"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

15 novembre 2013

Te Deum, fête du Roi et de la Dynastie, et fêtes civiles


Te Deum
oeuvre de saint Ambroise, évêque de Milan
(extrait du Sacramentaire du p. Denis, p. 387)

A Toi, notre Dieu, la louange de nos chants, * à Toi notre action de grâces, Seigneur.
Pères d'avant les siècles, c'est Toi * que la terre entière magnifie.
A Toi tous les Anges du ciel * et toutes les Puissances d'en-haut,
à Toi les Chérubins, les Séraphins * crient sans que cesse leur voix:
Saint, saint, saint, Seigneur Dieu Sabaoth, * de Ton immense gloire sont remplis la terre et les Cieux.
L'illustre choeur des Apôtres, * le vénérable groupe des Prophètes
Te chantent en l'éclatante compagnie des Martyrs * et la sainte Église Te confesse par tout l'univers,
Père d'immense majesté * avec Ton véritable, unique Fils,
digne de toute adoration, * et l'Esprit Saint, Consolateur.
Tu es le Roi de gloire, ô Christ, * du Père Tu es le Fils éternel.
Prenant l'humanité pour la sauver, * Tu n'as pas dédaigné le sein virginal.
Ayant brisé l'aiguillon de la mort, * Tu ouvris aux croyants le royaume des Cieux.
Assis à la droite du Père en Sa gloire, * Tu reviens comme juge, nous le croyons.
Viens en aide à Tes serviteurs, nous T'en prions, * que Tu rachetas au prix de Ton sang.
Rends-les dignes de régner * en l'éternelle gloire avec Tes Saints.
Sauve, Seigneur, Ton peuple et bénis Ton héritage, * conduis-le, exalte-le dans les siècles.
Chaque jour nous Te bénissons, louant Ton Nom * toute l'éternité et dans les siècles des siècles.
Daigne, Seigneur, en ce jour nous garder sans péché, * pitié pour nous, Seigneur, pitié pour nous.
Vienne sur nous Ta miséricorde, Seigneur, * comme sur Toi repose notre espoir.
En Toi notre espérance, Seigneur: * puissions-nous ne pas rougir dans les siècles! Amen.


Diacre: Sagesse!
Le Prêtre: Très sainte Mère de Dieu, sauve-nous.
Ch. Plus vénérable que les Chérubins.
Prêtre: Gloire à Toi, Christ Dieu, notre espérance, gloire à Toi.
Ch. Gloire au Père...
Le Prêtre dit le Congé:
Que le Christ notre vrai Dieu, par l'intercession de Sa Mère toute pure et immaculée, des saints, glorieux et illustres Apôtres, de nos Pères vénérables et théophores, des saints et justes aïeux du Seigneur, Joachim et Anne, et de tous les Saints, ait pitié de nous et nous sauve, Lui qui est bon et ami des hommes.

Puis on chante les souhaits de longues années aux autorités ecclésiastiques et civiles.


--------------------------------------------------------------------


office chanté pour la Fête du Roi (et de la dynastie) le 15 novembre, pour l'An Neuf civil (1er janvier), pour la Fête Nationale (21 juillet), pour l'Armistice 14-18 (11 novembre), et autres circonstances patriotiques ou religieuses recommandées par l'Église.


Office complet


Aucun commentaire: