem Herzen anlässlich unseres Nationalfeiertages wünschen.



-----------------
Le discours royal en vidéo :
http://www.monarchie.be/fr/actuel/audios-videos/archives/discours-de-sm-le-roi-albert-ii-l’occassion-de-la-fete-nationale

Que la sainte Trinité bénisse notre famille royale et la guide! Leve België! Vive la Belgique

20 juillet 2012

Le saint prophète Élie est-il monté au Paradis? (Hiérotheos Vlachos)



Les paroles de saint Grégoire Palamas peuvent nous rappeler que seule la Theotokos est au Ciel avec le Christ, et corporellement, ceci en lien avec l'élévation du prophète Élie, puisque nous savons par la Bible qu'Élie aussi avant été enlevé au ciel avec son corps. Mais saint Grégoire interprète étonnamment aussi ce point. Parlant de l'Ascension du Christ, en particulier disant que bien qu'il y aie eu nombre d'ascensions, celle du Christ était unique, il fait aussi référence au cas du prophète Élie. Il écrit : 'mais il n'a jamais dépassé les limites de l'atmosphère terrestre; l'ascension de chacun d'entre eux était l'élévation depuis la terre, sans être emporté au delà des limites terrestres..' De cette interprétation, il apparaît que l'élévation du prophète Élie était une sorte de translocation, on pourrait dire une sorte de mort, et que bien entendu en étant enlevé, il ne l'a pas été au delà des limites de l'atmosphère terrestre. Dès lors, il n'y a que la Panagia qui a été ressuscitée et enlevée corporellement au Ciel, et est glorifiée avec son Fils, en tant que Sa Mère, dans sa nature humaine."
Métropolite Hierotheos Vlachos, "Saint Gregory Palamas as a Hagiorite"



Voir aussi cet article complet en anglais, avec citations du texte grec de la Septante et du NT montrant les différences théologiques entre ces diverses "ascensions" (Christ, Mère de Dieu et prophète Élie) :
Did the Prophet Elijah Actually Ascend 'Into' Heaven?

17 juillet 2012

Maldon: repos éternel du p. Ioannis le jardinier



Mon ami et frère Silouane m'apprend ce jour que dimanche dernier, le p. Ioannis, jardinier du monastère de saint John the Baptist, à Maldon, Essex, UK, s'est endormi dans le Seigneur.
Ses funérailles seront célébrées ce mardi 17 juillet 2012 à 17h.
Lorsque j'ai été en retraite dans ce lieu de grande foi en 2002, après avoir bénéficié des meilleures directions et expériences spirituelles, je n'ai eu vraiment qu'en partant la grande étincelle. Et c'était lui, l'humble jardinier, qui me l'avait donnée, en me reconduisant dans son tacot à l'arrêt de bus, et qui sur le pas de la porte, m'adressa une "parole de vie" comme seuls les saints savent en donner au bon moment.. Aujourd'hui encore j'y pense, même si j'ai jamais réussi à la mettre vraiment en pratique... Paix à son âme.
Gloire à Dieu, nous avons à présent un autre fervent intercesseur devant le Trône céleste!


(j'ai eu l'insigne honneur de loger dans la cellule à gauche de l'image, sous les icônes de saint Jean le Baptiste et ses saints parents Zacharie et Elisabeth..)

Quelle que soit sa forme, l'athéisme est l'ennemi de l'humain (métropolite Jonah, OCA)

Soljénitsine a dit que "ce que les camps soviétiques de la mort n'ont pas su faire, le sécularisme occidental y parvient avec plus d'efficacité." En Russie, 20 millions de personnes sont mortes au cours du siècle passé en tant que martyrs de la Foi Orthodoxe, et d'innombrables millions d'autres ont été jetés au Goulag, pour avoir résisté au sécularisme militant. Nombre d'entre eux sont morts parce qu'ils avaient résisté aux Révationistes dont le schisme avait déchiré la Foi Orthodoxe. Que vous l'appeliez l'athéisme soviétique ou le sécularisme occidental, c'est le même ennemi.
Métropolite Jonah, Eglise Orthodoxe d'Amérique



Solzhenitsyn said that 'what the Soviet death camps could not do, Western secularism is doing more effectively." In Russia, 20 million died in the last century as martyrs for the Orthodox Faith, and countless millions of others were thrown in the gulag, for standing up against militant secularism. Many perished because they resisted the Renovationists whose schism distorted the Orthodox Faith. Whether you call it Soviet atheism, or Western secularism, it is the same enemy."
Metropolitan Jonah, Orthodox Church of America

15 juillet 2012

N'appelez personne "père" et ne vous faites pas appeler "maître" (p. Tryphon, EORHF)


"Et sur terre, ne donnez à personne le nom de père; car vous n'avez qu'un Père, celui du Ciel. Ne vous faites pas nommer maîtres; car vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ. Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s'élèvera sera abaissé, et quiconque s'abaissera sera élevé." (Mathieu 23,9-12).

Récemment, je suis entré dans une des épiceries de notre île, et j'ai entendu quelqu'un m'appeler, "salut, frère Tryphon!" En regardant, j'ai vu un jeune pasteur protestant, fils d'un de mes amis. Ce jeune homme est assistant du pasteur d'une église évangélique sur l'île, quelqu'un que je connais depuis son enfance. M'ayant appelé "frère", ça me rappelait un shérif adjoint quu, il y a quelques années, m'avait appelé "hiéromoine Tryphon", parce qu'il trouvait qu'il ne serait pas biblique de m'appeler "père."

Il me vint à l'esprit que le jeune ministre protestant n'aurait sûrement aucune objection à permettre à son propre enfant de l'appeler père, ni aucune difficulté à parler de quelqu'un de son église qui enseigne à l'école du dimanche en parlant du "maître." Et pourtant, le Christ n'a jamais dit que c'était OK d'appeler votre propre père de sang "père", et Il n'a pas non plus dit que vous pourriez appeler un instructeur "maître", docteur ou.. Il a dit "ne donnez à personne le nom de père; car vous n'avez qu'un Père, celui du Ciel. Ne vous faites pas nommer maître"....

La prétention protestante qu'appeler les prêtres "père" serait une violation des saintes Écritures ignore le fait que Jésus fait référence à notre "père Abraham" (Jn 8,56), et a raconté la parabole du Fils Prodigue, utilisant le terme "père" (Lc 15). De plus, saint Paul dit "je suis devenu votre père dans le Christ Jésus" (1 Cor 4,15).
Depuis le début, l'Église, et ce dès les temps de l'Ancien Testament, a appelé ceux oints par Dieu "prophètes", "maître" (rabbi), et "père." Comme les titres "frère", "pasteur", et "frère", ces titres ont servi à véhiculer une certaine chaleur, et honorer ceux qui servent le Seigneur, et qui nous servent.

De même que l'amour nous amène à appeler notre parent "père", ainsi nous aussi nous montrons de l'amour et honorons ceux qui nous servent, en les appelant "père." Que le Seigneur Jésus-Christ aie mis en garde de ne pas appeler des hommes "père" ou "maître", c'était un rappel que les dirigeants de Son peuple devraient rester purs et humbles. Son injonction, que les évêques, prêtres, diacres et docteurs devraient garder une personnalité naturelle, et une pieuse humilité; c'est évident. Notre Seigneur aurait tout aussi simplement pu instruire à Ses disciples "n'appelez personne révérend, ou pasteur, ou monsieur."

Nb: il est important de se rappeler que la Bible vient de l'Église et pas l'inverse. C'est pourquoi nous devons toujours aborder les saintes Écritures dans l'esprit de l'Église.

Dans l'amour du Christ,
hiéromoine Tryphon