"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

01 août 2013

A propos du "1025ème anniversaire de baptême de la Russie"


Je suis agacé par cette nième "manifestation de puissance humaine" de la part de gens d'Église, dont le seul but devrait être d'au contraire, rendre tout à Dieu et y mener les hommes autour d'eux. Comme écrivait le p. Schmemann à propos de cette avalanche de titres qu'il avait entendue lors de l'installation d'un nouveau métropolite, cette litanie de titres ronflants est choquante. Je suis agacé et même écoeuré car tout cela implique en plus des dépenses somptuaires, en un monde où il y a tant de crèvent-la-faim, c'est une honte que cet étalage de gloriole grandiloquente et vaniteuse.

"Le Christ n'est pas venu pour sauver des pays, mais des hommes" disait saint Nicolas Velimirovic, et toute sa réflexion sur le sujet mérite d'être lue, relue, méditée et proclamée :
http://stmaterne.blogspot.com/2013/03/le-christ-nest-pas-venu-sauver-des-pays.html

Car telle est la vraie foi de l'Église.

La tentation de la théocratie ne semble pas vouloir disparaître, hélas, chez ceux qui se disent les héritiers d'un empire pas si chrétien que ça - ses myriades de victimes en savent quelque chose.
Tous les empires, toutes les théocraties sont à rejeter. Toute illusion de pouvoir humain est à rejeter. C'est le Christ qui est le chef de l'Église nous rappelle saint Paul dans son épître aux Ephésiens. Personne sur terre n'a le droit de vouloir usurper cette place. Seul le Christ peut nous sauver, si nous ne Lui faisons pas obstruction. Aucune gloriole humaine ne peut le faire, par contre l'orgueil que cette gloriole procure à ceux qui la pratiquent et ceux qui la contemplent peut bien être l'obstruction fatale en question.

Personne n'a jamais baptisé un pays, notion administrative totalement contingentielle, temporaire. Alors que l'être humain a son principe d'éternité, lui doit être baptisé. De plus, lorsque le prince Vladimir a accepté le baptême, cessons la mythologie : la Russie n'a pas été baptisée "par lui" ni "en lui". Le baptême est totalement personnel, on n'est pas baptisé parce que son chef administratif a reçu le baptême. Et il n'a pas la moindre valeur s'il n'est pas vécu, mis en pratique. Le prince a accepté la foi, puis reprenant ses vieilles méthodes païennes, aurait dit que ceux qui refusaient le baptême pouvaient aller vivre ailleurs. Vous êtes trop bon, sire.... Et combien de chrétiens "pour sauver leur tête" dans tout ça, de personnes continuant à croire à leur paganisme tout en se présentant un peu à l'église pour ne pas déplaire au prince? 



Combien de chrétien réels en Russie au fil des siècles? Il faut arrêter avec ce cirque. Quand on vit dans la mythologie et l'illusion, on oublie l'essentiel - le Christ - et la mission que le Christ nous a confiés - évangéliser ce monde. Y compris dans les pays prétendûment "baptisés."

Si Oscar Wilde disait "Je déteste les discussions : elles vous font parfois changer d’avis," ci-dessus c'est mon opinion à 3 centimes et je n'ai pas l'intention de la discuter, ni d'en changer.



2 commentaires:

rémy a dit…

+ 1...

a Tribus Liliis a dit…


Bravo !

(Ce que vous dites au sujet de (saint) Vladimir vaut aussi bien pour Charlemagne avec les Saxons)