"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

28 décembre 2013

Imaginez l'entrée dans la joie de notre Seigneur.. (saint Augustin d'Hippone)

Imaginez si tout le tumulte du corps était d'un coup apaisé, en même temps que toutes nos pensées soucieuses à propos de la terre, mer et air; et si ce monde même s'arrêtait, et la pensée cessait de penser à elle-même, pour se dépasser, et être vraiment au repos; si toutes les fantaisies qui apparaissent dans les rêves et rêveries cessaient, et qu'il n'y avait plus ni parole ni signe. Imaginez si tout ce qui est périssable d'un coup se figeait - car si nous les écoutions, elle diraient "nous ne nous sommes pas faites nous-mêmes, Il nous a créés, Lui qui demeure à jamais" - imaginez alors qu'elles diraient cela et puis feraient silence, n'écoutant plus que la voix de Celui Qui les a faites et non plus de Sa Création. De sorte que nous n'entendrions plus Sa parole par la bouche d'hommes, ni par la voix des anges, ni par le tonnerre dans les nuées, ni par le moindre symbole, mais par Celui-là même que nous aimons à travers toutes ces choses, et que nous irions au delà de nous-mêmes pour parvenir à un fugace aperçu de cette Sagesse éternelle qui demeure au dessus de toutes choses. Et imagines si cet instant devant perdurer, laissant derrière nous toute autre vision et son sinon celle vision qui ravit et absorbe et fixe celui qui la contemple dans la joie; de sorte que le restant de la vie éternelle serait en quelque sorte comme ce moment d'illumination qui nous laisse souffle coupé. Ne serait-ce pas ce qui est offert dans l'Écriture : Entre dans la joie de ton Seigneur?
Saint Augustin d'Hippone





Imagine if all the tumult of the body were to quiet down, along with all our busy thoughts about earth, sea, and air; if the very world should stop, and the mind cease thinking about itself, go beyond itself, and be quite still; if all the fantasies that appear in dreams and imagination should cease, and there be no speech, no sign: Imagine if all things that are perishable grew still - for if we listen they are saying, "We did not make ourselves; he made us who abides forever" - imagine, then, that they should say this and fall silent, listening to the very voice of him who made them and not to that of his creation; so that we should hear not his word through the tongues of men, nor the voice of angels, nor the clouds' thunder, nor any symbol, but the very Self which in these things we love, and go beyond ourselves to attain a flash of that eternal wisdom that abides above all things: And imagine if that moment were to go on and on, leaving behind all other sights and sounds but this one vision that ravishes and absorbs and fixes the beholder in joy; so that the rest of eternal life were like that moment of illumination that leaves us breathless:
Would this not be what is bidden in scripture, Enter thou into the joy of thy Lord?
Saint Augustine of Hippo

Aucun commentaire: