"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

19 avril 2013

Sainte Matrone de Moscou, aveugle de corps, voyante de l'âme (19/4)


Sainte Matrone de Moscou

Elle est née en 1881 dans une famille pauvre du village de Sebino-Epifaniskaya (à présent Kimovski). Aveugle de naissance - ses yeux n'avaient pas de pupilles - elle fit preuve d'une grande vision spirituelle dès son jeune âge, et par ses prières nombre de malades venues la voir guérirent.

A 14 ans, elle fit un pèlerinage vers plusieurs lieux saints de Russie. En arrivant à Cronstadt pour recevoir la bénédiction de saint Jean (20 décembre), le saint prêtre, qui ne l'avait jamais rencontrée, il s'écria "Matrona, rentre seulement!" et proclama "elle sera mon héritière, le 8ème pillier de la Russie."

A 17 ans, elle fut frappée de paralysie et ne fut plus jamais à même de marcher. Pour le restant de sa vie, elle vécu dans une chambre remplie d'icônes, où elle recevait ses visiteurs assise sur son lit les jambres croisées. Elle ne se plaignit jamais de sa cécité ou de sa paralysie. Un jour elle déclara "Un jour vint où Dieu ouvrit mes yeux, et je vis la lumière du soleil, les étoiles, et tout ce qui existe dans le monde: les rivières, les forêts, la mer et toute la Création."

En 1925, elle s'installa à Moscou. Après la mort de sa mère en 1945, elle déménagea souvent, vivant secrètement dans la maison de fidèles. Malgré cela, des foules de fidèles la retrouvaient et venaient chercher chez elle conseil et guérison. Les autorités communistes, connaissant sa sainte influence, tentèrent plusieurs fois de l'arrêter; mais elle connut à chaque fois à l'avance leur arrivée, et elle partait vers un autre lieu secret. Elle jeûnait beaucoup, dormait rarement, et on rapporte que son front était marché par les innombrables signes de Croix qu'elle faisait.

Concernant les persécutions de l'Église par les communistes, elle disait simplement que c'était à cause des péchés et du manque de foi des Chrétiens, et ajoutait "les temps difficiles sont notre sort, mais nous autres Chrétiens nous devons choisir la Croix. Le Christ nous a placés sur Son traineau, et Il nous emmenera là où Il le veut."

Ayant prédit le jour de sa mort, elle dit "Approchez tous, et exposez-moi tous vos problèmes comme lorsque j'étais vivante! Je vous verrai; je vous entendrai, et je viendrai vous aider." Elle s'endormit en paix le 19 avril 1952 (2 mai dans l'ancien calendrier). Nombre de miracles ont lieu à sa tombe. En 1998, ses reliques furent emportées au monastère féminin du Voile Protecteur de la Mère de Dieu, où des milliers de Chrétiens Orthodoxes vienent la vénérer, et, comme elle l'a demandé, lui apportent leurs problèmes et soucis, comme lorsqu'elle était vivante sur terre.

Elle a été glorifiée par l'Église en Russie en 1999, pour vénération locale dans le diocèse de Moscou.

source






Acathiste à sainte Matrone de Moscou:
http://acathistes-et-offices-orthodoxes.blogspot.be/2009/08/acathiste-sainte-matrona-de-moscou.html



Nombre d'anecdotes sur cette page en anglais :
http://www.johnsanidopoulos.com/2012/05/saint-matrona-blind-of-moscow-1952.html




Original :

"Dans une petite église orthodoxe de la banlieue de Saint-Pétersbourg, une icône pas comme les autres a trouvé sa place, sous le regard bienveillant des fidèles : elle représente Staline, imposant, aux côtés d'une sainte.

L'icône a été commandée par un homme d'affaires, Alexandre Evseev, qui l'a offerte en septembre à l'église de la Sainte Princesse Olga à Strelna, à quelques encablures de la résidence d'été du tsar Pierre-le-Grand dans le golfe de Finlande.

Elle représente une rencontre de Joseph Staline avec la bienheureuse Matrona de Moscou, qui aurait eu lieu dans la capitale soviétique à l'automne 1941 quelques mois après le début de l'offensive allemande contre l'URSS.

Selon la légende, la sainte (1881-1952) aurait alors conseillé à Staline de ne pas quitter Moscou, alors que la Wehrmacht était aux portes de la ville, et lui aurait promis la victoire du peuple russe sur l'Allemagne nazie. [...]
lire la suite :
http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/02/502254-staline-le-retour-d-une-icone.html


Aucun commentaire: