"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

07 avril 2013

prier seul à la maison pendant le Carême (p. Sergei Chetverikoff)

Dans la situation contemporaine du peuple Orthodoxe, qui est souvent complètement coupé de l'Église de Dieu, qui n'a pas l'opportunité de faire l'expérience profondément vécue de l'influence bénéfique des offices de l'Église et toute l'atmosphère priante de l'Église, il est très important de se créer, même dans la solitude, un peu de ressemblance à l'atmosphère ecclésiale. Comment faire ?

Tout d'abord, dédiez un endroit à la prière. Dans votre maison, peut-être au dessus de votre lit, accrochez deux ou trois icônes et une veilleuse devant elles.. Il est impératif d'établir une règle de prière permanente à la maison. Choisissez une règle de prière – soir, matin et pendant la journée. Que la règle ne soit pas trop longe, afin de ne pas en être fatigué du fait de la nouveauté de l'expérience. La règle doit toujours être suivie avec crainte, effort et attention. On fera ici aussi appel à quelques éléments externes : la position, les prosternations, les agenouillements, le signe de Croix, la lecture.. Au plus souvent on priera de la sorte, au mieux ce sera. Il est bon de s'habituer à une telle prière, de sorte qu'en la commençant, l'esprit soit directement éveillé. Il faut prier simplement : en se levant pour prier, dites la prière avec respect et crainte, comme si prononcée à l'oreille de Dieu, l'accompagnant du signe de Croix, métanies et agenouillements. La règle adoptée doit être toujours accomplie sans faille.

Il y a trois degrés de prière : le premier, c'est la prière physique, qui consiste principalement en la lecture, la posture, les métanies ; l'attention est hésitante ; le coeur n'est pas sensible, il n'y a pas d'inclination à la prière : l'effort et la patience sont requis ; c'est la prière active.
Le second degré, c'est la prière attentive : l'esprit commence à s'accoutumer à la concentration pendant l'heure de la prière, et à prononcer toute la prière sans se laisser distraire.
Le troisième degré, c'est la prière ressentie : le coeur devient chaleureux de sentiment, et ce qui était pensé jusqu'alors devient ressenti. Celui qui a atteint ce sentiment prie sans mots, car Dieu est le Dieu des coeurs.

Lisez la Parole de Dieu, le Nouveau Testament, et avant de lire, adressez-vous à Dieu en prière, afin que le Seigneur vous aide à comprendre, accepter et accomplir ce que vous aurez lu. Ne soyez pas effrayé par l'ascèse, l'effort, le jeûne, la prière et l'abstinence auxquels l'Église vous appelle. Tout cela n'est ennui et fardeau que lorsque c'est accompli sans la mémoire du Christ, mais lorsque c'est accompli au Nom du Christ, avec foi et amour, alors le joug devient facile et le fardeau léger...

Que le Seigneur nous aide au cours de ce Grand Carême afin de bien l'accomplir, de sorte que nous puissions dignement adorer la Radieuse Résurrection !

p. Sergei Chetverikoff 

In the contemporary situation of Orthodox people, who are often completely cut off from the Church of God, who have no opportunity to experience within themselves the beneficial influence of the Church services and the whole prayerful atmosphere of the Church, it is very important to create, even in one’s solitude, some likeness of the churchly atmosphere. How can this be accomplished?
First of all, set aside some special place for prayer. In your home, perhaps above your bed, hang two or three icons and a vigil lamp before them… It is imperative to establish a permanent order of prayer at home. Select a rule of prayer – evening, morning and during the day. Let the rule not be too long, so as not to become tired of it because of the newness of the experience. The rule must always be observed with fear, effort, and attention. Here also will be demanded certain external elements: standing, prostrations, kneeling, the sign of the Cross, reading… The more often one prays in this manner, the better. It is well to become accustomed to one such prayer, so that on beginning, one’s spirit is immediately enkindled. One should pray simply: on arising to pray, say the prayer with fear and trembling, as into the ear of God, accompanying the prayer with the sign of the Cross, prostrations and kneeling. The adopted rule must always be fulfilled without fail.
There are degrees of prayer: the first degree is physical prayer, which consists mostly of reading, standing, prostration; the attention wavers; the heart is not sensitive, there is no inclination towards prayer: toil and patience are required; this is active prayer. The second degree is attentive prayer: the mind becomes accustomed to concentrate in the hour of prayer and to utter the whole prayer without absentmindedness. The third degree is the prayer of feeling: the heart becomes warm with feeling, and what previously is thought now becomes feeling. One who has reached this feeling prays without words, for God is the God of hearts.
Read the Word of God, the New Testament, and before reading address yourself to God in prayer, that the Lord may help you to understand, accept, and fulfill that which you have read. Do not be frightened by the asceticism, effort, fasting, prayer, and abstinence to which the Church calls you. All this is boring and burdensome only when it is done without memory of Christ, but when it is done in the name of Christ, with faith and love, then the yoke becomes easy and the burden becomes light…
May the Lord help us in the course of the Great Lent to fulfill it well so that we may worthily adore the Shining Resurrection!

  Archpriest Sergei Chetverikoff (+1947)

Aucun commentaire: