"Ô étrange Église Orthodoxe, si pauvre et si faible, qui se maintient comme par miracle à travers tant de vicissitudes et de luttes. Église de contrastes, à la fois si traditionnelle et si libre, si archaïque et si vivante, si ritualiste et si personnellement mystique.
Église où la perle de grand prix de l'Évangile est précieusement conservée, parfois sous une couche de poussière. Église qui souvent n'a pas su agir, mais qui sait chanter comme nulle autre la joie de Pâques."
P. Lev Gillet ("Un moine de l'Eglise d'Orient)

26 décembre 2013

Synaxe de la Mère de Dieu (p. Schmemann & saint Nicolas Velimirovic)

Synaxe de la très sainte Mère de Dieu, commémorée le 26 décembre

La Synaxe de la très sainte Theotokos est célébrée le second jour de la fête de la Nativité. Combinant les hymnes de la Nativité avec ceux célébrant la Mère de Dieu, l'Église montre Marie comme celle par qui l'Incarnation a été rendue possible. Son humanité - concrètement et historiquement - est l'humanité qu'Il a reçue de Marie. Son corps, avant tout, vient de son corps à elle. Sa vie, vient de sa vie à elle. Cette fête, l'assemblée en l'honneur de la Mère de Dieu, est probablement la plus ancienne fête de Marie dans la Tradition Chrétienne, le tout début de sa vénération par l'Église.

Les 6 jours de post-fête mènent la période de Noël à sa cloture le 31 décembre. Aux offices de tous ces jours, l'Église répète les hymnes et chants glorifiant l'Incarnation du Christ, nous rappelant que la source et le fondement de notre Salut ne peut se trouver qu'en Celui Qui, étant Dieu d'avant les siècles, vint S'incarner en ce monde, et pour notre Salut, "est né petit Enfant."
P. Alexander Schmemann, Les Offices de Noël (1981)



Synaxis of the Most Holy Mother of God
(Commemorated on December 26)

The Synaxis of the Most Holy Theotokos: On the second day of the feast, the Synaxis of the Most Holy Theotokos is celebrated. Combining the hymns of the Nativity with those celebrating the Mother of God, the Church points to Mary as the one through whom the Incarnation was made possible. His humanity—concretely and historically—is the humanity He received from Mary. His body is, first of all, her body. His life is her life. This feast, the assembly in honor of the Theotokos, is probably the most ancient feast of Mary in the Christian tradition, the very beginning of her veneration by the Church.

Six days of post-feast bring the Christmas season to a close on December 31. At the services of all these days, the Church repeats the hymns and songs glorifying Christ’s Incarnation, reminding us that the source and foundation of our salvation is only to be found in the One who, as God before the ages, came into this world and for our sake was “born as a little Child.”

Father Alexander Schmemann, The Services of Christmas (1981)





1. Synaxe de la très sainte Mère de Dieu
Le lendemain de la Nativité, l'Église Chrétienne rend gloire et est reconnaissante envers la très sainte Mère de Dieu, qui donna naissance à notre Seigneur, Dieu et Sauveur Jésus-Christ. Cette fête est appelée "Synaxe" parce qu'en ce jour, tous les fidèles se rassemblent pour la glorifier, la très sainte Mère de Dieu, et pour célébrer partout avec solennité une fête en son honneur. A Ochrid, il y a une très antique tradition, le soir du second jour de la Nativité : on ne célèbre les Vêpres que dans l'église de la très sainte Mère de Dieu appelée "maîtresse"  [Èelnica]. Tout le clergé, avec tout le peuple, se rassemble pour glorifier la très pure Mère de Dieu.

Aucun commentaire: