"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 février 2013

Saint Tryphon, patron des jardiniers, médecins et vétérinaires non-vénaux, etc


Saint Tryphon est né à Kampsade / Campsada, Phrygie, dans l'actuelle Turquie. Enfant, il gardait les oies. Son nom vient du grec τρυφη (tryphi) qui signifie "douceur, délicat". Il acquit une renommée comme guérisseur, en particulier des animaux, et est compté au nom des saints anargyres (médecins soignant gratuitement), et particulièrement invoqué dans les fermes.

Durant la persécution de Dèce, vers 250, Saint Tryphon habitait près du village d’Apamée. Il fut arrêté comme Chrétien et conduit à Nicée devant le gouverneur de Bithynie, nommé Aquilin qui lui fit subir en compagnie de saint Respice le supplice du chevalet durant près de trois heures. On rapporte qu'il répondit au gouverneur arguant qu'ils étaient en âge de savoir ce qu’ils avaient à faire. "Cela est vrai, aussi désirons-nous atteindre à la perfection de la vraie sagesse en suivant Jésus-Christ." Ensuite Aquilin les emprisonna, puis les fit traîner par les rues de la ville encore torturer, battre avec des fouets plombés et enfin décapiter par l'épée après qu'il aie réussi à convertir le préfet païen Licius. On trouve des récits fabuleux ajoutés dans son hagiographie.

Au départ, ses reliques furent ensevelies dans sa ville natale de Campsada. Par la suite, elles furent transférées à Constantinople puis à Rome. Il est fêté le 1er février.

Il est grandement vénéré dans l'Église, il est aussi le saint patron des jardiniers et des vignerons. Nombre d'églises lui ont été dédicacées. L'empereur d'Orient Léon VI le Sage (+ 912) a composé une oraison en l'honneur de saint Tryphon. Il est le saint patron de la ville de Kotor, au Monténégro, dont la cathédrale porte le nom, et il est un des saints patrons de Moscou. En Russie, on le représente souvent sur les icônes porteur d'un faucon, une référence à un miracle obtenu par son intercession. Les prières qu'on lui attribue sont utilisées contre l'infestation par des rongeurs et autres nuisibles: une telle prière se retrouve dans le Grand Euchologue.

Aucun commentaire: