"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

24 octobre 2013

Faire le bien pour le bien, non pas pour une récompense

Le vrai Chrétien ne fait pas le bien pour son propre bénéfice, c-à-d afin d'être récompensé ou d'éviter l'Hadès ("Enfer") et d'obtenir le Paradis, mais plutôt parce qu'il préfère le bien au mal. Tout le reste découle naturelement du bien qui remplit notre âme, sans avoir besoin de le demander. De la sorte, le bien a sa dignité propre. Autrement, il ne provient que de l'attitude minable du "donner et prendre."



The righteous Christian does not practice good acts for his own benefit, i.e. in order to be rewarded or to avoid hell and gain paradise, but rather because he prefers good to evil. Everything else is a natural consequence of the good that fills our soul without having asked for it. This way, good has dignity; otherwise, it originates from the cheap attitude of “give and take."

src

Aucun commentaire: