"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

13 novembre 2013

Icônes et symboles religieux dans les tribunaux : le Conseil d'État les confirme! (Grèce)

http://greece.greekreporter.com/2013/11/11/religious-icons-in-courtrooms-case-rejected-by-judges/

Le Conseil d'État hellénique a rejeté la requête de 3 personnes visant à faire enlever les icônes et symbôles religieux présents dans les tribunaux. La plus haute instance administrative de Grèce a confirmé la décision des administrateurs du tribunal de Thessaloniki de 2010, qui demandait que des icônes soient placées dans les locaux du tribunal du nord de la ville.

En particulier, le Conseil d'État a fait large référence aux décisions à cet égard de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, la Constitution et la législation grecque, ayant alors rejetté cette requête et l'ayant qualifiée d'inacceptable. La décision de l'administration et de la gestion des tribunaux administratifs a été prise en considération à Thessalonique, qui ne devrait pas être contrariée.

Le Conseil d'État a tenu compte d'un argument déposé par mgr Seraphim du Pirée, qui a déclaré que les icônes ont commencé à être placées dans les tribunaux grecs en 1828. (*)


(*) NDT : c'est à dire quelques années avant l'adoption de la Constitution du nouvel État grec, et longtemps avant l'arrivée de la léglisation européenne anti-chrétienne.




The Hellenic Council of State rejected the request of three people for removal of religious icons and symbols in courtrooms. Greece’s highest administrative court upheld a decision by Thessaloniki court administrators in 2010, that asked for icons to be placed in the northern city’s court rooms.

In particular, the Council of State has since made extensive reference to the relevant decisions of the European Court of Human Rights, the Constitution, and the Greek legislation, who then rejected this request and characterized it as unacceptable; the administration and management decision of administrative courts was taken into consideration in Thessaloniki, which should not be offended.

Council of State took on board an argument from Bishop Seraphim of Piraeus, who declared that icons had first been placed in Greek courtrooms in 1828.

1 commentaire:

Κατερίνα Ν. a dit…

As the wise Protopresbyter fr.Metallinos once said on this matter: "Why remove the Christian symbol/s? Why not ALSO hang the religious symbols of other religions in the courtrooms, and let each person entering the courtroom meditate/pray to the symbol that best represents their individual beliefs of justice?" I would also add the following question: If a Christian CIVILIAN of another country has to go to court there, and the prevalent religion of that land is NOT Christianity, would it be acceptable if that Christian demanded the non-Christian symbols be removed from that courtroom?