"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

16 juin 2013

Ascension - catéchèses mystagogiques de saint Cyril de Jérusalem



De l'Ascension
Jésus ayant mené à son terme la course de la patience et racheté les hommes de leurs fautes, est remonté dans les Cieux, porté par un nuage: les Anges accompagnaient Son Ascension, les apôtres la contemplaient. Si quelqu'un n'ajoute pas foi à ces paroles, que sa foi se base sur l'autorité même de ce qui frappe actuellement les yeux. Tous les rois, en mourant, voient s'éteindre avec leur vie leur puissance. Le Christ Crucifié, au contraire, est adoré par la terre entière. Nous annonçons le Crucifié, et les démons tremblent. Beaucoup, au cours des temps, ont été crucifiés : mais à quel autre crucifié a-t-on jamais adressé une invocation qui ait chassé les démons ?

Ne rougissons donc pas de la Croix du Christ; même si un autre la cache, toi marque-la apparemment sur ton front afin que les démons à la vue de ce signe royal s'enfuient au loin, terrifiés. Trace ce signe au moment de manger et de boire, de t'asseoir, de te lever, de parler, de marcher, bref en toute action. Car Celui Qui a été crucifié ici, est en haut dans les Cieux. Si en effet, après Sa Crucifixion et Son ensevelissement, Il était resté dans la tombe, nous aurions à rougir; bien au contraire, crucifié sur notre Golgotha, Il S'est, de la montagne du Levant, du mont des Oliviers, élevé dans le ciel. En effet, descendu de notre terre dans l'Hadès (enfers) et remonté ensuite vers nous, Il est monté encore de chez nous dans le Ciel, tandis que le Père l'acclamait en disant : "Siège à Ma droite, jusqu'à ce que Je fasse de Tes ennemis un escabeau sous Tes pieds" (Ps 109, 1).

(Catéchèse baptismale 4)





L'Ascension témoigne de la Résurrection
Le déroulement de la l'enseignement de la foi invitait à parler aussi de l'Ascension, mais la grâce de Dieu a voulu que très complètement tu en aies entendu parler, à la mesure de notre faiblesse, hier dimanche. Par une disposition de la grâce divine, la suite des lectures faites à la synaxe comportait ce qui regarde la montée aux Cieux de notre Sauveur. Ce que nous disions s'adressait assurément à tous, à l'ensemble de l'assemblée des fidèles, mais spécialement à toi : la question est de savoir si tu as fait attention à ce qui se disait. Tu sais en effet que la suite de la Foi t'enseigne de croire dans "Celui Qui est ressuscité le troisième jour, est monté aux Cieux, est assis à la droite du Père". Je veux donc croire absolument que tu te souviens de notre explication : ce n'est qu'en passant qu'aujourd'hui encore je te rafraîchis la mémoire sur ce qui a été dit. Souviens-toi de ce qui est clairement écrit dans les Psaumes: "Dieu est monté dans un bruit de fanfare" (Ps 46, 6). Souviens-toi que les puissances divines se disaient les unes aux autres : "Elevez vos portes, princes" (Ps 23, 7)21, etc. Souviens-toi aussi de la parole du psaume: "Il est monté dans les hauteurs, il a emmené captive la captivité" (Ps 67, 19). Souviens-toi de ce que dit le Prophète : "Lui qui bâtit dans le ciel son escalier" (Am 9, 6), et le reste qu'on a dit hier à l'occasion des objections des Juifs.

Lorsqu'en effet ils font des objections contre l'Ascension du Sauveur, sous prétexte qu'elle est impossible, souviens-toi de ce qui est dit de la translation d'Habacuc. Si en effet Habacuc a été transporté par un Ange qui le tenait par la chevelure de sa tête, à plus forte raison le Maître des prophètes et des Anges, S'élevant du mont des Oliviers sur un nuage, était-Il tout à fait capable d'accomplir par Son propre pouvoir Sa montée dans les Cieux. Rappelle encore à ton souvenir, entre autres merveilles, celles qui ressemblent (à celle-ci), mais garde au Maître, auteur des merveilles, la supériorité. Les autres en effet étaient portés, tandis que Lui porte toutes choses. Souviens-toi : Enoch a été transporté, mais Jésus est monté. Souviens-toi de ce qu'on dit hier au sujet d'Elie: Elie fut enlevé dans un char de feu, tandis que le char du Christ c'était "les myriades de milliers d'anges qui chantaient sa gloire" (Ps 67, 18). Elie fut enlevé vers l'est du Jourdain, tandis que le Christ monta vers l'est du torrent du Cédron. Elie alla "comme" vers le ciel; Jésus au Ciel; Elie dit qu'il donnerait le double de son propre esprit à son saint disciple, tandis que le Christ accorda à Ses disciples à Lui de jouir si largement de la grâce du Saint-Esprit, que non seulement ils l'avaient en eux-mêmes, mais que de plus par l'imposition de leurs mains, ils faisaient participer les croyants à Sa Personne.

Et lorsque tu auras ainsi lutté contre les Juifs, quand tu les auras vaincus par cette comparaison, alors viens-en à la supériorité de la gloire du Sauveur. Eux sont esclaves, Lui, Il est Fils de Dieu. Et voici comment tu te rappelleras Sa supériorité : tu penseras que l'esclave du Christ a été enlevé jusqu'au troisième ciel: il obtint donc une gloire supérieure. N'aie pas honte de tes apôtres. Ils ne sont pas inférieurs à Moïse, ni à placer après les prophètes, mais ils sont bons avec les bons et meilleurs que les bons. Elie fut en effet enlevé au ciel, mais les clés du Royaume des cieux sont à Pierre qui s'est entendu dire : "Tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux" (Mt 16,19). Elie ne fut enlevé qu'au ciel. Paul au contraire, et au ciel et au paradis (il convenait en effet que les disciples de Jésus reçussent la gloire à profusion) où "il entendit des paroles indicibles qu'il n'est pas possible à l'homme de répéter" (2 Co 12, 4). Paul redescendit d'en haut, non point qu'il ait été indigne d'habiter le troisième ciel, mais pour qu'ayant joui des biens qui dépassent l'homme, étant redescendu auréolé de gloire, ayant proclamé le Christ et subi la mort pour Lui, il reçût aussi la couronne du martyre. J'ai laissé le reste de l'argumentation; je vous l'ai dit hier à la synaxe du Seigneur: et pour des auditeurs avertis, un simple rappel vaut une leçon.

Souviens-toi aussi de ce que j'ai dit souvent sur la présence du Fils assis à la droite du Père, parce qu'ainsi continue le symbole: "et monté dans les Cieux, et assis à la droite du Père"! Ne nous mêlons pas de la nature propre de ce Trône : c'est une question qui nous dépasse. Mais ne souffrons pas non plus ceux qui affirment à tort qu'après la Croix, la Résurrection et la montée aux Cieux, alors seulement le Fils commença d'être assis à la droite du Père. Ce n'est pas à la suite d'un progrès, en effet, qu'Il a possédé ce Trône, mais bien depuis qu'Il existe (car Il est depuis toujours engendré), Il siège aussi avec Son Père. Le prophète Isaïe qui avait vu ce Trône avant la présence du Sauveur dans la chair, dit : "Je vis le Seigneur assis sur un Trône très élevé" (Is 6, 1), etc. Mais comme "personne n'a jamais vu le Père" (Jn 1,18; 1 Tm 6, 16), le personnage qui apparut alors au prophète était le Fils. Le psalmiste dit aussi : "Ton trône est prêt depuis lors, depuis l'éternité Tu existes" (Ps 92, 2). Nombreux sont les témoignages à ce sujet, mais l'heure s'avance: contentons-nous de ceux-ci.

Pour l'instant, il vous faut vous rappeler quelques-uns seulement des nombreux enseignements déjà donnés sur la session à la droite du Père. Le Psaume 109 dit clairement : "Le Seigneur a dit à mon Seigneur: "Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis un escabeau sous tes pieds." Et le Seigneur, dans l'Evangile, renforçant cette parole, dit que David ne l'a pas prononcée de lui-même, mais sous l'inspiration du Saint-Esprit: "Comment donc, dit (Jésus), David grâce à l'Esprit l'appelle-t-il Seigneur lorsqu'il dit : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : "Assieds-toi à ma droite?", etc. (Mt 22, 44). Et dans les Actes des Apôtres, le jour de la Pentecôte, Pierre avec les Onze s'étant mis debout et discutant avec les Israélites, leur remet en mémoire, en citant les paroles mêmes, ce témoignage contenu dans le Psaume 109.


Mais il faut aussi se rappeler quelques autres témoignages sur la session du Fils de Dieu à la droite du Père. Car il est écrit dans l'Evangile selon Mathieu : "D'ailleurs Je vous le dis, désormais vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la Puissance" (Mt 26, 64), etc. Et l'apôtre Pierre écrit dans le même sens : "Par la Résurrection de Jésus Christ, Qui est assis à la droite de Dieu, après être reparti au Ciel" (1 P 3, 21-22). Et l'apôtre Paul écrivant aux Romains : "Le Christ, dit-il, Qui est mort, bien plus, Qui est aussi ressuscité et Qui est à la droite de Dieu" (Rm 8, 34). Et écrivant aux Ephésiens il a parlé ainsi : "... selon l'action de Sa force puissante qu'Il a déployée dans le Christ en Le ressuscitant des morts et en Le faisant asseoir à Sa droite" (Ep 1, 19-20), etc. et il enseigne ainsi les Chrétiens de Colosses : "Si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, cherchez les choses d'en haut, là où est le Christ, assis à la droite du Père" (Col. 3, 1). Et dans l'épître aux Hébreux, il dit: "Après avoir accompli la purification des péchés, Il S'est assis à la droite de la Majesté au plus haut des Cieux" (He 12, 2). Puis: "Auquel des Anges a-t-Il jamais dit : "Assieds-toi à Ma droite, jusqu'à ce que Je fasse de tes ennemis un escabeau sous tes pieds"? (Ps 109, 1; He 10, 13). Et une nouvelle fois: "Quant à Lui, après avoir offert un seul sacrifice pour tous et pour toujours, Il S'est assis à la droite de Dieu, en attendant ce qui reste à accomplir, jusqu'à ce que de Ses ennemis Lui soit fait un escabeau sous Ses pieds" (Hb 10, 12-13), et une nouvelle fois : "Regardant vers le chef et le consommateur de la foi, Jésus, qui au lieu de la joie qui Lui était offerte, subit la Croix en méprisant la honte; et Il est assis à la droite du Trône de Dieu" (Hb 12, 2).

Il existe assurément d'autres témoignages sur la session du Fils unique à la droite de Dieu; contentons-nous cependant pour l'instant de ceux-ci. Nous rappellerons encore une fois qu'Il n'est pas entré en possession de cette dignité du trône à la suite de son avènement dans la chair; mais Il y est entré bien avant tous les siècles, (lui), le Fils unique engendré de Dieu, notre Seigneur Jésus Christ, Qui depuis toujours possède le trône à la droite du Père. Que lui-même, le Dieu de l'univers, le Père du Christ et notre Seigneur Jésus Christ Qui, descendu et remonté, est assis avec le Père, garde vos âmes, qu'Il conserve inébranlable et immuable votre espérance dans le ressuscité; qu'Il vous tire du sommeil, hors des cadavres de vos péchés, vers Sa récompense céleste; qu'Il vous rende dignes d'être enlevés dans les nuées, à la rencontre du Christ dans les airs, au temps marqué; et en attendant que vienne ce temps de Son glorieux second Avènement, qu'Il inscrive vos noms à tous, dans le livre des vivants, et ne les efface jamais plus (car bien des noms sont effacés, ceux des déchus). Qu'Il vous accorde à tous de croire dans le Ressuscité, d'attendre Celui Qui est monté et Qui doit revenir (mais revenir non pas de la terre; sois en effet, ô homme, en garde contre les imposteurs qui doivent venir), Celui Qui voit les dispositions de chacun et la solidité de sa foi. Ne va pas conclure de ce qu'Il est corporellement absent aujourd'hui qu'Il l'est aussi spirituellement. Il est ici même au milieu (de nous), entendant ce qu'on dit de Lui, voyant tes pensées intimes, scrutant les reins et les coeurs. Car maintenant aussi Il est prêt à offrir au Père, dans le Saint-Esprit, ceux qui s'avancent vers le baptême, et vous tous, et prêt à dire : "Me voici avec les enfants que Dieu m'a donnés" (Is 8, 18). A Lui la gloire dans les siècles. Amen.

(Catéchèse baptismale 14)


Amen!




Idem en anglais :
http://www.johnsanidopoulos.com/2013/06/st-cyril-of-jerusalem-on-ascension-of.html
 

Aucun commentaire: