"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 janvier 2013

La compassion est le coeur de la vie de l'Église - Encyclique pour l'An Neuf (metr. Kyprian d'Oreoi)

[..]Les gens ignorent systématiquement que l'ethos de l'Église est centré sur la compassion: dans nos vies, tout tourne autour de la compassion, et la compassion est la source bienfaisante de toutes nos bénédictions.

L'authentique ascèse en Christ, cette lutte continuelle pour nous vaincre nous-mêmes, est fortement motivée par la compassion, et par un exode sacrificiel depuis la prison de l'égoïste amour de soi-même, de sorte qu'à travers l'amour pour notre prochain, nous puissions être guidés vers l'amour pour Dieu.

"Soyez miséricordieux, comme votre Père est aussi miséricordieux" (St Luc 6,36). Ce n'est qu'à travers la compassion que nous deviendrons d'authentiques amis de Dieu, et des bien-aimés de Dieu. Ce n'est qu'à travers la compassion que nous deviendrons comme Dieu, et parviendrons à la déification.

Un Christianisme incolore, inodore, insipide et compromis crée des Chrétiens complaisants et en finale, hypocrites, avec une spiritualité superficielle, avec un Évangile frelaté.

"J'en connais beaucoup", disait saint Jean Chrysostome, "qui jeûnent, prient et versent des larmes de repentir, exhibant toutes les apparences d'une piété à bon marché, et cependant ne donne pas plus que leur piécette de monnaie pour les affligés. Quel profit tirent-ils du restant de leur vertu? Le Royaume des Cieux leur est fermé.. Les pauvres et les étrangers sont les gardiens des portes du Royaume de Dieu."

Les crises nationale et internationale servent de signal de réveil. Nous nous trouvons à un point critique dans l'Histoire humaine, et nous, en tant que Chrétiens, nous devrions amener la société qui nous entoure, par notre style de vie centré sur la compassion, vers une vision d'amour envers le divin.

La compassion, c'est servir nos frères et soeurs, et un tel ministère a toujours été la caractéristique des vrais Chrétiens : vous ceindre de la serviette du service n'est pas une chose dégradante, mais magnifique, dans le Christ notre Sauveur et Dieu.


Lettre encyclique pour le début du Nouvel An ecclésiastique (1er septembre 2012, ancien calendrier)


+ Kyprian d'Oreoi








From Self-Love to the Love of God by Way of Love for One’s Brothers and Sisters - The Compassion-Centered Ethos of the Church


[..]People systematically overlook the fact that the ethos of the Church is centered on compassion: everything in our life revolves around compassion, and compassion is the wellspring of all our blessings.

Genuine ascesis in Christ, as a constant struggle to overcome our selves, is strongly motivated by compassion and by a self-sacrificial exodus from the prison of self-love, such that through love for our brothers and sisters we might be guided towards love for God.

“Be ye therefore merciful, as your Father also is merciful” (St. Luke 6:36). Only through compassion will we become lovers of God and beloved of God; only through compassion will we become like God and attain to deification.

A harmless, cheap, and compromised Christianity creates complacent and, ultimately, hypocritical Christians, with a superficial spirituality, with a veneer of the Gospel.

“I know many,” says St. John Chrysostomos, “who fast, pray, and sigh, displaying all manner of cheap piety, yet do not give so much as a dime to the afflicted. What profit do they have from the rest of their virtue? The Kingdom of Heaven is closed to them.... The poor and the strangers are the gatekeepers of the Kingdom of God.”
National and international crises are serving as a wake-up call. We find ourselves at a critical turning-point in human history, and we ought, as Christians, to turn the society around us, through our compassion-centered ethos, towards a vision of love for the Divine.

Compassion means ministry to our brothers and sisters, and such ministry has always been a hallmark of true Christians: “To gird yourself about with the towel of ministry is not a degrading thing, but a magnificent thing” in Christ our Savior and God.

Encyclical: The Outset of the New Ecclesiastical Year (September 1, 2012, Old Style)
† Bishop Cyprian of Oreoi

Aucun commentaire: