"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

23 décembre 2013

Le Christ ouvrant les Cieux pour moi, j'ai finit par devoir fuir.. (saint Syméon le Nouveau Théologien)


Dans le creux de cette nuit, dans ma ténèbre,
j'ai vu la redoutable vision du Christ
ouvrant les Cieux pour moi.

Et il se courba devant moi, et Se montra à moi
avec le Père et le Saint Esprit
dans la triple Lumière sainte --
une seule lumière en trois, et un trio de lumière en une,
car ils sont tout ensemble Lumière,
et les Trois ne sont qu'une seule Lumière.

Et il illumina mon âme
bien plus radieusement que le soleil,
et Il enflamma mon esprit,
qui jusque là n'avait été que ténèbre.

Jamais auparavant mon esprit n'avait vu de telles choses.
J'étais aveugle, vous devez le savoir, et je ne voyais rien.

C'est pour cela que cette étrange merveille
m'était si étonnante,
lorsqu'il advint que le Christ m'ouvrit les yeux,
lorsqu'Il me donna la claire vision,
et c'est Lui que j'ai vu.

Il est Lumière au coeur de la Lumière, Qui apparaît
à ceux qui Le contemplent,
et les contemplateurs Le voient dans la Lumière --
ils Le voient, c'est à dire dans la Lumière de l'Esprit.

Et maintenant, comme si de très loin,
je vois encore cette beauté invisible,
cette Lumière inapprochable, cette gloire insupportable.
Mon esprit est complètement retourné.

Je tremble de crainte.

C'est un petit avant-goût de l'abysse,
qui tel une goutte d'eau
sert pour faire toute eau connue
dans toutes ses qualités et aspects?

Je L'ai trouvé, Celui que j'avais vu de loin,
Celui qu'Étienne avait vu
lorsque les Cieux s'étaient ouverts,
et dont plus tard la vision aveugla Paul.

Vraiment, Il était le feu au centre de mon coeur.
J'étais hors de moi-même, brisé, perdu pour moi-même,
et incapable de supporter l'éclat insoutenable de cette gloire.
Et ainsi je m'en suis allé,
et j'ai fuis dans la nuit des sens.


Saint Syméon le Nouveau Théologien, Hymnes du divin Amour

Aucun commentaire: