"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

17 septembre 2013

La vraie ascèse est de louer Dieu quand tout va mal (Ancien Ioannikios)


La prière "Seigneur Jésus-Christ, aie pitié de moi (nous)" vaut cent drachmes, disait un Ancien, mais "Gloire à Dieu en toutes choses" en vaut mille.

Un Père disait autrefois que "les peines et souffrances purifiaient et polissaient l'âme humaine; il n'y a rien de plus grand que ça, pas même la Prière de Jésus."

L'Ancien Tikhon nous disait que la prière de Jésus valait cent drachmes, mais le "Gloire à Dieu" en valait mille.

Par là, il voulait dire que louer Dieu vaut plus que tout, car tant de fois les gens disent la Prière de Jésus lorsqu'ils ont besoin de quelque chose, mais lorsque quelqu'un a glorifié Dieu tout en étant ou ayant été en détresse, alors il est un grand ascète.

Archimandrite Ioannikios, Paterikon Athonite



The prayer “Lord Jesus Christ, have mercy on me (us) ” is worth a hundred drachmas, one Elder used to say but “Glory to God for everything” is worth a thousand.

One father once said that “sorrows and pains cleanse and polish a man’ soul; there is nothing greater than these, even the prayer of Jesus”.

Elder Tikhon used to tell us that the prayer “Lord Jesus Christ, have mercy on us” is worth a hundred drachmas, while “Glory to God” is worth a thousand (drachmas).

By this he meant that praising God is more valuable than anything, because many times people say the Jesus Prayer when they’re in need of something, but when someone (been) in distress glorifies God, he is a great ascetic.

Archimandrite Ioannikios, in the Athonite Paterikon

Aucun commentaire: